Pokemon Go : un petit village français interdit les Pokemons

Le phénomène Pokemon Go ne plaît pas à tout le monde. Le petit village français de Bressolles, dans l’Ain, en sait quelque chose. Le maire a en effet interdit l’implantation de Pokemon sur son territoire. Un arrêté municipal a même officialisé la chose.

La folie Pokemon Go ne fait pas le bonheur de tous. En tout cas, à Bressoles, dans l’Ain, les petits monstres ne semblent pas être les bienvenus. Si le jeu bat tous les records et que 5% de la population a déjà craqué en téléchargeant l’appli, les hordes de dresseurs ne sont pas les bienvenues partout.

Fabrice Beauvois, maire de Bressoles, un petit village de 800 habitants, fait partie de ces mécontents. Et il a compris comment avoir la paix. Comme les dresseurs chassent des Pokemon, s’il n’y a pas de Pokemon, il n’y a pas de dresseur. Le maire a donc interdit la présence de Pokemon par arrêté municipal dans sa commune.

Si le maire a pris cette décision, ce n’est pas pour ne pas être dérangé par les dresseurs. Enfin c’est ce qu’il dit. Les raisons invoquées sont bien différentes selon lui. Dans son arrêté, le maire dénonce « le danger que constitue la recherche de personnages « Pokemon » par l’inattention des piétons et conducteurs de véhicules » et « l’addiction dangereuse que représente ce jeu vis-à-vis des jeunes populations ».

Bon, la deuxième raison est un peu foireuse puisque le maire n’a pas à se mêler des comportements potentiellement addictifs de certains utilisateurs, c’est une affaire individuelle qui ne touche pas la commune. C’est à la limite ce point qui décrédibilise la démarche du maire. Non mais, de quoi je me mêle ?

Dernier arguement mis en avant : le jeu « favorise en soirée et la nuit la constitution de groupes dont il convient de prévenir l’émergence ». C’est sûr qu’il vaut mieux l’émergence de groupes qui picolent toute la nuit, c’est plus prudent. Bref.

L’arrêté municipal envoyé à Niantic

Le maire de Bressoles a envoyé son arrêté municipal à Niantic afin que le développeur retire tous les Pokemon présents dans le village. Il y a peu de chances pour que sa requête soit acceptée.

En effet, Niantic est basé à San Francisco et un arrêté municipal français n’a pas grand pouvoir aux Etats-Unis surtout qu’il est quelque peu discriminatoire. Il vise clairement un jeu et une entreprise en particulier. C’est presque une pratique anticoncurrentielle. La seule solution pour le maire serait alors d’interdire l’utilisation de Pokemon Go dans certains lieux.

C’est ce que l’on a pu observer en Lorraine, à l’ossuaire de Douaumont qui est un lieu de recueillement en hommage à la bataille de Verdun durant la Première Guerre Mondiale.

Lire également : Notre guide Pokemon Go de la mort qui tue

Dans ce lieu imprégné d’Histoire, des Pokestops et des arènes provoquaient une ambiance inadaptée par rapport au symbole que représentait ce lieu. On y a donc interdit l’utilisation du jeu Pokemon Go. Et c’est bien normal. Mais l’interdire arbitrairement au sein d’une commune, est-ce vraiment judicieux ?

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos dernières applications !
Télécharger Facebook Lite mobile APK pour Android

Téléchargez et installez l’APK de Facebook Lite la nouvelle application Android qui permet d’économiser de la data sur votre smartphone tout en profitant de toutes les fonctionnalités du réseau social préféré des français.

Android : les meilleurs antivirus gratuits

Si vous craignez d’attraper un virus sur votre smartphone ou votre tablette, que vous ne voulez pas prendre le risque d’être espionné à votre insu, retrouvez notre dossier pour une liste complète et détaillée des meilleurs antivirus Android du moment.