Le réseau IPTV illégal Xtream Codes a été démantelé à la suite d’une opération de police conjointe menée par l’organisme de coopération européen Eurojust. Le réseau était selon les autorités le plus important dans le monde – il permettait d’accéder à de très nombreuses chaines payantes dès 15 euros par mois.

iptv
Pixabay + Phonandroid

Xtream Codes vient d’être démantelé à la suite d’une opération conjointe de la police bulgare, allemande, grecque, française et néerlandaise coordonnée par l’organisme de coopération des services de police européen Eurojust depuis La Haye (Pays-Bas). La plateforme Xtream Codes, fondée, à l’origine, par deux citoyens grecs, s’est muée au fil des ans en une vaste organisation. Elle proposait des offres permettant d’accéder à la télévision en streaming dès 15 euros par mois – un prix bien inférieur à celui des bouquets de chaines proposés – en toute illégalité.

Un vaste réseau IPTV a été démantelé en Europe

La police rapporte que les membres de l’organisation dont 25 ont été interpellés avaient basé leurs opérations à l’étranger. Ils récupéraient le signal satellite de chaines payantes avant de le rediffuser sur leur plateforme dans plusieurs pays européens. L’organisation gérait au moins 800 sites internet proposant leurs contenus et offres – vraisemblablement sous divers noms. L’ensemble du réseau était fréquenté par quelques 5 millions d’utilisateurs. Une manne pour l’organisation dont le chiffre d’affaires atteignait, selon la police, les 60 millions d’euros.

« Les dommages causés par cette bande organisée s’élèvent à environ 6,5 millions d’euros, ce qui compromet l’existence de nombreux fournisseurs légaux de télévision payante sur le marché », explique Eurojust dans un communiqué. Outre les arrestations, plus de 200 serveurs ont été mis hors ligne et 150 comptes PayPal ont été saisis. Les organisateurs de ce réseau risquent de nombreux démêlés avec la justice. Eurojust explique qu’ils sont soupçonnés de « fraude, de cybercrime et de blanchiment d’argent à grande échelle ».

Lire également : IPTV – l’ALPA demande à Google de déréférencer une série de sites web

Quant aux clients des sites gérés par l’organisation, la saisie des serveurs implique qu’ils pourraient en théorie eux aussi faire l’objet de poursuites – bien que jusqu’ici les poursuites d’utilisateurs de services illégaux ont été plutôt rares.

Source : Eurojust



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Microsoft force les utilisateurs à adopter Edge sur Windows 10

Microsoft force les utilisateurs à adopter Edge sur Windows 10. Comme nous l’apprennent nos confrères du site The Verge, la firme de Redmond vient de dépasser un cap dans la pratique des mises à jour forcées avec son navigateur. La…