«Convoi de la liberté» : Facebook bannit les comptes des administrateurs du réseau social

 

Facebook vient de supprimer le compte des trois administrateurs du groupe “Convoi de la liberté”. Accusé de censure, le réseau social affirme que les internautes ont enfreint ses conditions d'utilisation dans le but de gonfler artificiellement le nombre de participants au mouvement.

Facebook
Crédits : Unsplash

Ce vendredi 11 février 2022, plusieurs administrateurs du groupe Facebook “Convoi de la liberté” ont été banni du réseau social. Inspiré du mouvement qui paralyse depuis plusieurs jours Ottawa, capitale du Canada, ce groupe français souhaite protester contre les mesures sanitaires et la baisse du pouvoir d’achat en envahissant Paris.

Concrètement, le mouvement ambitionne de bloquer tous les déplacements à Paris en inondant le périphérique de camions, voitures et autres véhicules tout le week-end. Face à l'afflux massif qui s'annonce, la Préfecture de Police a interdit de telles manifestations durant le week-end afin de maintenir l'ordre public. Dans un communiqué, les autorités s'engagent d'ailleurs à “empêcher les blocages d'axes routiers, verbaliser et interpeller les contrevenants à cette interdiction”. 

Sur le même thème : Facebook censure Le Gorafi pour violence et provocation

Facebook est accusé de vouloir censurer le convoi de la liberté

Dans ce contexte, Facebook a exclu plusieurs administrateurs du groupe Facebook français au cours des derniers jours. Sur la messagerie Telegram consacrée au mouvement, ils affirment que le réseau social cherche à censurer leurs actions. Captures d'écran à l'appui, plusieurs leaders montrent que leur compte Facebook a bien été désactivé. Le réseau social permet de contester la décision pendant 30 jours. Une fois cette période révolue, le compte sera définitivement bloqué.

Le groupe ‘convoi de la liberté' et ses 360.000 utilisateurs vient de connaître la pire censure qu'il soit”, explique Olivier Rohaut, figure de proue du mouvement et antivax revendiqué, dans une vidéo publiée sur YouTube. Privé de ses trois administrateurs phares, le groupe Facebook, qui compte près de 360 000 membres, est devenu inopérant. Les publications doivent en effet être validées par un administrateur.

Interrogé par nos confrères de BFM TV, Facebook laisse entendre que les administrateurs ont cherché à gonfler leur nombre d'abonnés en créant des faux comptes. “En France, comme dans d’autres pays, nous avons supprimé des groupes, des comptes personnels et des pages concernant ces mouvements de protestation pour avoir enfreint plusieurs des règles de nos plateformes, notamment pour avoir spammé et trompé des gens pour monétiser leur intérêt pour ce mouvement”, explique Facebook, qui se défend de vouloir censurer le mouvement.

Par le passé, Facebook a déjà pris des décisions plus radicales pour mettre un terme à un mouvement prenant de l'ampleur sur sa plateforme. En 2019, le réseau social n'avait pas hésité à supprimer l'événement qui organisait l'invasion de la Zone 51.

 



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !