1325 applications Android disponibles sur le Google Play Store sont parvenues à contourner les autorisations accordées par les utilisateurs pour s'emparer de leurs données personnelles, révèle une étude des chercheurs de International Computer Science Institute. Á l’insu des internautes, ces applications accèdent donc à la géolocalisation et aux identifiants de leur smartphone. 

android 1325 applications play store espionnent utilisateurs

D’après les chercheurs en cybersécurité de l’International Computer Science Institute, un organisme de recherche indépendant américain, 1 325 applications Android, disponibles au téléchargement sur le Google Play Store, collectent les données personnelles des internautes même si ceux-ci leur ont explicitement refusé l’accès lors de l’installation.

Lire également : ce malware Android espion fait des captures de tout ce que vous faites sur le smartphone !

Plus de 1000 applications Android du Play Store volent vos données personnelles à votre insu

« Nous avons étudié plus de 88 000 applications réparties dans des catégories différentes du Google Play Store américain » souligne le rapport de l’étude. Les 1325 applications épinglées contiennent des solutions de contournement cachées dans leur code. Ces solutions permettent de s'emparer de vos données en interceptant les informations de la connexion WiFi et les métadonnées des images.

C’est notamment le cas de Shutterfly, une application de retouche photo. Pour collecter la position géographique de ses usagers, l’application s'emparait simplement des coordonnées GPS contenues dans les photos des utilisateurs. Ces données étaient immédiatement transmises sur des serveurs à distance. « Shutterfly utilise ces données pour améliorer l’expérience utilisateur grâce à des fonctionnalités telles que la catégorisation et des suggestions de produits personnalisées, le tout conformément à la politique de confidentialité de Shutterfly et au contrat de développeur Android » se défend Shutterfly, interrogé par nos confrères de CNet.

Parmi les autres applications incriminées, on trouve des services Samsung, Disney ou Baidu. Une liste complète des applications espionnes sera dévoilée dans les semaines à venir, promettent les chercheurs de l’International Computer Science Institut.

« Si les développeurs d’applications peuvent tout simplement contourner le système, demander aux consommateurs leur permission est relativement dépourvu de sens » regrette Serge Egelman, chercheur en charge de l’étude. L’expert a donc contacté Google afin de faire part à la firme américaine de ses conclusions. Le groupe a promis de corriger le problème avec le déploiement d’Android 10 Q en version finale. Google devrait par exemple masquer les métadonnées présentes dans les photos.

Source : International Computer Science Institute, CNet



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Android : ce malware ultra dangereux est impossible à supprimer !

Android est la cible d’un malware ultra dangereux baptisé Xiny, révèlent les chercheurs de Dr Web. En activité depuis 2015, ce trojan est presque impossible à supprimer des smartphones infectés. En 2016, les experts en cybersécurité de Dr Web ont repéré la trace…

Android : ce dangereux malware envoie des milliers de SMS à votre place

Android est à nouveau la cible d’un dangereux malware baptisé Faketoken. D’après les chercheurs de Kaspersky, il s’agit d’un Trojan bancaire capable d’envoyer des SMS à la place de ses victimes. Le logiciel malveillant serait ainsi parvenu à contaminer 5000 smartphones un peu partout dans…

Android : ces 30 applications selfies cachent un malware espion

Des malwares espions ont été découvert dans le code de 30 applications Android pour selfies disponibles sur le Google Play Store. D’après l’enquête des chercheurs de CyberNews, ces logiciels malveillants sont conçus pour collecter toutes les données de votre smartphone,…

RCS : le remplaçant du SMS est criblé de failles de sécurité

Le RCS, le successeur du SMS, est truffé de failles de sécurité. D’après les chercheurs de Security Research Labs, l’implémentation du protocole Rich Communication Services par les opérateurs met en danger la vie privée de ses utilisateurs. En exploitant des brèches, un pirate…