Affaire Huawei : la Chine menace Samsung, Dell, Microsoft… et tout ceux qui coupent les ponts

Maj. le 11 juin 2019 à 10 h 31 min

L’affaire Huawei fait monter le gouvernement chinois au créneau : après avoir mis en place une liste d’entreprises « non-fiables » les autorités du pays mènent des réunions à huis clos avec des responsables de grands groupes américains et internationaux – en particulier Samsung, Dell, Microsoft, ARM ou encore SK Hynix. Le message : ne vous pliez pas aux décisions de l’administration américaine, ou préparez-vous à subir des représailles…

affaire huawei

La Chine est en train de mener des réunions avec les responsables de grandes entreprises étrangères – américaines mais pas seulement. Avec un message : tout ira bien si vous ne vous pliez pas au décret de l’administration Trump. Le New York Times révèle ainsi que « des officiels chinois ont dit à des entreprises, depuis l’étranger, que tant que ces entreprises conservent leurs relations actuelles et continuent de fournir les entreprises chinoises normalement, elles ne subiraient pas de conséquences« .

Affaire Huawei : la Chine demande aux entreprises étrangères de choisir leur camp

Et nos confrères du New York Times d’ajouter, s’appuyant sur une source proche de ces rencontres : « ils ont également insisté sur les engagements Chinois autour d’un commerce [international, ndlr] ouvert, et ses protections en matière de propriété intellectuelle » et leur aurait intimé d’exercer un lobbying auprès de l’administration américaine. Selon le quotidien, des responsables de Microsoft, Dell, Samsung, ARM et SK Hynix ont ainsi été approchés par des officiels chinois lors d’entretiens qui se sont tenus à huis clos mardi et mercredi.

Précédemment les autorités chinoises avaient réagi aux mesures de Trump en établissant leur propre liste d’entreprises qui ne sont pas « dignes de confiance ». Mais ce nouveau tournant dans les mesures chinoises est assez surprenant. En effet, comme le souligne un expert des relations sino-américaines cité par le quotidien, Scott Kennedy, la Chine force désormais les entreprises américaines, ou ayant de forts liens technologiques et économiques avec les Etats-Unis à choisir de quel côté du Pacifique ils se rangent.

Lire également : 5G Huawei – l’affaire risque de retarder l’arrivée de la technologie partout dans le monde

Or, « les entreprises américaines ne violeront pas les lois américaines, surtout dans un tel contexte, où chacune de leurs actions sont passées à la loupe », estime Scott Kennedy. Pensez-vous que la Chine a suffisamment de moyens de pression pour faire capituler l’administration Trump et mettre fin à la guerre commerciale ? Partagez votre avis dans les commentaires.

Source : New York Times

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Huawei assure qu’Harmony OS va rivaliser avec iOS d’ici 2 ans

Huawei estime qu’Harmony OS, son alternative maison à Android, sera aussi répandue qu’iOS dans les deux années à venir. Lors d’une interview, Ren Zhengfei, le fondateur du groupe chinois, a longuement évoqué l’avenir de son OS mobile maison.  Fin du mois de septembre,…

Huawei : Donald Trump accepte de lever une partie des sanctions

Donald Trump a finalement accepté de lever une partie des sanctions à l’encontre de Huawei. En marge d’un nouveau sommet entre Washington et Pékin, le président américain a décidé d’accorder des licences de vente à certaines sociétés américaines. Dans ces conditions, le…

Huawei promet que la 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G

Huawei assure que le futur réseau 6G sera 100 fois plus rapide que la 5G, dont le déploiement en est encore à ses balbutiements. Lors d’une interview, Richard Yu, PDG de la division mobile de la firme, a pour la première fois…