Google et Amazon livrent vos données à la police en cas de force majeure

 

Google et Amazon autorisent la police à recueillir leurs données s’ils le jugent nécessaire aux Etats-Unis, selon Cnet. Ainsi, les forces de l’ordre n’ont pas besoin de mandat pour recueillir des informations sur votre téléphone ou dans vos objets connectés.

Google
Crédit : Unsplash

Aux Etats-Unis, les forces de l’ordre ont besoin d’un mandat ou d’une autorisation du tribunal pour fouiller vos données personnelles. Beaucoup de sociétés tech, comme Apple, Arlo, Wyze ou Anker, ne donnent rien sans ça. Ce n’est pas forcément le cas de Google et d’Amazon, selon le site américain Cnet.

En effet, Amazon et Google disposent de la même politique en cas de force majeure : donner des éléments à la police sur simple demande. Ring, marque d’Amazon qui conçoit des sonnettes connectées, a fourni la police dans plus de 10 cas en 2022, et ce sans consentement de l’utilisateur. Une atteinte grave à la vie privée. Ce n'est pas la première fois que Ring est pointé du doigt dans ce genre d'affaire.

Google et Amazon sont prêts à travailler avec la police

Il faut toutefois nuancer. Google et Amazon indiquent dans leur politique de confidentialité qu’ils fournissent des informations à la police avec présentation de mandat, tous comme les autres géants de la tech (c’est la loi). Les deux sociétés évoquent cependant des exceptions au cas par cas, mais cette précision reste floue.

A lire aussi – Amazon Prime augmente de 20 euros le prix de l’abonnement en France

Comme le précise le site The Verge, Google a indiqué qu’il collaborait dans les cas de forces majeures, soit si une vie humaine est en jeu. Plusieurs exemples sont cités, comme des alertes à la bombe, des enlèvements ou des suicides. Les sociétés peuvent partager leurs données en toute légalité s’ils le désirent, même sans autorisation de l'utilisateur. Cnet précise qu’Amazon se garde même bien de leur dire quand leurs données sont fournies à la police.

Amazon et Google semblent être des exceptions dans le milieu. Comme l’indique un responsable d’Arlo à Cnet, la police peut très bien obtenir un mandat rapidement si la situation l’exige et ce n’est pas à l’entreprise de décider de son importance. En tout cas, ces partages ne concernent pour le moment que les Etats-Unis. En France, le mandat de perquisition n’existe pas. La police doit d'avoir une autorisation du juge d’instruction.

Source : Cnet



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !