Facebook : des médecins ridiculisent leurs patients dans un groupe privé

Sur un groupe Facebook privé appelé le Divan des médecins, regroupant des milliers de praticiens, des propos sexistes et discriminatoires ont été tenus certains de ses membres à propos de leurs patients. Une attitude qui choque le public et qui fera l’objet d’une enquête de l’Ordre des médecins.

facebook amende 5 milliards dollars cambridge analytica

Si vous ne connaissez pas « Le divan des médecins », vous allez être servi. Il s’agit d’un groupe Facebook privé qui regroupe plus de 11000 médecins francophones. Lancé en juillet 2017, c’est un lieu de discussion entre professionnels de santé. Dans ce lieu, « tout ce qui se rapporte à la profession a vocation a être discuté dans le cadre confraternel, bien évidemment dans le respect de chacun, le respect du secret médical et la confidentialité des publications », comme l’affirme la présentation du groupe sur Facebook.

Lire aussi : Twitch : harcèlement, propos haineux, sexe, le service durcit ses règles

Cependant, en deux ans, il y a eu quelques dérives. Une enquête de l’hebdomadaire Nouvel Obs, menée à partir du mois de juin 2019 et qui a mené à la publication d’un long dossier, révèle que certains participants de ce groupe ont tenu des propos sexistes, homophobes, racistes et discriminatoires. Des moqueries physiques de certains patients. Des photos et des vidéos, concernant parfois même des mineurs, ont été échangées, avec des commentaires douteux. Des commentaires qui se compteraient par centaines. Les journalistes ont reçu de nombreuses captures d’écran en provenance d’une dizaine de médecins qui les ont alertés. En décembre 2019, les journalistes obtiennent un accès complet au groupe.

L’administratrice n’avait pas connaissance de ces commentaires

Interrogée par ces derniers, la créatrice de ce groupe, médecin elle aussi, affirme que ces commentaires, très rares et dont elle n’avait pas connaissance, ne sont produits que par une vingtaine de médecins, que certains confrères qualifient « d’hommes blancs hétéros qui se pensent au-dessus de tout le monde ». Une attitude qui n’est pas sans rappeler un autre groupe Facebook appelé « Les médecins ne sont pas des pigeons ». Ce dernier a fait la Une des médias en 2016 pour des raisons similaires.

Lire aussi : Instagram affiche désormais une popup anti-harcèlement en cas d’insultes

Même si la modération du groupe n’a pas été faite par son administratrice, il est évident que Facebook aurait dû être alerté par les contenus publiés dans le Divan des médecins. Étonnamment, cela ne semble pas avoir été le cas, puisque l’administratrice affirme ne pas avoir été alertée.

L’enquête de l’hebdomadaire a évidemment provoqué la vigilance de l’Ordre des médecins. Son président, qui ne connaissait pas l’existence de ce groupe avant d’en être informé par les journalistes, affirme que l’affaire « fera l’objet d’une analyse juridique complète afin de déterminer les procédures qui peuvent être envisagées ». Et des procédures, il pourrait y en avoir. Car certains patients sont reconnaissables dans les échanges entre les différents médecins, notamment sur certaines photos. Ce qui viole naturellement le secret professionnel. Une avocate interrogée par le périodique explique que si un patient se reconnaît dans les documents échangés, il est en droit de saisir la justice.

Source : Le Nouvel Obs



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
Les matchs de la ligue 1 Uber Eats diffusés sur Facebook

La toute nouvelle chaîne du football français Téléfoot devrait être distribuée par le réseau social de Mark Zuckerberg, si l’on en croit nos confrères de l’Équipe. La chaîne — qui appartient à Mediapro, le groupe audiovisuel espagnol diffuseur historique de…

Facebook teste les pages sans bouton « j’aime »

Facebook teste une nouvelle version de ses pages publiques sur mobile. Ainsi, le bouton « j’aime » disparaît pour mettre en évidence le nombre de followers, s’inspirant de ce qui se fait sur Twitter. Cependant, cela ne signe pas pour autant la…