Messenger Kids : pourquoi Facebook devrait supprimer son application pour enfants

Maj. le 24 octobre 2018 à 20 h 59 min

Messenger Kids, la messagerie de Facebook pour les enfants de 6 à 13 ans, devrait être supprimée. C’est ce que demandent plusieurs experts en santé infantile à la firme de Mark Zuckerberg, bien que l’application ne présente aucune publicité et soit entièrement contrôlée par les parents. Le groupe de pression estime que les enfants et pré-adolescents ne sont tout simplement pas prêts à avoir des comptes sur les réseaux sociaux. Des propos étayés par les dernières études qui relient smartphones, réseaux sociaux et dépression chez les adultes et adolescents.

Facebook Messenger Kids

Mis à jour le 31 janvier 2018 :
La déferlante de réactions concernant Messenger Kids et sa dangerosité supposée pour les enfants a contraint Facebook à prendre la parole sur son application de messagerie. Malgré les résultats des études et les affirmations des experts en santé infantile, qui assurent que l’application peut nuire au développement normal des enfants, Facebook exerce son droit de réponse. Le réseau social est persuadé de bien fondé de son service à destination des enfants et pré-adolescents.

« Messenger Kids est une application de messagerie qui aide les parents et les enfants à discuter de manière plus sûre. Les parents sont toujours en contrôle des contacts et des interactions de leur enfant. Depuis notre lancement en décembre, nous avons entendu de nombreux parents dire que Messenger Kids les a aidés à rester en contact avec leurs enfants. L’application leur a permis de rester en contact avec les membres de leur famille, proche ou loin de chez eux.

Par exemple, nous avons entendu parler de parents qui travaillent de nuit et qui peuvent lire des histoires à leurs enfants pendant qu’ils sont au lit. Et de mères qui voyagent pour le travail et qui reçoivent des mises à jour quotidiennes de leurs enfants pendant leur absence. Nous avons travaillé à la création de Messenger Kids avec un comité consultatif d’experts en éducation parentale et en développement. Ainsi qu’avec les familles elles-mêmes et en partenariat avec le PTA (NLDR : Parent-Teacher Association).

Nous continuons de mettre l’accent sur le fait que Messenger Kids est la meilleure expérience possible pour les familles. Nous avons été très clairs sur le fait qu’il n’ y a pas de publicité dans Messenger Kids. »

 

Facebook a lancé Messenger Kids, son application pour les enfants de 6 à 13 ans en décembre 2017. Mais le service de messagerie, paramétrable et contrôlable par les parents, est déjà dans le collimateur d’experts en santé infantile. Et ils sont soutenus par la puissante ONG Campaign for a Commercial-Free Childhood. Lors de la folie du phénomène Pokemon GO, elle avait obtenu de Niantic la suppression des Pokestops qui attiraient les enfants dans des Fast-Food et divers magasins.

Messenger Kids de Facebook pourrait disparaître sous la contrainte des associations

Facebook assure que son application Messenger Kids offre un environnement de discussion sécurisé pour les enfants et les parents. En effet, l’enfant n’a pas de compte Facebook, mais passe par celui d’un de ses parents pour accéder à Messenger Kids. Ainsi, l’application de messagerie n’a pas de fil d’actualité ou de bouton « J’aime ». De plus, l’application ne diffuse aucune publicité. Selon Facebook, les parents ont toujours le contrôle sur les contacts et les interactions de leurs enfants.

Cependant, beaucoup d’éléments du réseau social sont là comme les émojis, les selfies, le chat vidéo et les messages groupés. Alors, plusieurs experts en santé infantile s’appuient sur de récentes études qui relient smartphones, réseaux sociaux et dépression pour déclarer l’application Messenger Kids dangereuse pour les enfants. Tout d’abord, selon une étude publiée dans le Journal of Social and Clinical Psychology, Facebook augmenterait les risques de dépression. La firme elle-même admet que le fil d’actualité rend dépressif !

Les jeunes enfants ne sont tout simplement pas prêts à avoir des comptes sur les réseaux sociaux

Mais ce qui inquiète d’autant plus ces experts et l’ONG qui les accompagne, c’est que les smartphones rendraient les adolescents dépressifs et malheureux. En effet, de plus en plus de recherches démontrent qu’une utilisation excessive des appareils numériques et des médias sociaux est néfaste pour les enfants et les adolescents. Ainsi, selon eux, Messenger Kids risque de compromettre le développement sain des enfants. Une inquiétude rapidement relayée par une accusation. Facebook aurait-il déployé cette application pour accéder plus rapidement à sa prochaine génération d’utilisateurs ?

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !