Facebook autorise les appels à la mort de personnalités publiques

 

Facebook autorise désormais les utilisateurs d'appeler à la mort de personnalités publiques. Les journalistes du journal britannique The Guardian se sont procuré un document interne de 300 pages, dans lequel le réseau social détaille ses nouvelles consignes de modération. Ces appels à la mort envers des stars ou des politiques sont tolérés, afin de permettre “les débats critiques”.

facebook appel mort
Crédits : Pixabay

Si la morale et la logique voudraient que l'appel à la mort de quelqu'un, personnalité publique ou non, soit proscrite sur les réseaux sociaux, ce n'est visiblement pas le cas chez Facebook, contrairement à Twitter. En effet, nos confrères du journal britannique The Guardian ont mis la main sur un document interne de 300 pages, dans lequel le réseau social détaille ses nouvelles consignes de modération. 

Ainsi et selon les nouvelles dispositions de l'entreprise, les utilisateurs ont tout à fait le droit “d'appeler à la mort” d'une personnalité publique. En revanche, cela reste interdit pour toute personne n'appartenant pas à cette catégorie. Pour Facebook, les stars, sportifs, influenceurs, politiques ou toute personnalité publique peuvent être soumis à ce genre d'abus “car nous voulons permettre la discussion, qui inclut souvent des commentaires critiques sur les personnes qui font l'actualité”. 

Précisions que la définition de “personnalité publique” est plutôt large chez Facebook. Sont ainsi concernés les politiques, les acteurs, les chanteurs, les sportifs, les journalistes qui s'expriment “publiquement” ou les influenceurs et internautes ayant plus de 100 000 abonnés sur l'un des principaux réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Instagram ou TikTok.

À lire également : Facebook bloque la presse en Australie pour protester contre un projet de loi

Souhaiter la mort oui, taguer non

En outre, Facebook applique ces mêmes règles de modération à toute personne “mentionnée dans le titre, le sous-titre ou le résumé d'au moins cinq articles de presse au cours des deux dernières années”. Exception faite des mineurs de moins de 13 ans. S'il est donc possible de souhaiter la mort de Donald Trump ou d'Elon Musk sur Facebook en toute quiétude, le réseau social précise que cela doit être fait “sans associer directement la personne à la publication”. En d'autres termes, sans taguer la personnalité publique.

Dans le même ordre d'idée, les personnalités publiques ne peuvent être “exposées” à un contenu “qui loue, célèbre ou se moque de leur mort ou de leur blessure physique grave”. Nos confrères de BFM TV ont contacté Facebook France, qui a confirmé que ces règles s'appliquaient dans l'Hexagone, ces directives étant définies à l'échelle mondiale.

Ces nouvelles règles risquent d'attiser une fois de plus les critiques envers la modération de Facebook. Récemment, plusieurs influenceuses féministes ont porté plainte contre Facebook, jugeant les méthodes de modération floues et injustes. Il faut rajouter à cela les excès de zèle de la modération, qui n'a pas hésité à censurer un article parodique du Gorafi, célèbre journal satirique.

Source : The Guardian



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !