Diablo, Overwatch 2, WoW : les joueurs chinois privés de jeux Blizzard, voici ce qu’il s’est passé

 

Blizzard et NetEase ont cessé leur partenariat en Chine. Cela signifie que les joueurs de l’Empire du Milieu n’ont plus accès à World of Warcraft, aux Diablo ni à Overwatch 2. Les deux studios n’ont pu trouver d’accord pour continuer leur collaboration.

Warcraft
Warcraft

Les fans chinois de World of Warcraft, des jeux Diablo ou d’Overwatch 2 n’ont plus que leurs yeux pour pleurer. C’est en effet aujourd’hui que prend fin le partenariat entre Blizzard et NetEase, son éditeur local. Un divorce douloureux pour les deux partis.

Les deux sociétés n’ont pu renouveler leur accord actuel datant de 2019. Les détails ne sont pas connus, mais l’annonce a été faite en novembre dernier. Blizzard aurait insisté pour étendre le deal sur une période de six mois afin de se laisser le temps de trouver un nouveau partenaire, ce que Netease a refusé.

Blizzard et Netease, un divorce douloureux

C’est une longue histoire qui prend fin aujourd’hui, puisque NetEase distribue les jeux Blizzard depuis quatorze ans dans son pays. La Warcraft-mania de la grande époque en Chine ? C’était NetEase.

Le divorce semble avoir été tumultueux entre les deux mastodontes. NetEase a multiplié les coups bas à l’égard de Blizzard. Par exemple, un stream a été réalisé devant les locaux de l’éditeur dans lequel on a pu voir la hache de Garrosh Hurlenfer, l’un des personnages emblématiques de WoW, se faire détruire en direct. Plus encore, une nouvelle boisson est apparue dans la cafétéria du campus : le Blizzard Green Tea, une référence à une insulte chinoise qui décrit les femmes vicieuses et manipulatrices. Grosse ambiance.

L’événement qui a causé la guerre interne n’est pas connue. Néanmoins, un message LinkedIn d’un des pontes de NetEase, Simon Zhu, donne quelques clés. Publié en novembre 2022 lors de l’annonce de la fin du partenariat, ce post affirme « qu’un jour, ce que qui s’est joué en coulisses sera dévoilé ». Il ajoute « Les joueurs comprendront alors ce qu’un connard peut causer comme dommages ». Qui est le connard en question ? Zhu ne le dit pas, mais beaucoup d’observateurs y voient la figure de Bobby Kotick, le président d’Activision-Blizzard.

Simon Zhu Netease

Des millions de joueurs perdent leur accès à World of Warcraft

Ce divorce, c’est surtout une dispute qui pénalise des millions de joueurs. Comme le rapporte CNN, beaucoup d’adeptes de World of Warcraft n’ont plus accès à leur jeu favori, perdant parfois des personnages dans lesquels ils se sont investis depuis des années. Même chose pour les autres titres du studio. Seul Diablo Immortal, développé main dans la main par Blizzard et NetEase, est encore accessible. Blizzard tente bien de rassurer son monde en affirmant qu’un outil de sauvegarde a été mis en place, mais la chose reste encore nébuleuse.

A lire aussi – Test de Diablo 2 Resurrected : le mal est de retour et ça fait du bien

Pour rappel, Activision-Blizzard vit une période importante de son histoire. La société est en passe d’être rachetée par Microsoft. Si cette transaction est confirmée dans le courant de l’année, les cartes seront totalement redistribuées. Pour l’instant, rien n’est encore fait, la FTC (organisme américaine de la régulation de la concurrence) a porté plainte contre Microsoft sur le sujet.

Cette affaire en profite à d’autre. Tencent, un autre géant chinois du jeu vidéo, a dévoilé avec un timing parfait son prochain MMO : Tarisland. Sa particularité est tout simplement d’être un clone de World of Warcraft. De quoi séduire les joueurs laissés sur le carreau ? Nous verrons.

Blizzard pourrait prochainement retrouver un nouveau partenaire dans le pays, mais pour le moment, rien n’est encore fait. La Chine est un enjeu majeur pour le studio, puisqu’il représente plus d’un milliard de clients potentiels.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !