La 5G devrait être bannie définitivement de tous les aéroports, selon les experts

 

La 5G continue de faire débat auprès des experts de l’aéronautique. Alors que la nouvelle génération de télécoms est censée débarquer dans les aéroports américains d’ici juillet 2023, les représentants de l’industrie appellent à rendre son interdiction permanente, afin d’assurer la sécurité sur tous les vols. Des négociations sont en cours avec la FCC.

avion aeroport

Parmi la multitude de débats qui ont entouré le lancement de la 5G fin 2021, un en particulier a soulevé de nombreuses inquiétudes. À cette période, une mise en garde de la FAA, l’agence fédérale américaine de réglementation de l’aviation civile, a en effet fait couler beaucoup d’encre. Selon cette dernière, la 5G présenterait des risques pour la sécurité des passagers en interférant avec les outils de pilotage des avions.

Le problème n’est pas un cas isolé. Peu de temps après cette annonce, Airbus et Boeing appellent tous deux à retarder le déploiement de la 5G, notamment au sein des aéroports. Soutenue par la FAA, l’industrie aéronautique obtient gain de cause. La FCC accepte d’interdire la 5G dans les aéroports jusqu’à juillet 2023, le temps pour les constructeurs de mettre à jour le matériel au sein de leurs avions et ainsi empêcher les interférences.

L’industrie aéronautique ne veut pas de la 5G dans les aéroports

Néanmoins, cette première victoire n’est pas assez pour les représentants de l’aviation civile. En effet, l’Aviation Spectrum Resources, Inc. (ASRI), un organisme porte-parole pour de nombreux acteurs du secteur, vient d’envoyer une lettre à la FCC avec une demande très explicite : étendre l’interdiction de la 5G dans les aéroports ad vitam æternam, afin d’assurer de manière permanente la sécurité des passagers de vols commerciaux.

Sur le même sujet : Les smartphones 5G sont désormais plus populaires que les smartphones 4G, c’est officiel

Cette interdiction « semblerait ne pas compromettre les cas d’utilisation réels des opérateurs sans fil tout en garantissant davantage la sécurité aérienne et en fournissant un environnement RF exploitable par rapport auquel les futurs radioaltimètres pourront être conçus et construits », argumente l’ASRI dans le document. La FCC a fait savoir que les négociations sont en cours. Difficile à l’heure actuelle de prédire leurs conclusions.

Source : CNET



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !