Huawei : ses technologies 5G ne représentent pas une menace selon le renseignement britannique

 

Le NCSC, le service de renseignement britannique pour la cybersécurité estime que les risques que représentent les technologies 5G de Huawei sont gérables. Ces conclusions viennent saper les efforts des Etats-unis qui tentent depuis plusieurs mois de convaincre leurs alliés de bannir les infrastructures du géant chinois.

Huawei

Le Royaume-Uni va-t-il interdire les équipements 5G de Huawei ? Certains pays ont déjà franchi le pas en réaction aux accusations d'espionnage qui accablent le groupe chinois. Ce n'est pas encore le cas du Royaume-Uni qui étudie pour le moment les contours du problème en attendant de prendre une décision. Mais les autorités britanniques, par la voix du ministre de la défense, ont exprimé en décembre dernier leur « vive inquiétude » quant à la participation du géant chinois au déploiement de 5G au Royaume-Uni.

C'est au tour du renseignement britannique de donner son point de vue dans un rapport qui n'a pas pour le moment pas encore été rendu public, mais dont les conclusions ont été dévoilées par le Financial Times (FT).

Pour le renseignement britannique, Huawei ne représente pas une menace

Le quotidien britannique, qui cite deux sources proches du dossier, affirme que le NCSC a les moyens de limiter les risques posés par Huawei. Le rapport intervient alors que les États-Unis ont décidé de mettre en examen le groupe chinois accusé entre autres d'espionnage et de vol de technologies. Le pays exhorte par ailleurs ses alliés à interdire les équipements du chinois.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !

C'est déjà le cas en Australie et en Nouvelle-Zélande. D'autres pays comme le Royaume-Uni et la France réfléchissent eux aussi à des moyens de contenir Huawei sans pour autant qu'une mesure de bannissement n'ait été prononcée. Il semble que les Britanniques se dirigent vers une décision moins radicale que celle suggérée par les États-Unis.

Une source citée par le FT pense par ailleurs que “d‘autres pays pourront soutenir que si le Royaume-Uni est confiant dans la capacité à limiter les risques pour la sécurité nationale, alors ils peuvent également rassurer le public et l'administration américaine sur le fait qu'ils agissent avec prudence pour permettre aux opérateurs télécoms d'utiliser des composants chinois ».

Mais il faut dire que certains opérateurs britanniques n'ont pas attendu les conclusions du gouvernement ou des services de renseignement pour annoncer qu'ils n'utiliseront plus les équipements de Huawei. C'est le cas de British Telecom, mais aussi de Vodaphone.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
robot
Emploi : les robots feront la moitié du travail d’ici 2025

L’emploi sera de plus en plus marqué par la robotisation. Le Forum de Davos (FEM) prédit que la moitié du travail sera assuré par des machines d’ici 2025 – rendant bientôt le travail humain minoritaire. Une révolution qui pourrait accroître…

chromeImg02 1
Windows 10 fonctionne maintenant à 100% sur les Chromebook

Chrome OS a désormais un nouveau tour dans son sac. Il est en effet possible d’y faire tourner Windows 10 grâce à la société Parallels, qui propose une virtualisation de l’OS de Microsoft. A noter que cette solution n’est pour…

molotov 12 millions utilisateurs
Molotov compte 12 millions d’utilisateurs et améliore ses offres payantes

Molotov revendique désormais jusqu’à 12 millions d’utilisateurs. Pour marquer le coup, la plateforme française a décidé d’enrichir ses offres payantes, Molotov Plus et Molotov Extended, sans augmenter le prix de l’abonnement. On fait le point sur les nouveautés de Molotov.  Quelques jours…