Test HTC Desire 820 : un milieu de gamme 64-bit plein de qualités

Maj. le 2 mars 2018 à 18 h 22 min

HTC enrichit son milieu de gamme sur le marché français avec le Desire 820. Loin, très loin de son positionnement avec le HTC One M8 ou bien encore le HTC Eye, la marque taïwanaise entend plus rivaliser avec le Huawei Honor 6 et consorts avec un tarif de vente situé autour des 349 euros.

Est-il possible de concevoir un appareil bien conçu et agréable à ce prix ? C’est tout le pari de HTC que nous allons vérifier ici.

Fiche technique du HTC Desire 820

Avec son octo-core 64-bit, le constructeur propose un processeur qui devrait révéler tout son potentiel avec Android 5.0 Lollipop. Pour l’heure, il faudra se contenter de Android 4.4.4 KitKat, une valeur sûre donc. L’écran HD 5,5 pouces dispose d’une définition de 1280 x 720 pixels avec 267 ppp, ce qui peut sembler peu sur le papier.

Nous vérifierons ce qu’il en est en pratique. Petit rappel, toutes nos images sont cliquables afin d’agrandir le cliché !

  • OS : Android 4.4.4 KitKat via la surcouche utilisateur HTC Sense 6.0
  • Ecran : LCD 5,5 pouces, définition HD 720p 1280 x 720 pixels (267 ppp)
  • Processeur : octo-core 64-bit Qualcomm Snapdragon 615 (quatre cœurs cadencés à 1 Ghz et quatre cadencés à 1,5 Ghz)
  • GPU : Adreno 405
  • Ram : 2 Go
  • Stockage interne : 16 Go extensible via l’ajout d’une carte microSD
  • Mulimédia : capteur photo de 13 Megapixels d’ouverture f/2.2, caméra frontale BSI de 8 Megapixels et haut-parleurs stéréo BoomSound
  • Connectivité : Wi-Fi a/b/g/n, Bluetooth 4.0, GPS, DNLA, Dual-SIM
  • Réseau : HSPA+, 4G / LTE de catégorie 4 (jusqu’à 150 Mbps)
  • Batterie : 2600 mAh
  • Dimensions : 157.7 x 78.74 x 7.74 mm
  • Poids : 155 grammes
  • Coloris : blanc, noir, bleu ciel, rouge, rose

Doté d’un emballage sobre, le smartphone est accompagné de son câble USB et de son adaptateur secteur, indispensables pour le recharger, ainsi que des écouteurs. Comme bien souvent, le manuel est succinct et fait plus penser à un guide de mise en route. Ça tombe bien, le HTC Desire 820 se prend aisément en mains, sans la moindre difficulté.

Un design efficace pour une bonne prise en main

Avec le Desire 820, HTC exploite ce qu’il sait faire de mieux niveau design tout en recyclant allègrement les formules déjà éprouvées. En l’occurrence, difficile de ne pas faire la comparaison avec le HTC Desire Eye que nous avions testé il y a quelques temps. Ce qui tombe plutôt bien car il s’agit d’une coque unibody qui tient bien dans les mains et qui donne une impression de solidité bien réelle malgré plusieurs ajustements revus à la baisse.

Et si l’ensemble nous plait toujours autant malgré un emplacement de boutons étrange (le volume au-dessus du Power On-Off, vraiment ?) et une intégration de l’écran qui laisse toujours un peu à désirer. Ainsi, pour un 5,5 pouces, nous trouvons toujours que les bordures noires autour de l’écran sont assez imposantes là où on aurait apprécié une diagonale plus importante pour un smartphone avec de telles dimensions (Le OnePlus One par exemple fait figure de poids plume à côté).

Dans les faits, HTC récupère les dimensions du Desire 816 tout en ajoutant une coque unibody façon Desire Eye. Pas mal mais pour l’originalité, on repassera.

Un écran HD mais pas full

Pour ce smartphone, HTC a décidé d’exploiter une dalle HD de 1280 x 720 pixels. Nous sommes donc en face d’une simple définition HD. Seul petit souci, avec 5,5 pouces, la densité de pixels se montre un peu faible avec 267 ppp au compteur. Heureusement, il n’y a rien d’handicapant au quotidien et l’image est globalement bien définie.

Dans l’ensemble, la dalle se montre réactive, les couleurs chatoyantes, et les angles de vision très ouverts. Impeccable pour partager avec son voisin sa vidéo YouTube préférée. Seul petit bémol, la luminosité ne semble pas si forte que ça au niveau maximum. Rien de rédhibitoire pour un usage quotidien classique. Nous sommes en présence d’un bel écran.

Dans l’obscurité ou en pleine lumière, notons que l’appareil se montre globalement de bonne facture. Lisible en toutes circonstances dites normales, ce smartphone nous semble au-dessus de la moyenne des appareils du marché dans cette gamme. Un bon point pour HTC.

Le Snapdragon 615 dans les benchmarks, pas mal

Avec le Snapdragon 615, HTC s’équipe d’un octo-core 64-bit de Qualcomm. Ce SoC fait ainsi suite au modèle 600 du fondeur et il exploite l’Adreno 405 pour la partie graphique. S’il faudra encore patienter jusqu’à Lollipop pour voir ce que le mode 64-bit apporte concrètement, Android KitKat permet d’avoir un aperçu des plus positifs.

HTC Desire 820, les benchs AnTuTu
AnTuTu suivi de Basemark OS II et de 3D Mark

S’il n’existe pas de fossé hallucinant entre les deux générations de SoC, on note tout de même des améliorations au profit du Snapdragon 615. Ainsi dans AnTuTu Benchmark (v5.6), le Desire 820 se montre bien loin du trio de tête (Meizu MX4, Galaxy Note 4, et OnePlus One, tous trois aux alentours de 50 000) pour culminer à 32745, ce qui le place entre le HTC One de première génération et le LG G3. Pas mal pour ce milieu de gamme.

La tendance se confirme sur PC Mark avec 3152 au compteur, un score qui le place après le Nexus 6 (4233) ou le Galaxy S4 4G+ (4622). Néanmoins, Epic Citadel témoigne d’un solide 52,2 FPS en ultra high quality à la définition native (notons ici qu’elle est à 1200 x 720 pixels pour les besoins du test). Les scores spécifiques au navigateur web natif ne sont pas fous, mais la plupart d’entre-vous utilisera probablement une solution tierce comme Chrome ou autre …

Sur cette base, l’hypothèse qui nous vient en tête est que les performances de l’Adreno 405 assurent au niveau du rendu 3D, là où les prouesses du Snapdragon 615 sont plus mesurées par rapport à son ancêtre, le modèle 600. Reste une inconnue, que peut apporter Android Lollipop ? N’oublions pas que le système devrait libérer les vannes du mode 64-bit. A suivre.

Sense, une interface qui change la vie

Comme vous l’aurez compris à la lecture de ce test, Android 4.4 est toujours au rendez-vous. Il ne faut dont pas s’attendre à trop de surprises du côté de la surcouche HTC Sense employée qui respecte les canons du genre sur de nombreux smartphones de la marque. Dès le lockscreen, il est possible d’avoir accès à des fonctions de base comme téléphoner, textos, etc.

Blinkfeed répond toujours à l’appel en scrollant sur la gauche pour les amoureux de l’information. Notons les traditionnels widgets toujours présents en laissant son doigt quelques instants sur l’écran de base puis en sélectionnant l’option. Les raccourcis (en laissant glisser deux doigts depuis la barre de notifications) permettent d’accéder des fonctions clés en 2/3 mouvements. Enfin les applications du smartphones défilent de haut en bas, plutôt que de gauche à droite. Rien de déstabilisant donc.

Notons aussi les présences de plusieurs modes de fonctionnement. Le mode enfant, afin de préserver vos chères petites têtes blondes, le mode auto, pour rouler avec une interface allégée, ou bien encore le mode extrême économie (cf photo). Celui-ci permet de limiter la consommation de batterie en ne donnant accès qu’à quelques fonctionnalités ciblées.

Bien vu, en cas de pépins. L’ensemble (système + applications par défaut) occupent environ 6 Go, ce qui laisse 10 Go environ pour ajouter ses propres médias et applis. Un port SD permet d’augmenter la capacité de l’ensemble.

HTC BoomSound, et la fête est plus folle

Si il y a un point qui risque de mettre d’accord, c’est concernant la partie sonore. Comme à son habitude, HTC ajoute les hauts-parleurs BoomSound à son Desire 820. Le résultat déménage. Le smartphone est ainsi à l’aise dans les basses, les aigus, le tout dans un volume joliment puissant.

Il y a de quoi écouter Miley Cyrus, Guns N’ Roses, ou son Metallica sans perdre une goutte du spectacle sonore. Evidemment, l’écoute au casque se révèle encore plus agréable avec une sortie jack sur le dessus qui remplit son office avec délice.

De bonnes photographies, sans plus

HTC nous a plutôt habitué à de bons capteurs photo. Aussi nous ne nous attendions pas à être déçu sur ce point. Le constructeur privilégie à nouveau un capteur de 13 mégapixels tout en renflouant la partie logicielle. De nouveaux réglages font ainsi leur apparition, même si l’ensemble apparaît moins complet que le Desire Eye. Il y a néanmoins de quoi faire.

Les photos obtenus par ce capteur dorsal sont ainsi globalement bonnes. Même si on reste un bon cran en-dessous des ténors du smartphone. Plusieurs défauts sont à noter. Le piqué en premier lieu ne semble pas fantastique, ensuite en zone de basse lumière, notons cette propension à laisser voir des pixels, la gestion de la lumière semble aléatoire.

Rien de grave dans cette gamme d’appareil, mais mieux vaut l’avoir en tête au moment de l’achat. Le capteur frontal de 8 mégapixels remplit son objectif même si nous restons assez éloigné du Eye. Découvrez dans la suite, l’ensemble des clichés pris afin de vous faire une idée. De jour, l’expérience est de loin bien plus intéressante.

HTC Desire 820, immeuble sans HDR
Sans HDR

HTC Desire 820, immeuble avec HDR
Avec HDR

HTC Desire 820, , en mode macro
Mode macro

Une autonomie qui fait le job

Avec ses 2600 mAh, sur le papier, l’autonomie devrait être en conséquence. Pourtant ce point se solde par une micro déception. Selon une utilisation basique, soit un peu de surf sur le web via Google Chrome, quelques jeux 2D et de la synchro de compte Google, push mail etc, le Desire 820 tient la charge environ 16 heures, dont environ 4 heures, écran allumé.

Moralité, il y aura  suffisamment de jus pour tenir une bonne journée mais guère plus dans le mode de consommation d’énergie standard. Pour les plus baroudeurs, il faudra donc avoir le chargeur sur soi et/ou disposer d’une batterie d’appoint afin de redonner des couleurs au précieux. Signalons par ailleurs que la batterie est non-amovible du fait de la conception du smartphone avec une coque unibody.

Les fonctions téléphoniques au niveau

Le téléphone est dans la continuité des HTC récents. Sous une couverture réseau correcte, la voix est claire, puissante et le haut-parleur permet de suivre la conversation avec son interlocuteur dans les meilleures conditions possibles. Et si vous notez la présence du double SIM, sachez que pour l’occident, le deuxième port est inactif (cf photo). Dommage. Ça aurait pu être un autre point en faveur de ce modèle.

Rien d’autre à ajouter sur la partir téléphonie pure. Au niveau du fix GPS, celui-ci est rapide et relativement précis. Nous n’avons pas eu de difficulté à nous guider dans Paris en mode piéton sous Google Maps.

HTC Desire 820

Le HTC Desire 820 est un smartphone homogène, cohérent dans son positionnement tarifaire. En tant que moyen de gamme, il dispose de composants de qualité, hérités des flagships de HTC. Son écran HD est réussi et plaira à de nombreux utilisateurs. La coque inspire confiance bien qu'elle contribue à augmenter les dimensions d'un smartphone à la taille assez imposante pour un 5,5 pouces (157.7 x 78.74 x 7.74 mm). Par ailleurs, l'offre logicielle de HTC n'est pas saturée de bloatwares et rend même de jolis services, un vrai plus pour l'appareil.

A l'avenir, son passage vers Android Lollipop devrait même augmenter son capital séduction (il tourne sur un CPU 64-Bit). A 349 euros environ en France, il s'agit d'une offre à prendre en considération.

Mais pour 50 euros de moins, le Huawei Honor 6 pourrait venir jouer les troubles-fêtes, tandis que le OnePlus One et d'autres modèles chinois proposent beaucoup plus pour un tarif un peu inférieur. Reste aussi l'option des hauts de gamme de 2014 dont les prix s'effondrent. Question de goût et d'envie donc.

Design

Ecran

Interface

Performances

Appareil photo

Autonomie

Note finale

Avec le Desire 820, HTC muscle le milieu de gamme d'une bien belle manière. Idéal pour un adolescent autant que pour un adulte qui ne s'intéresserait guère aux dernières innovations high-tech du mobile, ce HTC Desire 820 offre une belle prestation dans les principales tâches demandées à un smartphone aujourd'hui, pour un tarif contenu, tout en profitant du savoir-faire éprouvé de HTC dans ce domaine. Un bel appareil auquel on peut demander beaucoup sans avoir peur d'être déçu.
Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers tests !
Test du OnePlus 6T McLaren Edition : la Formule 1+

Le OnePlus 6T McLaren Edition est arrivé. Nous avons eu la chance de le tester en avant-première. Découvrez toutes nos impressions sur le plus abouti des smartphones jamais créés par OnePlus.

Test du Xiaomi Mi 8 Pro : transparent comme une Game Boy, et c’est tout

Avec son Xiaomi Mi 8 Pro, le constructeur mise sur la nostalgie en proposant une version transparente de son smartphone. C’est aussi le premier smartphone de la marque équipé d’un lecteur d’empreintes sous l’écran. Pour le reste, c’est un Xiaomi Mi 8. Suffisant pour concurrencer le OnePlus 6T ? Réponse dans notre test complet !

Test du Razer Phone 2 : moi, moche et méchant

Razer lance le Razer Phone 2, le successeur du premier smartphone doté d’un écran 120Hz. Razer dit avoir corrigé les défauts du premier opus. Nous avons utilisé le Razer Phone 2 pendant quelques jours. Verdict dans notre test complet.

Test de l’Asus ROG Phone : le vrai smartphone gaming, c’est lui !

Né d’un poisson d’avril en 2016, l’Asus ROG Phone débarque sur le marché français. Le constructeur a conçu le smartphone gaming de l’extrême. Tout ou presque sur le papier est réuni pour proposer la meilleure expérience de jeu sur smartphone. Mais qu’en est-il en réalité ? Réponse dans notre test complet !