Facebook Messenger : ce graphique montre à quel point l’app espionne votre vie privée

 

Facebook Messenger collecte une quantité terrifiante de données par rapport à d'autres applis de messagerie instantanée comme WhatsApp ou Signal. Un graphique, publié par le site Forbes, dévoile l'ampleur des dégâts. 

facebook messenger
Crédits : Unsplash

Depuis le mois de décembre 2020, les développeurs d'applications publiées sur l'App Store doivent faire preuve d'une transparence totale. Comme le précise Apple sur son site officiel, “les développeurs et développeuses doivent rendre compte de leur utilisation de vos données (par exemple, vos données d'utilisation, vos coordonnées ou votre position et préciser si ces données sont utilisées à des fins de pistage”. 

Sans surprise, l'instauration de ce nouvel outil et de cette obligation n'a pas enchanté certains développeurs d'applis, et notamment ceux qui vivent de la collecte de données comme Facebook. Un scandale pour le réseau social mené par Mark Zuckerberg qui a rapidement pesté contre ses règles inédites. Dans un communiqué officiel, le PDG assurait que cette contrainte allait “avoir un impact négatif sur de nombreuses petites entreprises”, ajoutant même qu'il s'agit d'une menace contre “l'Internet libre”.

À lire également : Facebook – 40 États américains portent plainte contre le réseau social

Facebook Messenger et WhatsApp : le festival de la collecte

Or, et comme l'expliquent nos confrères du site Forbes, Apple est parvenu à mettre Facebook et WhatsApp face à leurs responsabilités avec cette obligation d'afficher les droits d'accès des applications sur l'App Store. Soudainement, les utilisateurs ont pu constater que WhatsApp et Messenger récupèrent vos contacts, vos données commerciales lorsque vous utilisez les services Facebook, votre adresse IP et votre localisation, ou encore vos enregistrements vocaux.

Dans la foulée, WhatsApp a essayé tant bien que mal de justifier la collecte d'une si grande quantité de données : “Nous devons collecter certaines informations pour fournir un service de communication mondial fiable […] Par principe, nous prenons des mesures pour restreindre l'accès à ces informations”, assure l'entreprise.

forbes whatsapp apple
Crédits : Forbes

Par la suite, WhatsApp a retourné la critique contre Apple, arguant qu'il était anormale que les applications Apple ne soient pas concernées par ces nouvelles obligations. La firme de Cupertino a rapidement remédié à la situation en mettant à jour son site Web et affichant les mêmes informations pour iMessage, sa propre application de messagerie instantanée.

La manœuvre est parfaitement orchestrée par Apple. Tandis que WhatsApp et Facebook Messenger collectent une quantité folle de données “liées directement à l'utilisateur et son identité“, iMessage s'illustre en ne récupérant que l'adresse électronique, le numéro de téléphone, l'identifiant de l'appareil et l'historique de recherche.

Le message est clair : alors qu'iMessage se contente d'une poigné de données en lien direct avec l'utilisateur, toutes les données collectées par WhatsApp et Messenger sont liées “au compte, à l'identité, à l'appareil ou aux coordonnées” de l'utilisateur. Il faut toutefois précise que Signal reste l'application la moins gourmande en métadonnées, puisque seul votre numéro de téléphone est récupéré.

Source : Forbes



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !