Apple est accusé d’héberger des jeux d’argent illégaux sur l’App Store

 

Apple est poursuivi en justice par certains de ces clients qui ont perdu beaucoup d’argent dans les casinos en ligne. Une plainte a été déposée contre la firme : elle est accusée d’héberger et de tirer profit d’applications avec des machines à sous virtuelles. Les deux principaux plaignants ont tous deux dépensé 15 000 dollars dans des achats intégrés dont Apple récolte une commission de 30 %.

apple casino machine a sous plainte

Vous le savez certainement : Apple touche une commission sur chaque achat effectué à partir de l’App Store ou dans une application. Vous achetez une appli. Vous débloquez une option payante. Vous achetez des « rubis » pour les échanger contre des objets dans un jeu. Vous prenez un abonnement sportif. À chaque fois que vous dépensez un dollar avec un iPhone ou un iPad, Apple touche une commission. Elle s’élève, sauf exception, à 30 % des montants versés. Notez que Google impose le même pourcentage qu'Apple pour ses commissions.

Lire aussi – Apple réduit à 15% la commission de l’App Store pour les petits développeurs

Appelée communément « Taxe Apple » par ces détracteurs, cette commission est l’un des points clés de l’actuelle profitabilité de la firme, mais également de son avenir. En effet, les ventes d’iPhone atteignent désormais un plafond qu’il est devenu difficile de dépasser. Et les services, comme l’App Store, Apple Music, Apple Pay, Apple TV+ ou encore le tout récent Fitness+ lancé avec l'Apple Watch Series 6, permettront à l’entreprise de continuer à générer des revenus confortables.

Apple est accusée de prise d'intérêt dans une activité illégale

La taxe Apple a largement fait parler d’elle l’année dernière à l’occasion de l’affaire « Fortnite ». Pour rappel, Epic Games, le créateur de Fortnite, souhaitait intégrer une boutique qui contournait le système de paiement d’Apple. Ce qui est évidemment interdit par les conditions générales de l’App Store. Suite à la mise en place de cette boutique, Apple a supprimé Fortnite et toutes les applications d’Epic de l’App Store. Par la suite, le Congrès américain a ouvert une enquête sur la légalité de cette pratique. Elle est encore en cours.

Six mois plus tard, c’est par un autre angle que la commission est attaquée : celle des jeux d’argent. Une plainte a en effet été déposée contre Apple auprès du tribunal de Californie pour prise d’intérêt dans une activité illégale, racket et collecte abusive de dettes. En effet, les machines à sous sont interdites en Californie. Il est possible de posséder une machine à sous, si celle-ci est « antique » (c’est-à-dire âgée de plus de 25 ans), mais il est interdit de l’utiliser pour parier de l’argent.

Les machines à sous sur l'App Store fonctionnent avec de vrais dollars

Sur l’App Store, vous trouvez tout type de jeux (certains sont même nés sur l’App Store avant de devenir des genres très populaires), dont des machines à sous virtuelles. Ces applications proposent aux joueurs d’acheter des jetons et de les dépenser pour remporter d’autres jetons. Notez que ce n’est pas des « casinos » à proprement parler, puisqu’il n’est pas possible de transformer les jetons gagner en crédit. Traduisez : ce n’est pas un jeu pour parier de l’argent.

Or, la plainte affirme que ces applications sont des jeux d’argent. Car, pour y jouer, il faut acheter les jetons virtuels. Les deux plaignants, deux joueurs compulsifs, ont dépensé chacun plus de 15 000 dollars dans des machines à sous virtuelles. Ils accusent Apple de faciliter l’accès à des jeux pouvant provoquer une addiction. Ils l’accusent aussi de tirer parti de cette situation, puisque la firme touche 30 % de commission sur chaque achat intégré effectué. Selon l’avocat des plaignants, 6 milliards de dollars ont été dépensés en 2020 dans des casinos virtuels de ce type (dont certainement une bonne partie sur l’App Store).

Une pratique similaire aux Loot Boxes des jeux vidéo

Évidemment, les machines à sous virtuelles évoquées ici ne sont pas des jeux d’argent à proprement parler, mais des jeux de hasard. Oui, vous pariez que vous allez gagner des jetons supplémentaires. Mais vous ne pouvez pas transformer ces jetons en gains, contrairement aux véritables machines à sous que vous retrouvez à Las Vegas, par exemple. Dans ce cas, il y a peut-être addiction au jeu, mais la responsabilité des pertes semble peser sur le joueur, même si Apple aurait pu mettre en place des outils pour protéger les utilisateurs contre ce comportement.

Cette mécanique de jeu nous rappelle surtout les tirages types Gatcha et les Loot Boxes. Pour rappel, les Loot Boxes sont des packs avec lesquels vous obtenez des objets virtuels pour un jeu : des personnages, des pièces d’équipement, des matériaux d’amélioration, etc. Le contenu est généralement aléatoire. En 2017, cette pratique a fait polémique. Durant l'année qui a suivi, Electronic Arts et Activision annonçaient l’abandon de cette pratique dans Star Wars Battlefront 2, Destiny 2 et Call of Duty Modern Warfare. Et certains pays, comme la Belgique, les ont interdits. La pratique est encore très importante dans les jeux mobiles.

Source : Apple Insider



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
iphone 13 appareil photo
iPhone 13 Pro : Apple irait jusqu’à 1 To de stockage, une première

Les iPhone 13 devraient embarquer jusqu’à 1 To de stockage interne, affirment les analystes de Wedbush. Citant des informations venant de la chaîne d’approvisionnement, les experts assurent qu’Apple va réserver les 1 To aux iPhone 13 Pro et 13 Pro…

mac m1 linux
Apple vend désormais des Mac M1 reconditionnés

Apple vend pour la première fois des Mac mini alimentés par un processeur M1 reconditionnés sur sa boutique en ligne. Ces ordinateurs sont évidemment proposés à des prix moins élevés que les versions neuves. Dans la foulée, Apple commercialise aussi…

iphone indice de réparabilite
Apple dévoile l’indice de réparabilité des iPhone et Mac

Apple est l’un des tout premiers constructeurs à afficher l’indice de réparabilité de ses produits, notamment celui des iPhone et des Macs, comme le veut la Loi depuis le 1er janvier 2021. Rien n’indique que les constructeurs concurrents seront aussi…