Le réseau IPTV illégal Xtream Codes a été démantelé à la suite d’une opération de police conjointe menée par l’organisme de coopération européen Eurojust. Le réseau était selon les autorités le plus important dans le monde – il permettait d’accéder à de très nombreuses chaines payantes dès 15 euros par mois.

iptv
Pixabay + Phonandroid

Xtream Codes vient d’être démantelé à la suite d’une opération conjointe de la police bulgare, allemande, grecque, française et néerlandaise coordonnée par l’organisme de coopération des services de police européen Eurojust depuis La Haye (Pays-Bas). La plateforme Xtream Codes, fondée, à l’origine, par deux citoyens grecs, s’est muée au fil des ans en une vaste organisation. Elle proposait des offres permettant d’accéder à la télévision en streaming dès 15 euros par mois – un prix bien inférieur à celui des bouquets de chaines proposés – en toute illégalité.

Un vaste réseau IPTV a été démantelé en Europe

La police rapporte que les membres de l’organisation dont 25 ont été interpellés avaient basé leurs opérations à l’étranger. Ils récupéraient le signal satellite de chaines payantes avant de le rediffuser sur leur plateforme dans plusieurs pays européens. L’organisation gérait au moins 800 sites internet proposant leurs contenus et offres – vraisemblablement sous divers noms. L’ensemble du réseau était fréquenté par quelques 5 millions d’utilisateurs. Une manne pour l’organisation dont le chiffre d’affaires atteignait, selon la police, les 60 millions d’euros.

« Les dommages causés par cette bande organisée s’élèvent à environ 6,5 millions d’euros, ce qui compromet l’existence de nombreux fournisseurs légaux de télévision payante sur le marché », explique Eurojust dans un communiqué. Outre les arrestations, plus de 200 serveurs ont été mis hors ligne et 150 comptes PayPal ont été saisis. Les organisateurs de ce réseau risquent de nombreux démêlés avec la justice. Eurojust explique qu’ils sont soupçonnés de « fraude, de cybercrime et de blanchiment d’argent à grande échelle ».

Lire également : IPTV – l’ALPA demande à Google de déréférencer une série de sites web

Quant aux clients des sites gérés par l’organisation, la saisie des serveurs implique qu’ils pourraient en théorie eux aussi faire l’objet de poursuites – bien que jusqu’ici les poursuites d’utilisateurs de services illégaux ont été plutôt rares.

Source : Eurojust

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Hadopi accuse Facebook, Twitter et YouTube de servir au piratage

La Hadopi vient de publier un niveau rapport qui met en lumière le rôle de YouTube, Facebook, Twitter ou encore Reddit dans l’ampleur grandissante du piratage. Selon l’autorité, 16% des pirates Français utilisent les réseaux sociaux pour accéder aux films,…

Tesla Model Y : la production serait avancée au premier semestre 2020

Au cours de la présentation de son nouveau SUV électrique Model Y, Tesla avait indiqué que les commandes seraient honorées à partir de fin 2020, voire même début 2021 pour l’Europe. Cependant, une source anonyme a dévoilé l’information selon laquelle l’entreprise accélère…

Model 3 : Tesla dévoile son crash test officiel en vidéo

Tesla vient de mettre en ligne une vidéo présentant les crash tests de la Model 3 réalisés dans son laboratoire dédié en Californie. Afin de s’assurer de la sécurité de ses voitures électriques, le constructeur automobile réalise en effet de nombreuses simulations en interne avant…

Audi arrête de rêver et suspend son projet de voiture volante

À l’occasion du salon international de l’automobile de Genève de 2018, Audi avait présenté un étonnant concept à mi-chemin entre une voiture électrique autonome et un drone, en association avec Italdesign et Airbus. Le constructeur automobile annonce maintenant se retirer du…