Voici comment un site de téléchargement illégal se moque ouvertement des ayants-droit

 

DonTorrent, site de téléchargement illégal particulièrement populaire en Espagne, s’est amusé à citer Jan van Voorn, chef de la protection du contenu mondial à la MPA, comme son administrateur. Si on se doute volontiers que ce dernier n’est pas à la tête de la plateforme, cette petite plaisanterie risque de ne pas plaire à l’association d’ayants droit.

ransomware pirates russie
Crédits : Unsplash

DonTorrent est l’un des sites de téléchargement illégal les plus populaires au monde. Avec ses quelques millions d’utilisateurs, largement localisés en Espagne, il est une force indéniable du piratage et, par conséquent, l’une des cibles principales des ayants droit. Ce qui ne l’empêche pas de s’amuser de la situation. Depuis plusieurs semaines, le site affiche en effet une photo de Jan van Voorn, accompagné d’un texte affirmant que l’homme est le propriétaire de la plateforme.

Or, Jan van Voorn n’est pas n’importe qui. En effet, il est le chef de la protection du contenu mondial à la Motion Picture Association (MPA), l’une des associations d’ayants droit les plus puissantes de la planète. Aux côtés de l’Alliance of Creativity and Entertainment (ACE), une autre coalition regroupant plusieurs services de streaming tels que Netflix ou encore Disney+, l’organisation est à l’origine de plusieurs poursuites judiciaires dans divers pays.

Ce site de téléchargement illégal nargue les ayants droit

Tout cela n’a visiblement pas l’air d’inquiéter les véritables administrateurs de DonTorrent, qui n’hésitent d’ailleurs pas à révéler l’adresse de Jan van Voorn — ou du moins, une adresse, qui n’est pas peut-être pas la véritable du concerné. En effet, le tout ressemblant à une immense plaisanterie, il est probable que ses auteurs aient simplement voulu pousser le bouchon encore plus loin.

Sur le même sujet : Black Widow — le téléchargement illégal aurait fait perdre 530 millions d’euros à Disney

Reste que les sanctions auxquels s’expose le site sont colossales. Les condamnations à plusieurs millions d’euros se multiplient ces dernières années, tout autant que les blocages de nom de domaine. Tout comme ses homologues, DonTorrent change régulièrement de nom de domaine pour passer entre les mailles du filet des FAI. « L’industrie du film, de la télévision et du streaming doit être protégée du piratage parce qu’elle crée des rêves, de l’espoir et du bonheur… ce n’est que de la magie », a commenté Charles Rivkin, dirigeant de la MPA.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !