SFR dément avoir fait « cadeau » de 1,5 millions d’euros à Emmanuel Macron pour sa campagne

SFR a fermement démenti les insinuations de Jean-Luc Mélenchon selon lequel Emmanuel Macron aurait fait campagne hors de la période légale et aurait bénéficié d’une aide gracieuse de l’opérateur pour appeler 6 millions d’électeurs en avril 2017. Une affaire qui avait déjà fait des vagues à l’époque : l’équipe de campagne avait démenti, affirmant que la campagne d’appels avait été suspendue le vendredi précédant l’élection à 20 heures comme l’exige la loi. Quand au fameux « cadeau », l’opérateur se dit prêt à porter l’affaire en justice. 

sfr melenchon

Le chef de file de la France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a relancé sur BFMTV une polémique datant de 2017 autour du financement de la campagne d’Emmanuel Macron : « est-il vrai que le samedi, veille du premier tour, il y a eu une grande campagne d’appels téléphoniques par l’entreprise SFR, qui est dirigée par quelqu’un qui aime beaucoup Monsieur Macron, qui a donné des messages où on entendait, paraît-il, la voix de Monsieur Macron ?”, a-t-il lancé. L’ex-candidat malheureux à la présidence était interrogé autour des révélations du site Mediapart selon lequel le Président de la République avait bénéficié d’avantages de la société GL Events.

SFR affirme ne pas avoir fait « cadeau » de 1,5 millions d’euros à l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron

Le journal d’investigation s’est en effet intéressé à une remarque de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) selon laquelle l’équipe d’En Marche avait bénéficié d’un « pourcentage anormalement élevé » de réductions de la part de GL Events, une entreprise à laquelle l’équipe du candidat avait recours pour organiser ses meetings. Des pratiques finalement considérées comme faisant partie d’une « négociation commerciale habituelle », selon la CNCCFP. Mais un autre candidat, François Fillon a immédiatement relevé ne pas avoir bénéficié du même traitement alors que son équipe a elle aussi eu recours aux services de GL Events.

Mais revenons à SFR : selon Jean-Luc Mélenchon, l’équipe du candidat Emmanuel Macron aurait passé ses coups de fil jusqu’au dernier moment. Une information démentie par l’équipe de campagne qui affirme avoir cessé de passer des appels « vendredi à 20 heures » tout en confirmant avoir contacté ainsi 6 millions d’électeurs, dont le numéro de téléphone « était dans l’annuaire ». Mais Jean-Luc Mélenchon ajoute : « 6 millions de coups de téléphone, ça coûte 1,5 million d’euros”, suggérant que SFR aurait fait un don déguisé à la campagne d’Emmanuel Macron.

Altice, la maison-mère de SFR a démenti sur Twitter une accusation « totalement infondée » : il est « consternant de voir Jean-Luc Mélenchon recycler des mensonges déjà démentis par d’autres opérateurs en 2017. SFR engagera désormais toutes les poursuites judiciaires appropriées contre les auteurs de tels mensonges ou insinuations ». En outre l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron n’était pas la seule à passer ce genre d’appels pour convaincre les électeurs. Dans un article de Rue89 daté du 14 avril 2017 on apprend que les militants de la France Insoumise y avaient eux aussi recours.

Un projet qui avait même un nom, le « Mélenphone » et permettait avec le concours des militants de passer quelques « 3000 appels par jour », avec même un record de 3900 appels le vendredi 14 avril, la veille de l’élection.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
SFR (Altice) dément vouloir vendre BFM Business

Mise à jour du 5 octobre 2018 : SFR (Altice) a rapidement démenti les rumeurs dans un communiqué de presse. Le groupe précise que la rumeur de la vente de BFM Business a « fait l’objet d’un démenti ».  SFR (Altice) envisage…