Prison : plus de 40 000 téléphones portables et accessoires ont été saisis en 2017

Les saisies de téléphones portables en prison n’ont jamais été aussi nombreuses qu’en 2017. 40 067 appareils mobiles et accessoires ont été confisqués l’année dernière pour une population carcérale de 70 000 détenus, un record. Téléphones fixes en cellule et brouilleurs sont les solutions proposées pour mettre fin aux trafics. 

prison break

Comme c’est le cas depuis une dizaine d’années, le nombre de téléphones et d’accessoires associés saisis aux détenus des prisons françaises a encore augmenté en 2017. D’après les chiffres de la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP) relayés par Le Parisien, le nombre de confiscations a atteint 40 067 l’année dernière au sein des 180 établissements pénitentiaires du pays. Le tout pour un total d’environ 70 000 détenus.

En prison, plus de 40 000 téléphones et accessoires saisis en 2017 pour 70 000 détenus

A titre de comparaison, il n’y avait eu « que » 33 521 saisies en 2016, pour une population carcérale à peine plus faible (68 000). Il devient de plus en plus facile de faire entrer les appareils dans les prisons. On ne parle pas forcément de smartphones (et encore, certains y arrivent), mais plus souvent de très petits appareils particulièrement discrets. « Certains contiennent très peu de métal et sont pratiquement indétectables », regrette une source syndicale auprès du Parisien.

Les téléphones sont généralement transmis aux prisonniers dans les parloirs, ou sont balancés depuis l’extérieur de l’enceinte dans les cours de promenade. Fin juillet 2018, un surveillant de la maison d’arrêt de Nanterre a été suspendu de ses fonctions et mis en examen, accusé d’avoir fait entrer une dizaine de téléphones portables.

La DAP explique que l’explosion du nombre de saisies est due à l’augmentation du nombre de téléphones en circulation et du nombre de détenus, mais aussi parce que les administrations sont plus efficaces pour les repérer. Pour éviter les trafics d’appareils mobiles en prison, 50 000 téléphones fixes vont être installés en cellule. Un moyen de contrôler les communications tout en ne coupant pas complètement les détenus du monde extérieur et de leurs proches. Dans les mois qui viennent, des millions d’euros seront également investis pour mettre en service des brouilleurs de téléphones portables.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Un Raspberry Pi à 30 euros a permis de pirater la Nasa

Un Raspberry Pi, un mini-ordinateur vendu aux alentours de 30€, a permis de pirater la Nasa. En avril 2018, des pirates sont en effet parvenus à pénétrer dans le réseau de l’agence spatiale pour voler des données concernant de futures missions sur…

Affaire Huawei vs Trump : quelles issues possibles ?

L’affaire Huawei vs Trump fait couler beaucoup d’encre et pose de nombreuses questions à la fois sur l’avenir de la marque mais également de tout un secteur. Comment Huawei peut-il se sortir de cette crise ? Nous avons étudié la question.

Firefox corrige une deuxième faille zero-day en 2 jours

Firefox vient de publier une nouvelle mise à jour, 48 heures environ après celle qui corrigeait une première faille zero-day. Le navigateur passe en version 67.0.4 qui corrige une deuxième vulnérabilité. Celle-ci est directement liée à la première. Un chercheur en sécurité du…

Microsoft tue le rêve d’un nouveau smartphone sous Windows 10

Microsoft a déjà montré qu’il se désengageait de tout projet relatif à Windows 10 Mobile. L’espoir de perpétuer Windows 10 sur les smartphones n’était pourtant pas mort grâce au travail acharné de certains développeurs qui ont réussi à porter Windows…