Bitcoin : l’Inde va interdire toutes les transactions en cryptomonnaies

 

L'Inde s'apprête à interdire toutes les transactions en Bitcoin et en cryptomonnaies. Comme la Chine, le gouvernement indien souhaite éviter que les cryptodevises soient utilisées comme moyen de paiement. La détention de crypto-actifs resterait cependant autorisée. 

inde interdire bitcoin

Si certains pays adoptent le Bitcoin et les monnaies numériques, d'autres nations se montrent ouvertement hostiles à la révolution des crypto-actifs. C'est notamment le cas de la Chine. Craignant que le Bitcoin ne fasse de l'ombre à son yuan numérique, Pékin a déclaré la guerre aux cryptomonnaies en interdisant les fermes de minage sur son territoire. En Chine, les paiements en cryptos sont aussi officiellement interdits.

En miroir de la Chine, l'Inde s'est ouvertement affichée à l'encontre des devises numériques. Début de l'année, le gouvernement indien a envisagé d'interdire purement et simplement les cryptomonnaies. Dans le cadre d'un vaste programme gouvernemental visant à mettre en place une monnaie numérique de banque centrale, l'Inde envisageait de considérer les détenteurs de cryptodevises comme des criminels.

L'Inde a assoupli sa position concernant les cryptomonnaies

Quelques mois plus tard, le gouvernement indien a assoupli sa position. D'après les informations de l'Economic Times, l'Inde va prohiber l'utilisation des cryptomonnaies en guise de moyen de paiements, mais autorisera et réglementera l'échange des cryptomonnaies en tant qu'actifs. Citant des sources proches du gouvernement, le média assure que les autorités veulent interdire aux firmes spécialisés d'attirer de nouveaux investisseurs. Dans cette optique, la publicité pour des plateformes d'échange pourrait être interdite. Des plateformes comme WazirX et Bitbins ont déjà suspendu leurs campagnes publicitaires.

Ce projet de loi est toujours en cours de finalisation. Pour discuter des contours de la législation, le Premier ministre indien Narendra Modi a multiplié les réunions ces derniers jours. Officiellement, les autorités craignent que les cryptomonnaies soient massivement utilisées pour financer le terrorisme et faciliter le blanchiment d'argent.

Pourtant, de nombreuses études montrent que les transactions liées à des activités criminelles ne représentent qu'une infime partie des transferts du marché. Une étude réalisée par Chainalysis assure que les activités criminelles ne représentent que 0,34% du volume total des transactions sur l'année 2020. Dans le sillage de ce tour de vis imminent, le cours du Bitcoin a sévèrement baissé. La cryptomonnaie est passée sous la barre des 60 000 dollars, en baisse de 12 % depuis le record de 69 000 dollars atteint début novembre.

Source : Economic Times



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !