Volkswagen n’est pas assez bon sur l’intégration logicielle, les dirigeants vont faire de gros changements

 

Le 15 décembre prochain aura lieu une grande réunion des pontes de Volkswagen. Parmi les questions à l’ordre du jour, celle de l’intégration logicielle des véhicules de la marque aura une grosse importance. 

Volkswagen ID.Buzz

Si le savoir-faire de Volkswagen en matière de mécanique est reconnu, il n’en va pas de même lorsque l’on parle de l’intégration logicielle des solides voitures allemandes. Les témoignages rapportant des dysfonctionnements plus ou moins graves les affectant sont récurrents. C’est un gros problème pour un groupe qui veut devenir le nouveau roi des véhicules électriques dans les deux prochaines années.

À lire — Essai Volkswagen ID.5 GTX : un SUV 100% électrique sans grande valeur ajoutée

Volkswagen commercialisera 10 nouvelles voitures électrique d’ici 2026. S’il ne fait aucun doute que la marque saura proposer une expérience de conduite à la hauteur, il est moins certain que la partie logicielle de ses véhicules apportera satisfaction. Nous avions, par exemple, constaté dans notre test de l’ID.Buzz que l’ergonomie du système d’infodivertissement laisse largement à désirer. Dans un entretien accordé à The Verge, un automobiliste fait part de ses déboires avec son ID.4.

Volkswagen est en retard sur l’aspect informatique, même par rapport aux marques traditionnelles

Concernant son ID.4, Me Flash dit : « comme voiture, sans parler de l’infodivertissement et du software, elle est fantastique. Peu d’automobiles sont aussi bonnes, vraiment. Mais Volkswagen est un peu en retard sur le logiciel, même par rapport aux autres marques historiques ». Tout ce qui concerne l’infotainment, l’intégration du smartphone ou encore les contrôles tactiles était une véritable déception. Tout semblait compliqué : programmer la recharge de la batterie, utiliser CarPlay sans devoir s’y reprendre. Autant d’actes qui paraissent simples chez d’autres sont irritants avec la Volkswagen.

Le PDG de Volkswagen, Oliver Blume, le reconnaît : ses équipes sont en retard sur le plan de l’intégration logicielle. C’est une nouvelle compétence à acquérir, à l’heure où l’on parle de la fin du moteur thermique et de l’avènement des voitures autonomes. En d’autres termes, la compagnie doit se reconvertir dans l’informatique. C’est ce que des marques telles que Tesla, Rivian et même Renault, avec le premier Métaverse de l’industrie automobile, ont déjà compris. Dans les propres termes d’un représentant de Volkswagen, « le groupe traverse la plus grosse transformation de son histoire. Les logiciels vont devenir les véritables différenciateurs ».

Source : The Verge



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !