Elon Musk dévoile sa vision très personnelle de Twitter devant la justice

Maj. le 4 décembre 2019 à 16 h 28 min

Elon Musk a dévoilé hier sa vision très personnelle de Twitter devant la justice. Le PDG emblématique de Tesla et SpaceX doit répondre à une accusation de diffamation, à la suite d’insultes publiées sur le réseau social. La défense du milliardaire est à son image : décalée.

elon musk debout pres d'une tesla
Elon Musk devant une Tesla Model 3. Crédits : Wikimédia

Si vous suivez un peu les pérégrinations d’Elon Musk, vous savez probablement que le PDG de Tesla n’a pas la langue dans sa poche. Ce mardi 3 décembre, le milliardaire était appelée à la barre du tribunal de Los Angeles pour répondre à une accusation de diffamation. Une accusation déposée par le britannique Vernon Unsworth, spéléologue renommé.

Un petit rappel des faits s’impose. En juillet 2018, une inondation avait piégé un groupe d’une douzaine d’adolescents dans une grotte en Thaïlande. Vous vous en souvenez peut-être, toutes les TV du monde en parlaient et suivaient avec attention la progression des secours. Vernom Unsworth, qui connaît bien ces cavernes, avait été appelé dans l’équipe pour apporter son expertise.

Bienvenue dans la cour de récré

Soudainement, Elon Musk rapplique et annonce que les ingénieurs de SpaceX travaillent actuellement sur un sous-marin miniature capable de passer dans les cavités et de ravitailler les enfants en vivres. L’engin n’a jamais été utilisé puisque les secours avaient déjà évacués les écoliers coincés à l’arrivée du sous-marin en Thaïlande. Des journalistes de la chaîne CNN alors sur place en profitent pour interviewer Vernom Unsworth au sujet de l’invention de Musk. « Cela n’avait aucune chance de marcher […] Musk devrait se carrer son sous-marin là où ça fait mal », glisse gentiment le spéléologue.

La réponse ne s’est pas faite attendre longtemps, Elon Musk publiant sur Twitter dans la foulée : « Désolé pedo guy, tu l’as bien cherché ». Devant la cour, M. Musk s’est justifié en disant que c’était une provocation d’écolier face une autre provocation d’écolier. Selon lui, les commentaires de Vernon Unsworth étaient « une attaque non justifiée contre une tentative de bonne volonté d’aider des enfants ». Il ajoute : « C’était mal et insultant, du coup je l’ai insulté en retour ».

Elon Musk pensait que c’était juste un « random creepy guy », comprenez un gars lambda bizarre, et affirme qu’il ne savait pas que Vernon Unsworth faisait partie de l’équipe de secours. « Je savais qu’il ne voulait pas littéralement me sodomiser avec un sous-marin, comme je ne voulais pas le qualifier littéralement de pédophile », assure le patron de SpaceX.

À lire également : Cybertruck – Elon Musk explique pourquoi sa démo des vitres incassables a tourné au fiasco

Le détective privé s’invite à la fête

Seulement, pour les avocats de Vernom Unsworth, Elon Musk pense bel et bien que son adversaire est pédophile. Dans une interview donnée par mail au journaliste Ryan Mac du site Buzz Feed, le milliardaire clame haut et fort que le spéléologue a voyagé jusqu’à « Chiang Rai pour marier une enfant d’âgée d’à peine 12 ans à l’époque ». Elon Musk va jusqu’à traiter Vernom Unsworth de « violeur d’enfant ».

Elon Musk avait alors demandé à ce que ces propos restent en off (entre lui et le journaliste). Face à la gravité de ces accusations, Ryan Mac a refusé et publié les dires du PDG. En octobre 2019, le journaliste révèle un dossier brûlant. Elon Musk aurait engagé un détective privé pour 50 000 $ afin qu’il déterre un potentiel passé sombre ou criminel. Selon Musk, les accusations qu’il a tenues étaient basées sur les conclusions préliminaires de l’enquêteur.

Sauf qu’avant de pouvoir mener à bien son investigation, le détective privé est accusé de parjure. La femme de Vernom Unsworth affirme qu’elle avait 33 ans lorsqu’elle a rencontré son mari et non 12 ans, comme le soutenait Musk.

« Des tweets provocateurs entre hommes »

Dans sa déposition durant le premier jour du procès, l’avocat d’Elon Musk a avancé que les tweets du milliardaire n’étaient en aucun cas une allégation sur le soi-disant comportement criminel de Vernom Unsworth. « Ils plaisantaient, juste des tweets provocateurs entre hommes », assurait l’homme de loi. « Il voulait juste son quart d’heure de gloire », expliquait-il dans les colonnes du journal le New York Times.

Pour le défenseur de Vernom Unsworth, cette justification ne passe absolument pas. « Mon client a poursuivi M. Musk pour l’avoir accusé d’être un pédophile dans ce qui aurait pu être le moment le plus glorieux de sa vie […] Les tweets de M. Musk ont causé la honte, la mortification, l’inquiétude et la détresse de Vernom Unswhorth », expliquait-il lors de son réquisitoire.

Et vous, que pensez-vous vous de toute cette affaire ? Du comportement d’Elon Musk ? Dites-le nous dans les commentaires !

Source : arstechnica



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Tesla Model Y : les livraisons débuteront en mars 2020

La Tesla Model Y fera ses débuts bien plus tôt que prévu. Tesla a commencé à envoyer les premiers mails annonçant la réception des commandes pour le mois prochain. Le constructeur a une avance considérable sur son calendrier initial qui…

Microsoft Edge : Google vous supplie de repasser sur Chrome via des bannières

Les utilisateurs de Microsoft Edge voient désormais une bannière s’afficher lorsqu’ils visitent le Chrome Web Store. Celle-ci recommande agressivement d’utiliser Chrome « pour utiliser les extensions » du Chrome Web Store « de manière sécurisée ». Les deux navigateurs sont pourtant désormais basés tous…

Les meilleures messageries mail gratuites

Ce ne sont pas les messageries qui manquent sur internet. De nombreux services gratuits existent pour répondre à la demande des utilisateurs, que ce soit pour une utilisation personnelle ou professionnelle. On vous aide à vous y retrouver. L’offre en…

L’inventeur du copier-coller, Larry Tesler, est mort

Larry Tesler, l’informaticien qui a inventé la commande « copier-coller », vient de décéder à l’âge de 74 ans. Employé chez Xeros dans les années 1970, l’homme a mis au point de nombreuses commandes populaires afin de faciliter la vie des utilisateurs. Il a aussi fait…