Google travaille sur des pilules à nanoparticules pour détecter le cancer !

Pour ceux qui ne le savent pas, Google dispose d’un laboratoire orienté vers les recherches scientifiques dans le domaine de la santé : Google X.

Ainsi, le géant de Mountain View tente, comme dans le secteur des nouvelles technologies, de révolutionner la médecine. Ainsi, de nombreux scientifiques travaillent sur des projets pharaoniques comme celui que nous vous présentons aujourd’hui.

google x laboratoires

Dans ses laboratoires, Google travaillerait sur une pilule à ingérer contenant des nanoparticules et permettant de détecter les premiers signes du cancer. Puis les informations récoltées seraient transmises à un objet connecté doté de capteurs spécifiques.

Un projet fou dont le premier prototype ne verra pas le jour avant cinq ans selon Google ce qui semble bien optimiste compte tenu des différentes phases de validations du corps médical qu’exige ce type de technologie.

nanoparticules google cancer

Le principe des pilules est le suivant : après ingestion, les nanoparticules se répandent dans le corps et détectent les cellules cancéreuses. Ainsi, il serait possible de détecter les cancers bien plus tôt et de limiter le taux de mortalité. Et au delà du cancer, ces nanoparticules permettraient de détecter d’autres maladies.

Une fois répandues, les nanoparticules enverraient leurs résultats sur un objet connecté doté de capteurs spécifiques via des signaux inoffensifs. A terme, Google souhaiterait que ces données soient disponibles depuis un smartphone comme on peut déjà le faire pour certaines données avec Google Fit.

andrew conrad google x cancer

Nous sommes les inventeurs de cette technologie, mais nous n’avons aucun projet de commercialisation ou de monétisation de ce type. Ce ne sont pas des appareils grand public. Ce sont des dispositifs médicaux et vous savez que les relations entre le médecin et son patient sont assez particulières et ne devraient en aucune façon impliquer Google – Andrew Conrad, responsable Google X Life Sciences –

Se pose alors la question des informations récoltées par ces nanoparticules, car une fois ingérées elles peuvent aussi transmettre des données différentes de celles initialement prévues.

Mais Andrew Conrad, responsable de la branche Life Sciences de Google X assure que le devoir de réserve lié aux informations médicales sera respecté. Google crée la technologie et la gestion des données sera confié à des entités spécifiques du monde de la médecine.

nanoparticules cancer google x

Avec ces pilules, qui seront certainement une réalité à moyen terme, on rejoint un peu plus les mythes des plus grandes oeuvres de sciences fictions. Et Google compte être un acteur majeur du progrès médical. Est-ce que vous seriez prêt à franchir le pas, ou cette technologie vous effraie-t-elle ?

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Le CSA lance sa campagne « Pas d’écran avant 3 ans »

Le CSA lance ce 19 octobre 2018 sa campagne de prévention « Pas d’écran avant 3 ans » pour sensibiliser les parents sur les dangers des smartphones, tablettes et TV pour les tout petits. Jusqu’au 21 octobre, spots et reportages sont diffusés à…