Huawei exclu des réseaux 4G et 3G aux États-Unis, les opérateurs se tournent vers Nokia et Ericsson

Maj. le 5 mars 2020 à 15 h 17 min

Huawei n’est pas seulement privé de 5G aux États-Unis, mais aussi des anciennes générations de réseaux. Les opérateurs ayant recours à des équipements 4G et 3G du groupe chinois sont priés de les remplacer. Une aubaine pour Nokia et Ericsson, qui vont s’octroyer de nouveaux contrats.

nokia ericsson

Nous vous rapportions qu’après avoir exclu Huawei du marché de la 5G, les États-Unis manœuvrent désormais pour mettre au ban Huawei des réseaux 4G et 3G du pays. Reuters, cité par Venture Beat, fait savoir qu’une douzaine d’opérateurs secondaires américains sont entrés en négociation avec Nokia et Ericsson afin de remplacer les équipements Huawei qu’ils utilisaient jusqu’ici pour leurs infrastructures. On savait déjà que les malheurs de Huawei font les affaires de Nokia et d’Ericsson sur la 5G, les deux équipementiers profitent même des déboires du groupe chinois sur les anciennes générations.

Huawei laisse place à Nokia et Ericsson

Les principaux opérateurs US (T-Mobile, Verizon AT&T et Sprint) ne sont pas concernés car ils n’ont jamais eu recours à de l’équipement Huawei. Ce sont des acteurs locaux, présents notamment dans les campagnes, qui avaient fait appel aux services du géant des télécoms car il proposait un rapport qualité-prix phénoménal. D’après un cadre d’une société télécom interrogé par Reuters, les tarifs pratiqués par Huawei « étaient hors-marché » et « n’avaient aucun sens » tant ils étaient bas. Selon Roger Entner, un analyste du cabinet Recon Analytics, Huawei (et ZTE, aussi visé par les sanctions) facturaient entre 30 et 50% moins cher que la concurrence.

Lire aussi : Huawei : ses équipements réseau sont vulnérables au piratage, selon une étude

Les discussions entre les opérateurs concernés et Nokia et Ericsson sont pour le moment en attente d’une décision du congrès américain, qui doit valider l’octroiement d’une aide de 700 millions de dollars pour remplacer les équipements 4G et 3G. La Rural Wireless Association (RWA) estime que le coût total de l’opération va s’élever à entre 800 millions et 1 milliard de dollars.

A noter que Huawei reste le leader de la 5G malgré le décret de Donald Trump. Mis à l’écart par le Japon, l’Australie, et la Nouvelle-Zélande, son expertise et ses prix en font encore une solution populaire sur d’autres marchés. De son côté, la France n’a « rien de précis à reprocher » à Huawei, a indiqué une responsable du ministère de l’Économie. Mais une loi est en cours de débat pour contrôler l’installation des antennes 5G sur le territoire, permettant de mettre des bâtons dans les roues de la marque sans l’exclure officiellement du marché. En Espagne, Vodafone a lancé ses premières offres 5G commerciales dans une quinzaine de villes. La majorité du cœur de l’équipement réseau a été fourni par Huawei. Ericsson a aussi été appelé par l’opérateur, mais dans une bien moindre mesure.

Source : Venture Beat



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
Mate 40 : Huawei prépare 4 variantes différentes du flagship

Les Mate 40 se profile à l’horizon. Plusieurs mois avant le lancement de cette nouvelle génération, une fuite révèle que Huawei prépare 4 variantes différentes de son nouveau flagship. Sans surprise, tous les modèles seraient compatibles avec la 5G.   D’après…