Facebook dénonce Google et Twitter, qui exploitent aussi nos données personnelles

Facebook est acculé de toutes parts, accusé de ne pas protéger et d’exploiter les données personnelles de ses utilisateurs. N’arrivant pas à se justifier, le réseau social s’est tourné vers une autre stratégie dans un billet de blog : dénoncer les autres géants de la tech comme Google et Twitter qui ont recours aux mêmes procédés. Un moyen de détourner l’attention alors que Mark Zuckerberg s’est montré incapable de répondre à plusieurs questions sur la collecte des informations personnelles durant son audition au Sénat.

facebook twitter google

Facebook est poussé dans ses derniers retranchements. Comme le constate TechCrunch, le réseau social essaie de détourner l’attention sur ses concurrents au moment de se justifier sur la collecte des données personnelles de ses utilisateurs. Changement de stratégie pour Facebook, alors que lors de son audition, Mark Zuckerberg s’est montré incapable de répondre aux questions des sénateurs.

Facebook fait comme Google, Twitter, LinkedIn et les autres

Pour répondre à la question « Quelles données Facebook collecte-t-il quand je n’utilise pas Facebook, et pourquoi ?« , David Baser, directeur management et gestion de produit, explique que « quand on visite un site ou une app qui utilise nos services [de Facebook], nous recevons des informations même si on n’est pas connecté ou qu’on n’a pas de compte Facebook. C’est notamment le cas avec les plugins sociaux ou différents outils authentification ou de mesure d’audience.

Là où veut en venir Facebook, c’est qu’il n’est pas le seul à faire ça. « Twitter, Pinterest et LinkedIn ont tous des boutons J’aime ou Partage similaires […] Google a un populaire service Analytics. Et Amazon, Google et Twitter proposent tous des fonctionnalités de connexion« , peut-on lire dans le billet de blog. Il ajoute que « ces sociétés -et bien d’autres- proposent également des services publicitaires« .

Facebook marque un point : accusé de tous les maux, il ne faut pas oublier qu’il est loin d’être le seul à avoir recours à ce genre de pratiques. Mais si Facebook en particulier est dans le viseur des autorités comme des utilisateurs, c’est pour une bonne raison. La fuite de données Cambridge Analytica vient bien de chez Facebook, et ces informations ont servi à la propagande politique pour favoriser l’élection de Donald Trump et le Brexit.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Comment Facebook espionne les utilisateurs Android avec leur accord

Facebook est parvenu à trouver une astuce pour espionner incognito tous les appels et les messages des utilisateurs de smartphones Android. En contournant les réglementations sur les données personnelles, le réseau social a réussi à récolter pendant des années l’historique…

Gilets Jaunes : quel rôle joue vraiment Facebook ?

Le mouvement des Gilets Jaunes est en partie né sur Facebook. Mais aujourd’hui, entre accusations de censure ou au contraire de propagande, le rôle du réseau social pose question. Alors, Facebook influence t-il vraiment le soulèvement ?  Ce mardi 4…