Failles de sécurité : Facebook élargit son champ d’action et vous paie 500 dollars pour ça

 

L’année dernière, Facebook avait lancé une prime aux bugs pour les applications et les sites Web, afin de récompenser les chercheurs qui découvraient des vulnérabilités impliquant une fuite de données des utilisateurs du réseau social. Les chasseurs de bugs disposent maintenant d’une plateforme claire pour signaler des problèmes de sécurité.

Facebook

Facebook est souvent pris dans la tourmente en matière de sécurité, comme le montre cette récente affaire dans laquelle le réseau social a diffusé 419 millions de numéros de téléphone à l'insu de ses utilisateurs. Facebook tente cependant de colmater les brèches par tous les moyens et vient de décider d’étendre la portée de son programme de Bug Bounty. Même si les erreurs des applications tierces ne sont pas liées au code de Facebook, le réseau social souhaite récompenser tous les rapports de bugs valides (et pas seulement ceux qui exposent les données des utilisateurs). Pour être admissibles à une récompense financière, les chercheurs doivent tout d’abord se conformer au programme de divulgation de vulnérabilité de l’application tierce, avant de soumettre les résultats à Facebook.

Renforcer la sécurité de l’ensemble de l’écosystème applicatif

Le lancement du programme Bug Bounty de Facebook date de 2011. Ce projet a montré que les connaissances partagées par les chercheurs sont précieuses et aident à renforcer le travail de sécurité. En s’engageant à récompenser les rapports de bugs valides dans les applications et sites tiers, Facebook espère inciter davantage de spécialistes en sécurité à travailler avec les développeurs d’applications.

L’élargissement du programme à tous types de bugs devrait attirer les chercheurs vers des éléments qui n’auraient pas reçu autant d’attention sans l’existence d’un système de prime. En plus de l’amélioration de la sécurité des données des utilisateurs, Facebook souhaite renforcer celle de l’ensemble de l’écosystème des applications.

Facebook a modifié les conditions de service du Bug Bounty pour ajouter ces nouvelles informations. Il est notamment indiqué que les chercheurs doivent inclure une preuve de l’autorisation accordée par le développeur tiers lorsqu’ils soumettent leur rapport à Facebook. La récompense financière est d’une valeur minimale de 500 dollars, elle dépend de l’impact de la vulnérabilité.

Lire aussi : Facebook, un simple JPEG suffisait à pirater des comptes



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
kaspersky smartphone
Kaspersky va lancer un smartphone “impossible à pirater”

Kaspersky Lab est en train de développer un smartphone présenté comme “impossible à pirater”, selon le PDG de la firme Eugène Kaspersky. La firme semble désormais mettre toute son énergie dans de nouvelles initiatives autour de la vie privée et…

top 200 pires mots passe 2020
Voici le top 200 des pires mots de passe de 2020

Le top 200 des pires mots de passe de l’année 2020 est désormais disponible. Comme tous les ans, l’indémodable 123456 arrive en tête du classement. Parmi les thématiques favorites des internautes, on trouve le divertissement, les grossièretés, les prénoms ou les suites de chiffres….

tesla powerwall faille
Tesla : une importante faille de sécurité menace les batteries Powerwall

Des chercheurs en sécurité informatique ont détecté une faille de sécurité importante dans le Tesla Backup Gateway, le système qui gère les connexions au réseau des Powerwall, les batteries de stockage d’énergie domestiques du constructeur. En 2015, Tesla a lancé…

carte sim arnaque
Elle se fait pirater sa carte SIM et perd 17 000 €

Un pirate a réussi à pirater la carte SIM d’une utilisatrice à de multiples reprises, interceptant à sa place les SMS de double authentification. Malgré de nombreuses tentatives pour stopper le processus, le hacker a réussi à voler 17 000…