IPTV : le streaming illégal pèse 2 milliards d’euros, les utilisateurs exposés à divers risques

 

Le marché de l'IPTV pèse près de 2 milliards d'euros en Europe et aux États-Unis. Selon une nouvelle étude de la Digital Citizens Alliance et de la NAGRA, deux associations de protection des droits d'auteur, les opérateurs d'IPTV engrangent des sommes colossales avec des marges bénéficiaires allant juqu'à 85%. Les consommateurs de leur côté seraient exposés à divers dangers.

IPTV

L'IPTV est devenu un phénomène mondial qui jouit d'une popularité grandissante auprès des consommateurs. Un nouveau rapport de la Digital Citizens Alliance et de la NAGRA montre comment les services d'abonnement sont devenus une industrie à un milliard de dollars rien qu'aux États-Unis. En Europe, le marché de l'IPTV pèse également plus d'un milliard d'euros. L'écosystème est très bien structuré et s'appuie sur des milliers de grossistes et de revendeurs qui desservent 30 millions d'individus au pays de l'oncle Sam, soit environ 10% de la population.

IPTV : comment le marché est-il structuré ?

Les détaillants sont souvent le point de contact du consommateur avec l’écosystème. Ces revendeurs font la promotion des offres auprès du public via différents canaux publicitaires, notamment les réseaux sociaux, et conduisent les utilisateurs vers des sites web vitrines où ils peuvent télécharger une application, acheter un boîtier IPTV avec des instructions sur la façon d'accéder au service et de le payer.

En règle générale, le détaillant achète des « crédits » chez le grossiste pour vendre un certain nombre d’abonnements aux consommateurs. Il s'appuie sur l'infrastructure technique du fournisseur et peut acheter des crédits supplémentaires chaque fois que sa base de clients augmente. Parce que les prestataires de ces services ne subissent quasiment aucun coût si ce n'est ceux liés à la maintenance des serveurs et à la publicité, ils opèrent à des marges bénéficiaires allant jusqu'à 85 %, et souvent sans payer le moindre impôt.

Lire aussi : Qu’est-ce que l’IPTV, cette nouvelle tendance qui inquiète Hadopi ?

IPTV : un danger pour les consommateurs ?

Le rapport note qu'une autre manière pour les opérateurs de générer des revenus est de s'associer à des hackers pour installer des malwares dans leurs applications. Ces logiciels malveillants exposeraient les consommateurs à divers risques : vol de données personnelles et financières, diffusion de publicités abusives, ransomwares, minage clandestin de cryptomonnaie et autres dangers.

Une autre observation du rapport semble s'adresser aux gouvernements et aux législateurs. Elle n'a pas grand-chose à voir avec le piratage en lui-même, mais relie le terrorisme aux fournisseurs d'IPTV.  Ces services diffuseraient en effet des chaînes interdites appartenant à des réseaux de propagande terroriste. Un simple argument pour inciter les pouvoirs publics à plus d'action ?

Quoi qu'il en soit, l'IPTV a clairement le vent en poupe, et ce, au grand dam des ayants droit qui encaissent d'importants manques à gagner. En France, Canal+ et d'autres chaînes réunies au sein de l’Association pour la protection des programmes sportifs (APPS) ont décidé de prendre le taureau par les cornes pour en finir avec le phénomène. À l'instar de la lutte de Hadopi contre le P2P depuis plus d'une décennie, la guerre est loin d'être gagnée d'avance.

Source : Digital Citizen Alliance



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !