Les réseaux mobiles risquent eux aussi la coupure cet hiver à cause de la pénurie d’énergie

 

Le gouvernement se prépare à faire face à l’hiver et à la pénurie d’énergie qui se profile en envisageant plusieurs coupures de service. Parmi elles, les réseaux de téléphonie ne sont pas à l’abri. En effet, Enedis pourrait annoncer des coupures aux opérateurs la veille pour le lendemain.

appel iphone

« Il sera de la responsabilité des collectivités d’ajouter les infrastructures des opérateurs à la liste ». Voilà ce qu’a déclaré un ministre français au média Reuters, à propos des potentielles coupures du réseau de téléphonie mobile. Cette liste évoquée, c’est la liste des services considérés comme essentiels qui seront protégés des pannes de courants, à l’instar des hôpitaux ou encore la défense. Pour l’heure, il n’est donc pas exclu que nos smartphones deviennent (presque) inutiles cet hiver.

C’est un véritable casse-tête pour le gouvernement comme pour les opérateurs. Avec 50 000 antennes de téléphonie à travers le territoire, le risque de délestage tournant, permettant d’économiser l’énergie, est élevé. Pour éviter cela donc, il n’y a qu’une seule solution : ajouter ses antennes à la liste des services essentiels. Une mission prioritaire pour Orange, comme l’assure Gaëlle Le Vu, directrice la communication et de la RSE de l’opérateur.

Sur le même sujet — Crise de l’énergie : voici comment fonctionne EcoWatt, l’outil gratuit pour éviter les coupures de courant

Nos smartphones fonctionneront-ils toujours cet hiver ?

« De notre côté, nous sommes les plus transparents possible avec les pouvoirs publics pour que les zones d’effacement choisies nous permettent de continuer à y assurer une couverture via des antennes installées sur des zones adjacentes », continue Gaëlle Le Vu, interrogée par le Journal du Net. Il faut dire que pour l’heure, la méthode adoptée par Enedis est pour le moins drastique. En effet, le gestionnaire du réseau prévoit de prévenir les opérateurs la veille seulement des coupures sur leurs infrastructures.

« Un délai beaucoup trop serré », déplore l’un d’eux, qui craint de ne pas avoir le temps d’assurer le nécessaire pour maintenir le réseau mobile. En effet, la plupart des antennes sont aujourd’hui équipées de batteries de secours, qui pourraient permettre la continuité des services. Mais celles-ci ne tiendront que quelques heures. Passé ce délai, le réseau sera coupé. Une situation tendue qui fait monter l’inquiétude chez les opérateurs, dont certains prévoient de fermer les boutiques pour limiter les risques de pillage.

Antenne 5G

Qu’en est-il du réseau fixe ? Normalement, ce dernier devrait être épargné par les coupures, puisqu’il a été conçu justement pour pouvoir fonctionner en autonomie. Là encore, Orange prévoit d’utiliser ses batteries d’urgence en cas de besoin, ce qui devrait maintenir le signal. Mais, le problème reste le même : il ne faudrait pas dépasser l’autonomie des batteries, qui risque de ne pas être suffisante.

Les opérateurs sur le champ de bataille pour éviter les coupures de réseau mobile

Pour les opérateurs, reste donc à limiter les dégâts. Le plan : parvenir à s’associer à Enedis pour concevoir, ensemble, une stratégie à base de compromis. L’objectif numéro un est de se mettre d’accord sur un certain nombre de nœuds réseau considérés comme essentiels. Comme expliqué plus haut, ces derniers ne pourront pas être touchés par les coupures. Objectif numéro deux : maintenir un service minimum pour les utilisateurs en cas de coupure, notamment les appels d’urgence. L’enjeu est donc de gagner l’accès aux cartes de maillage conçues par Enedis, ce qui permettra de réagir efficacement en mesurant l’impact d’une coupure sur le réseau. Autrement dit, remplacer les antennes éteintes par d’autres, situées à proximité.

Une antenne

La stratégie s’adaptera alors à la zone concernée. En effet, toutes les antennes ne couvrent pas la même étendue géographique. Dans les grandes villes par exemple, une antenne assure le réseau dans un rayon de 500 mètres, tandis que dans les villes de taille moyenne, il faut plutôt compter sur 1 ou 2 kilomètres, et 10 à 30 kilomètres dans les petites communes.

Les opérateurs vont participer à l’effort collectif pour économiser l’énergie

Pour éviter les coupures de courant, le plus efficace est encore de limiter sa propre consommation. Les opérateurs l’ont bien compris et chacun y va de sa méthode pour faire baisser les compteurs. Orange, notamment, prévoit de faire basculer plusieurs milliers d’antennes réseau fixe sur leurs batteries, environ une heure par jour. Selon Gaëlle Le Vu, cela permettra d’économiser l'équivalent de la consommation d’une ville de 40 000 habitants.

Sur le même sujet – Linky : 5 millions de foyers risquent des coupures d’électricité cet hiver

Iliad, de son côté, a pour projet d’éteindre certaines bandes de fréquences la nuit. Seront désormais concernées les bandes 2 100 MHz en 4G, 2 100 en 3G et 3,5 GHz en 5 G. Grâce à ce plan, le groupe prévoit de faire chuter de 10 % sa consommation électrique durant l’hiver, « sans impacter les usages et la qualité de service », assure-t-il. Autre mesure, les datacenters se verront couper 7,05 MW de leur consommation instantanée à ” chaque fois que nécessaire ». Les coupures pourront durer entre 1 et 24 heures.

Malgré toutes ces idées mises sur la table, certains estiment que d’autres secteurs pourraient fournir plus d’effort. Un expert interrogé par le Journal du Net explique par exemple que « les réseaux mobiles représentent chacun environ 1 % de l’électricité consommée au niveau national ». Dans le même temps, diminuer la fréquence des trains de 10 % permettrait de respecter les mesures d’urgence instaurées par l’Union européenne le 30 septembre dernier.

Source : Journal du Net



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !