Vous terminez vos SMS par un point ? Vous êtes perçu comme hypocrite, antipathique et cruel

Maj. le 6 mars 2018 à 15 h 11 min

Voilà une étude qui va en surprendre plus d’un. Chacun d’entre nous écrit au quotidien des SMS plus ou moins longs à des interlocuteurs plus ou moins proches. Figurez-vous qu’une étude américaine vient de conclure que lorsque vous terminez vos SMS par un point vous êtes perçu comme antipathique, hypocrite et cruel. Explications.

sms point hypocrite antipathique cruel

Lorsqu’il s’agit d’écrire un SMS, oubliez toutes les règles de ponctuation apprises durant votre scolarité. Une étude de l’université américaine de Binghamton révèle que l’emploi du point dans les SMS est très mal perçu par les interlocuteurs.

Pour comprendre le rôle social du point lorsqu’il est utilisé sur un smartphone, une tablette ou un ordinateur, l’équipe de chercheurs a créé un protocole d’expérience bien particulier : 126 étudiants ont participé à une série d’échanges soit par SMS soit par notes manuscrites.

Le principe était simple : écrire un message type sous forme de question et répondre de manière courte, avec ou sans point. Parmi les questions types on avait par exemple :

– Est-ce qu’on va toujours boire un verre ce soir ?
– Ouais, c’est bon.

Que font ressortir les résultats de cette étude ? D’abord, que le point est très mal perçu lorsqu’il est utilisé dans un SMS. Les réponses ont été jugées moins sincères lorsqu’elles se terminaient par un point. En revanche, lorsque le point est écrit dans une note manuscrite, il est tout à fait acceptable, même normal. Par SMS ne pas mettre de point à la fin d’une réponse est donc plus apprécié.

Mieux encore, le point d’exclamation est perçu comme une marque de grande sincérité. Mettre un point d’exclamation est bien mieux que le point donc mais également mieux que ne rien mettre du tout même si son emploi n’est pas forcément justifié.

Ponctuation, émoticons, onomatopées : reflets des émotions

Avec les textos, il nous manque les indices sociaux normalement utilisés dans une discussion en face à face. Quand nous parlons, nous transmettons des informations émotionnelles et sociales avec le regard, l’expression faciale, le ton de la voix, les pauses, etc. Nous ne pouvons évidemment pas utiliser ces mécanismes quand nous écrivons un message. En conséquence, il paraît normal que les textoteurs comptent sur ce qu’ils ont à portée de main – les émoticons, le langage SMS en onomatopée et, selon nos données, la ponctuation. – Celia Klin, directrice de l’étude –

La directrice de l’étude est claire : la ponctuation dans les SMS répond à des codes qui n’ont rien à voir avec ceux de la grammaire traditionnelle. D’après elle, plusieurs éléments de la communication ne sont pas perceptibles dans un SMS.

Il est vrai que lors d’un échange direct, en face à face avec quelqu’un, notre corps est responsable de 80% de notre communication émotionnelle : la posture, le regard, le ton de la voix, les gestes. Tout ce que l’on appelle le langage du corps envoie des signaux forts lors d’un échange.

Ces signaux sont le reflet de nos émotions et permettent à l’interlocuteur d’interpréter les mots que nous prononçons. Ce sont les nuances de l’échange, ce qui rend notre discussion plus humaine.

Dans un SMS, tous ces messages du corps, ces signaux manifestant nos émotions ne sont pas perceptibles. Ainsi, pour compenser cette absence de langage du corps, la ponctuation répond à d’autres codes. Le point est considéré comme froid et distant, hypocrite voire cruel.

Le point d’exclamation, les émoticons ou encore les onomatopées sont des signaux forts envoyés à un interlocuteur. Ils sont le reflet de vos émotions, de votre ressenti et aident la personne à qui vous écrivez à percevoir vos ressentis et votre intonation. Ah la communication ! Tout un art n’est-ce pas ? Et vous, vous utilisez le point dans vos SMS ?

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Le CSA lance sa campagne « Pas d’écran avant 3 ans »

Le CSA lance ce 19 octobre 2018 sa campagne de prévention « Pas d’écran avant 3 ans » pour sensibiliser les parents sur les dangers des smartphones, tablettes et TV pour les tout petits. Jusqu’au 21 octobre, spots et reportages sont diffusés à…