YotaPhone 2 : une fiche technique pour le nouveau smartphone double écran

Maj. le 24 août 2018 à 20 h 35 min

Le YotaPhone 2 est en chemin. Le smartphone double écran, affichant une dalle e-ink sur sa coque, revient de Russie avec quelques améliorations.

yotaphone 2 fiche technique e ink

Le YotaPhone est un appareil se distinguant de ce qui se fait globalement dans la concurrence. Fruit d’une société russe, l’appareil affiche un écran tout ce qu’il y a de plus classique en façade, mais s’offre le luxe d’en avoir un second au dos, cette fois-ci utilisant la technologie e-ink, économisant l’énergie tout en permettant l’affichage continu d’information.

La première version du YotaPhone tâtonnait avec le principe, avec le mérite d’être pionnière de sa catégorie. Le YotaPhone 2, quant à lui, amène quelques progrès logiques, mais forts bienvenus.

Ainsi, l’écran principal, utilisant au départ la technologie LCD pour une définition 720p, passe à l’AMOLED Full HD 1920 par 1080. Par ailleurs, l’écran e-ink, qui fait tout l’intérêt de l’appareil, a connu une grosse amélioration, puisque ce dernier est devenu tactile. Les journalistes ayant pu essayer des prototypes de l’appareil en février en sont en général ressorti convaincu, parlant d’une version nettement améliorée par rapport au YotaPhone premier du nom.

yotaphone 2 date

L’écran, du fait de son passage au tactile, peut désormais gérer plusieurs fonctionnalités qui étaient réservées à l’écran principal. Il est donc désormais possible de voir les appels de ce côté de la machine, écrire ses SMS, emails, en bref, tout ce qui n’exige pas d’un affichage supérieur, c’est-à-dire beaucoup de choses.

Ceci devrait permettre des économies d’énergies assez conséquentes, quand on sait à quel point un écran classique est gourmand et combien l’encre électronique ne demande quasiment rien, de son côté.

Côté design et fiche technique, les photos présentes dans cet article et les informations qui suivent sont celles du modèle présenté au début de l’année, qui aura peut-être connu quelques modifications pour la version définitive, qui sera présentée le 3 décembre. Mais voici l’idée :

  • Ecran (avant) : AMOLED 5 pouces de définition Full HD, 1920 X 1080
  • Ecran (arrière) : 4,7 pouces e-ink (technologie employée sur les liseuses électroniques)
  • Processeur : quad core Qualcomm Snapdragon 800 cadencé à 2,3 Ghz
  • Mémoire : 32 Go de stockage interne
  • Batterie : 2 550 mAh
  • Dimensions : 144 x 69,5 x 8,9 mm
  • APN : 8 Mégapixels, caméra frontale de 2 Mégapixels
  • Poids : 140 grammes

Le prix du smartphone est encore inconnu, mais une sortie Européenne est prévue. Toutes les questions devraient trouver réponse 3 décembre.

Via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Redmi K20 Pro : un haut de gamme à moins de 350 € ?

Redmi dévoilera une nouvelle gamme de smartphones le 28 mai prochain. Elle sera composée de deux modèles : un Redmi K20 standard, mais aussi un Remi K20 Pro. Ce sont les premiers smartphones de la marque à embarquer un processeur…

Huawei est prêt à remplacer Android et Windows dès 2019

Malgré les pressions venant de toutes parts, Huawei continue d’afficher sa détermination à sortir de son isolement. Richard Yu, le responsable de la division mobile du groupe chinois à confirmé que ses alternatives à Android et Windows pourraient être lancées…

Realme 3 Pro officiel : une fiche technique canon pour 199 euros

Le lancement du Realme 3 Pro est désormais officiel en France. Le smartphone de l’ancienne filiale de Oppo débarque sur un segment où Xiaomi et Honor sont déjà bien installés, mais son rapport qualité-prix devrait en convaincre plus d’un de…

Affaire Huawei : pourquoi ARM a cédé face à la Maison Blanche ?

L’affaire Huawei a pris un nouveau tournant avec la défection d’ARM – l’entreprise conçoit l’architecture et les coeurs qui sont utilisés par l’ensemble des fondeurs du marché, dont HiSilicon (filiale de Huawei), MediaTek, Apple, Qualcomm ou encore Samsung. Or ARM…

Huawei : TSMC n’abandonne pas la firme chinoise

Huawei a enfin droit à une bonne nouvelle. Le fondeur TSMC a en effet décidé de ne pas abandonner le constructeur chinois. Contrairement à Panasonic, ARM ou Toshiba, l’entreprise taïwanaise continuera de fournir des composants à Huawei malgré le décret…

Huawei : Panasonic refuse aussi de fournir le constructeur

Huawei essuie un nouveau revers. Panasonic, le géant japonais de l’électronique, refuse maintenant de fournir ses composants au constructeur chinois. Apparement, certains produits élaborés par la firme reposent sur des technologies américaines. Comme ARM avant lui, Panasonic est donc contraint de plier…