Impôts : le fisc va repérer les contribuables qui fraudent sur Facebook et Twitter dès 2019

Gare à ceux qui fraudent sur leur déclaration de revenus : le ministre de l'Action et des comptes Publics Gérald Darmanin a annoncé dimanche 11 novembre 2018 que le fisc allait tester la surveillance des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter pour repérer les contribuables qui fraudent. L'administration des finances va, entre autres, repérer sur les photos disponibles sur les profils publics les comportements ou biens qui suggèrent un niveau de vie supérieur à celui déclaré par le contribuable.

gerard darmanin

Ceux qui s'adonnent à la fraude fiscale feraient bien de se méfier des réseaux sociaux. Dans l'émission Capital diffusée dimanche 11 novembre 2018 sur M6, le ministre de l'Action et des Comptes Publics Gérald Darmanin a en effet annoncé que le fisc allait tester dès 2019 la surveillance des profils publics sur Facebook, Twitter, Instagram et les autres plateformes pour repérer les fraudeurs – autrement dit les contribuables qui affichent dans leurs photos un train de vie en inadéquation avec les revenus déclarés sur leur feuille d'impôts. Les profils publics pourront aussi servir à déceler les contribuables qui prétendent vivre plus de six mois à l'étranger pour obtenir une expatriation fiscale.

Le fisc veut repérer les fraudeurs sur les réseaux sociaux

Cette mesure fait partie d'un vaste plan de lutte contre la fraude fiscale voté dans la Loi du 24 octobre 2018. « Si vous vous faites prendre en photo manifestement de nombreuses fois avec une voiture de luxe alors que vous n’avez pas les moyens pour le faire, peut-être que c’est votre cousin ou votre copine qui vous l’a prêtée, ou peut-être pas », explique le ministre. Et d'ajouter : “nous allons pouvoir mettre les réseaux sociaux dans une grande base de données. Souvent, les Français se photographient eux-mêmes sur les réseaux sociaux et ce sont vos comptes personnels, puisqu’ils sont publics, qui seront regardés”.

Cette annonce provoque l'ire d'une partie de la classe politique depuis ce weekend. Esther Benbassa, sénatrice EELV a par exemple estimé que l'annonce du ministre est “grotesque et terrifiante” et de relever que les “vrais, les gros [fraudeurs] se marrent – ils ne sont pas si bêtes, eux”. L'humoriste Alex Vizorek, relève de son côté que le fisc devrait s'intéresser en priorité aux comptes de Google, Apple, Facebook et Amazon. Et de remarquer : “c’est marrant d’ailleurs d’utiliser Facebook pour traquer des fraudeurs…on peut parler de double collaboration?”.

Le ministre assure que les contrôles sur les réseaux seront encadrés par la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL). Que pensez-vous de ces nouvelles mesures ? Traquer la fraude fiscale sur les réseaux sociaux, est-ce aller “trop loin” ? Partagez votre avis dans les commentaires.

Lire aussi : Bitcoins – pourquoi et comment les déclarer aux impôts ?



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
mwc 2021 report date
MWC 2021 : le salon barcelonais est décalé au mois de juin 2021

Le MWC 2021, le célèbre salon barcelonais, sera décalé en juin 2021. Les organisateurs viennent d’officialiser la nouvelle. L’édition de Shanghai sera également repoussée en février 2021.  On s’y attendait et la nouvelle est désormais officielle. La GSA Association, qui…

google paid extensions
Chrome : Google abandonne les extensions payantes

Google annonce sur son blog la fin des extensions Chrome payantes utilisant la plateforme du Chrome Web Store. Les développeurs qui souhaitent monétiser leur extension devront se tourner vers des solutions de paiement alternatives. Google ne souhaite plus cautionner les…