Un ransomware cible actuellement le réseau de la Nouvelle-Orléans aux Etats-Unis. Cette cyberattaque massive a contraint les autorités locales à décréter l’état d’urgence et à couper le réseau de la ville. Seuls les services de secours sont encore actifs.  Pour l’heure, aucune rançon n’a été demandée.

Crédits : Site du NOLA (site officielle de la Nouvelle-Orléans pour les situations d’urgences)

Un ransomware cible actuellement le réseau de la Nouvelle-Orléans, située en Louisiane aux Etats-Unis. Cette cyberattaque d’ampleur a contraint les autorités locales à décréter l’état d’urgence. Les employés municipaux ont eu pour instruction d’éteindre leur PC et de les déconnecter d’Internet. Selon NOLA Ready, le site dédié aux situations d’urgences de la Nouvelle-Orléans, l’attaque a commencé le 13 décembre 2019 dans la matinée. Le département informatique de la ville a « détecté des activités suspectes sur le réseau de la ville qui indiquent une potentielle cyberattaque ».

En prévention, les employés municipaux ont déconnecté tous leurs appareils d’Internet, tandis que la ville a préféré éteindre ses serveurs. Lors d’une conférence de presse, la maire de la Nouvelle-Orléans Latoya Cantrell a confirmé que cette agression était un ransomware, sans préciser de quel maliciel il pouvait s’agir. L’élue précise que de nombreux services de la ville ont été touchés, mais que le 911 (numéro d’urgence aux Etats-Unis) et le 311 (numéro d’urgence local) étaient toujours en activité. Les pompiers et la police peuvent également continuer à intervenir. Tant que la ville restera hors-réseau, tous les événements organisés par la municipalité seront annulés.

À lire également : Android – un malware infecte 45 000 smartphones 

Le FBI et la CIA cherchent les responsables

La ville précise que l’enquête est toujours en cours et que les autorités locales travaillent de concert avec le FBI, la Garde Nationale et la CIA pour trouver les coupables. La maire Latoya Cantrel affirme « qu’il n’y pas d’indications comme quoi des données sur les employés municipaux aient été volées par les pirates »,  et ce grâce à la réaction rapide de la ville de se couper du réseau. Pour l’heure, un portail web minimaliste a été ouvert. Il permet aux habitants de pouvoir payer leurs taxes d’habitation, ou leurs places de parking, en attendant le rétablissement définitif des différents services.

Bien que les autorités parlent d’un ransomware, aucune rançon n’a été formulée pour l’instant par les hackers responsables de cette attaque. Cette affaire rappelle les mauvais souvenirs de la cyberattaque mondiale avec WannaCry, qui avait touché des milliers de systèmes informatiques (banques, hôpitaux, agences gouvernementales, etc.) à travers le monde.

Source : Cnet



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Fraude à la carte bancaire : le skimming débarque sur le web

La fraude à la carte bancaire évolue. Selon nos confrères du site Ubergizmo, des hackers ont trouvé le moyen d’adapter le skimming, cette technique qui consiste à pirater une carte bleue une fois insérée dans un DAB, pour le web….