Affaire Huawei : pourquoi Google a peur d’Ark OS, son alternative à Android ?

Maj. le 10 juin 2019 à 10 h 48 min

Huawei sera bientôt privé de licence Android. D’après Google, l’exclusion du constructeur chinois représente une grave menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis. Sans licence, la firme va en effet devoir s’appuyer sur un OS mobile alternatif, qui serait moins sécurisé. Quelques semaines après le décret de Donald Trump, le géant du net tente toujours de faire changer d’avis les autorités américaines. Pour y parvenir, Google a décidé de retourner les arguments de son interlocuteur contre lui. Explications. 

huawei alternative android menace etats unis google

Ce 15 mai, le président des Etats-Unis a décidé de bannir Huawei du marché américain, arguant que le fabricant chinois représente une menace pour la sécurité nationale. Google a donc été contraint de couper les ponts avec la firme. Huawei profite malgré tout d’une licence Android temporaire, qui expirera le 19 août 2019. Les deux entreprises ont rapidement décidé de travailler ensemble afin de trouver une issue au conflit. Selon Bloomberg, Huawei a finalement préféré laisser Google négocier lui-même avec les autorités.

Pour Google, l’exclusion de Huawei d’Android est une menace pour la sécurité nationale

D’après nos confrères du Financial Times, Google tente actuellement de convaincre la Maison-Blanche qu’exclure Huawei représente une menace pour la sécurité nationale des Etats-Unis. Privé de licence Android, Huawei et sa filiale Honor vont en effet devoir développer leur propre version de l’OS, probablement basée sur AOSP, la version open source du système d’exploitation. Aux dernières nouvelles, cette alternative s’appellerait Ark OS et pourrait être lancée en septembre 2019 avec les Mate 30. Elle permettrait de faire tourner les applications Android.

Le Financial Times n’en dit pas plus sur les arguments avancés par Google dans le cadre de ses négociations. Nos confrères de The Verge, qui relaient l’information, estiment que l’argumentaire de Google se basse essentiellement sur le succès d’Ark OS et sur l’incapacité de Huawei à le sécuriser. Imaginons que Huawei déploie son OS mobile dans le monde et que celui-ci soit un succès. Ce cas de figure est loin d’être improbable, Huawei vend jusqu’à 200 millions de smartphones par an. C’est le deuxième plus important constructeur du marché. Néanmoins, la popularité du groupe a fortement été impactée par ses récents déboires. En France, les ventes de smartphones Huawei ont baissé de 20%.

Dans ces conditions, Google n’aura plus aucun contrôle sur les smartphones Huawei ou sur son OS mobile. Les smartphones Huawei tournant sous Ark OS n’auront d’ailleurs pas droit au Google Play Protect, la sécurité mise en place par Google contre les malware et les attaques informatiques. Le dispositif analyse sur une base régulière toutes les applications Android afin de détecter les menaces.

Ark OS est-il un danger pour la sécurité d’Android ?

Les utilisateurs d’Ark OS, privés du Google Play Store, vont donc télécharger des applications sur une autre boutique. Imaginons maintenant que les smartphones se fassent pirater. Google reste en effet persuadé que l’alternative du constructeur chinois sera moins sécurisée que sa version d’Android. Par la suite, des informations sensibles en provenance des USA parviennent d’une façon x ou y jusqu’à un smartphone Huawei vérolé. Le pirate qui a pris le contrôle du mobile est donc en mesure d’intercepter ces informations. Pour Google, Ark OS s’annonce donc comme une immense brèche de sécurité, qui menace directement la sécurité nationale américaine.

Lire également : Huawei n’a plus le droit de préinstaller Facebook, WhatsApp et Instagram sur ses smartphones

Google semble aussi craindre que le lancement d’Ark OS ne fragilise l’écosystème Android dans son intégralité, mettant donc en danger les smartphones des constructeurs ayant toujours une licence. Un pirate risque en effet de se servir de l’OS maison de Huawei comme d’une porte d’entrée vers les autres terminaux, facilitant ainsi la propagation de malware ou de logiciels d’espionnage. Que pensez-vous de l’argumentaire de Google ? Est-il motivé uniquement par le désir de protéger les internautes ou par des intérêts financiers ? Pensez-vous que l’alternative de Huawei soit un danger pour la sécurité Android ? On attend votre avis dans les commentaires.

Source : Financial Times, The Verge, Bloomberg

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei assure qu’Harmony OS va rivaliser avec iOS d’ici 2 ans

Huawei estime qu’Harmony OS, son alternative maison à Android, sera aussi répandue qu’iOS dans les deux années à venir. Lors d’une interview, Ren Zhengfei, le fondateur du groupe chinois, a longuement évoqué l’avenir de son OS mobile maison.  Fin du mois de septembre,…

Huawei : Donald Trump accepte de lever une partie des sanctions

Donald Trump a finalement accepté de lever une partie des sanctions à l’encontre de Huawei. En marge d’un nouveau sommet entre Washington et Pékin, le président américain a décidé d’accorder des licences de vente à certaines sociétés américaines. Dans ces conditions, le…

Huawei promet que la 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G

Huawei assure que le futur réseau 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G, dont le déploiement en est encore à ses balbutiements. Lors d’une interview, Richard Yu, PDG de la division mobile de la firme, a pour la première fois…