Bitcoin : le FMI veut réguler les cryptomonnaies pour lutter contre le terrorisme !

Le FMI ( Fonds Monétaire International) appelle à réguler le Bitcoin et le marché des cryptomonnaies en général. Pour Christine Lagarde, la président du FMI, les monnaies virtuelles ne manquent pas d’atouts, mais en l’absence de réglementation, elles risquent d’être utilisées à de mauvaises fins, par des terroristes et des criminels. 

bitcoin

Dans un nouveau billet sur son blog, Christine Lagarde a longuement évoqué le sujet du Bitcoin et des cryptomonnaies en général. Quelques jours avant le G20, qui aura lieu le 19 et 20 mars à Buenos Aires et qui décidera en partie de l’avenir des cryptomonnaies, la dirigeante du FMI a mis en exergue les atouts et les risques liés à l’usage des monnaies virtuelles.

Bitcoin : avant le G20, le FMI appelle à réguler le marché des cryptomonnaies

La président a commencé par mettre en avant « les avancées prometteuses » du Bitcoin et des cryptomonnaies. « La technologie derrière ces actifs, comme la blockchain, pourrait permettre de révolutionner des domaines au-delà de la finance » explique Christine Lagarde. Malgré son enthousiasme, la dirigeante, à la tête du FMI depuis 2011, appelle à la prudence. Comme le SEC ( un organisme de contrôle américain), la Banque de France, ou l’Union Européenne, la présidente du FMI appelle à réguler le marché des cryptomonnaies. 

« Gouvernements et banquiers doivent travailler ensemble pour concevoir une réglementation sur les cryptomonnaies afin d’éviter qu’elles ne soient utilisées pour blanchir de l’argent et pour financier des activités terroristes » a mis en garde Christine Lagarde. La dirigeante n’apprécie pas l’indépendance du marché des monnaies virtuelles par rapport aux banques centrales. « Les transactions en crypto-actifs sont anonymes, comme l’argent liquide » explique-t-elle. Comme un récent rapport de la Banque de France, qui menaçait d’encadrer le Bitcoin, Christine Lagarde préfère le terme de crypto-actifs à celui de cryptomonnaies.

Pour étayer son argumentation, elle prend pour appui l’exemple d’Alphabay, le célèbre supermarché de la drogue et des armes sur le dark web. La plateforme a généré un milliards de dollars de transactions en cryptomonnaies. Selon la justice, 380.000 produits et 200.000 clients réguliers étaient enregistrés sur le site. Considéré comme le Ebay du marché noir, Alphabay a été fermé par le FBI et Europol en juillet 2017.

Christine Lagarde conclut son billet en énumérant les initiatives soutenus par le FMI. « Nous pouvons combattre le feu par la feu » affirme la présidente. Pour sécuriser et réguler le marché des cryptomonnaies, le FMI encourage la création d’un registre de clients, commun aux plateformes sécurisées, l’usage des scanners biométriques, et de la cryptographie pour sécuriser les transactions. De même, elle se dit pour l’utilisation de l’intelligence artificielle afin d’identifier les manoeuvres malveillantes sur le marché des cryptomonnaies.

Les dires de Christine Lagarde s’inscrivent dans une volonté plus large de contrôler l’usage des cryptomonnaies. Comme le FMI, l’Union Européenne profitera du G20 pour évoquer la réglementation du Bitcoin et des autres monnaies virtuelles. De son côté, Emmanuel Macron s’est déjà dit favorable à une intervention du FMI sur le marché des cryptomonnaies. Face à ces nombreuses initiatives, le cours des cryptomonnaies va-t-il connaître un nouveau plongeon ? Que devons-nous attendre du G20 ?

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !