Mort en direct sur Facebook Live : le réseau social aurait couvert une bavure policière

Maj. le 26 octobre 2018 à 16 h 52 min

Cette semaine, Facebook Live était témoin de la mort d’un jeune afro-américain de 32 ans au cours d’un contrôle de police de routine qui s’est terminé en fusillade. Présente lors du drame, sa compagne avait filmé et diffusé la scène en direct sur le réseau social à l’aide de son smartphone. Depuis la vidéo a disparu et Facebook invoque un problème technique pour se justifier.

mort facebook live

Pas plus tard qu’hier dans le Minnesota, un jeune afro-américain du nom de Philando Castile était abattu par un policier lors d’un contrôle d’identité après avoir été interpellé en raison d’un feu arrière cassé. Il avait pourtant prévenu l’agent qu’il possédait légalement une arme à feu rangée au même endroit que ses papiers avant de tenter de lui présenter ces derniers. Sans formalités, le policier lui a alors tiré dessus.

Aussitôt, sa compagne, Diamond Reynolds, diffusait ses derniers instants en direct sur Facebook Live, tout en expliquant la situation et en exposant verbalement les faits qui venaient de se produire. Peu après, la vidéo était retirée de son profil Facebook qui lui même disparaissait du réseau social dans l’heure qui suivait. Le site britannique The Register a alors demandé des comptes à Facebook qui lui a simplement répondu qu’il s’agissait d’un problème technique, hypothèse fortement remise en doute.

Peu après, Diamond Reynolds déclarait, lors d’une conférence de presse que son téléphone avait été saisi par la police et que la vidéo avait ensuite été effacée. A 3,30 min, on voit d’ailleurs le policier lui saisir son téléphone, l’écran devient alors noir mais l’enregistrement continue et, une minute plus tard, on entend un adulte demander à leur fille de quatre ans, également présente dans la voiture s’il s’agit de son téléphone avant que l’enregistrement ne s’interrompe.

Facebook, soupçonné d’avoir menti

Quelques minutes plus tard, Diamond Reynolds explique dans une autre vidéo qu’elle est menottée à l’arrière d’un véhicule de police avec sa fille avant que l’enregistrement ne coupe définitivement. Entre temps, plusieurs sources de The Register ont confirmé que la vidéo aurait bien été effacée par un agent de la police municipale, ce qui implique donc que Facebook aurait menti en évoquant un problème technique.

Notez tout de même que fort heureusement, la vidéo qui pourrait prouver qu’il n’était pas question de légitime défense mais bel et bien d’une bavure policière a été copiée. Il est même possible de la visionner sur la chaîne YouTube d’ABC News. Elle est également visible un peu partout sur la plateforme, de même que sur Twitter. Cette présumée dissimulation de preuves aura donc été vaine.

De son côté, Mark Zuckerberg adressait hier ses condoléances à la famille de la victime et déclarait :

« Les images que nous avons pu voir sont choquantes et dévastatrices et font la lumière sur la peur que des millions de membres de notre communauté éprouvent chaque jour. »

Via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Facebook : les messages privés de 81 000 comptes en vente sur Internet

Les messages privés de 81 000 utilisateurs Facebook sont en vente sur Internet, révèle une enquête. D’après le réseau social, des pirates seraient parvenus à collecter les messages privés en utilisant des extensions pour navigateur.  D’après une enquête de nos confrères de la…