Huawei supprime plus de 600 emplois aux États-Unis en réponse au décret Trump

Huawei annonce la suppression de 600 emplois aux États-Unis, dans l’une de ses filiales de recherche et développement localisée au Texas. Une réponse aux sanctions du gouvernement américain et de Donald Trump à son encontre. Et une nouvelle conséquence pour l’économie américaine, dont certaines entreprises pâtissent du fait de ne plus pouvoir fournir Huawei.

Huawei a communiqué ce 23 juillet 2019 qu’il allait procéder à la suppression de plus de 600 emplois aux États-Unis, rapporte Le Figaro. Une décision prise afin de compenser « la réduction des opérations » sur le territoire, causée par les sanctions du gouvernement américain à l’encontre du groupe chinois. Il y a une semaine, Huawei avait déjà prévenu qu’il serait contraint de licencie à tour de bras aux États-Unis à cause du décret de Donald Trump, on rentre désormais dans le concret.

Huawei supprime plus de 600 emplois aux États-Unis

Les postes concernés sont situés au Texas, dans la filiale de recherche et développement Futurewei Technologies. « Des décisions comme celle-ci ne sont jamais faciles à prendre. Des employés éligibles se verront offrir des indemnités de départ », a fait savoir Huawei. Au tour de l’économie américaine de subir les conséquences de l’exclusion du géant des télécoms. Et ce n’est pas fini.

Lire aussi : Huawei, Android, ARM et Trump : le point sur la situation

Les entreprises tech américaines souffrent aussi des sanctions contre Huawei. Ses partenaires perdent un allié précieux capable d’innover et d’investir massivement. D’après de premiers rapports, Skyworks, Qualcomm, Texas Instruments et Intel souffrent déjà d’un manque à gagner depuis qu’ils ne peuvent plus (sauf autorisation spéciale accordée par les autorités) collaborer avec Huawei. A terme, Google et Microsoft pourraient également en pâtir. L’instabilité de la situation, qui peut évoluer à n’importe quel moment dans un sens ou l’autre, provoque aussi des mouvements de panique en bourse. Pas pour Huawei, qui n’est pas cotée, mais pour ses fournisseurs américains qui dépendent en partie de lui.

Source : Le Figaro

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Les ventes de smartphones toujours en chute libre au 2ème trimestre 2019

Les ventes de smartphones ont baissé de 2.3% au cours du second trimestre de 2019, rapporte le cabinet d’analyse IDC. Au cours de la période, les constructeurs n’ont écoulé que 333,2 millions de téléphones dans le monde. Néanmoins, le marché affiche une légère progression…

Libra : Facebook pourrait annuler le lancement de sa cryptomonnaie

Facebook devrait décaler, voire pourrait purement annuler le lancement de sa cryptomonnaie Libra. La firme de Mark Zuckerberg admet que le chantier technologie est gigantesque et qu’elle manque d’expérience et d’expertise en la matière. Sans parler de la défiance des…

Amazon mise sur la livraison en 24 h pour ses abonnés Prime

Amazon généralise la livraison en 24 heures aux Etats-Unis. Amazon cherche ainsi à sécuriser un avantage concurrentiel stratégique. Mais pour l’heure, cette décision entame surtout la rentabilité du géant de la distribution.  Amazon est en train de généraliser la livraison en…

Libra : Mark Zuckerberg défend la cryptomonnaie de Facebook

Libra ne doit pas susciter d’inquiétudes, estime Mark Zuckerberg. Le patron de Facebook explique que le projet est sûr, stable et bien régulé. Il s’en est assuré en tissant des partenariats avec des poids lourds de la tech, des télécoms…