Android 11 va enfin mettre de l’ordre dans le processus de mise à jour. Les constructeurs devront désormais se conformer à la nouvelle procédure qui consiste à installer les mises à jour en tâche de fond, sans interrompre l’utilisateur.

Android 11

Android 11 va mettre un peu d’ordre dans les mises à jour système. À défaut de rendre leur livraison par les constructeurs tiers plus rapide. Jusqu’alors, les constructeurs avaient en effet une certaine marge de manoeuvre pour décider de la manière dont les mises à jour sont installées sur leurs smartphones. Ce qui débouche parfois sur une procédure un peu laborieuse, puisqu’installer la mise à jour système finit par interrompre l’utilisation du smartphone.

Les smartphones Android doivent désormais embarquer deux partitions système

Or, depuis Android Nougat, Google a introduit une nouvelle manière bien moins désagréable et plus sécurisée de faire les mises à jour. Cette nouvelle procédure implique que le fabricant a paramétré ses appareils pour embarquer deux partitions système. L’une d’entre elles (nous l’appelons partition A) sert directement. L’autre (B) est « hors ligne » : lorsqu’il faut mettre à jour le smartphone, c’est là où tout sera installé dans un premier temps en tâche de fond sans que l’utilisateur ne remarque quoi que ce soit.

La partition B où a été installée la mise à jour sert de partition A dès le prochain redémarrage du smartphone – uniquement dans le cas où l’installation s’est déroulée sans erreur. Vous bénéficiez alors de la dernière version d’Android, sans avoir perdu une minute d’utilisation. L’autre avantage de cette procédure, c’est qu’en cas de problème, la copie du système d’exploitation en production n’est absolument pas impactée. Ce qui est un atout pour la sécurité et la stabilité du système.

Comme vient de le repérer  XDA Developers, à partir d’Android 11, les constructeurs n’auront d’autre choix que de se plier à cette nouvelle procédure de mise à jour « A/B » plus discrète. La suite Vendor Test Suite, qui contrôle la conformité des appareils sous Android, a en effet été mise à jour.

Lire également : Android – Google impose deux ans de mises à jour de sécurité obligatoires aux constructeurs

De sorte que les appareils sous Android 11 et ultérieurs déclenchent une erreur lorsqu’ils ne prennent pas en charge les mises à jour « A/B ». Évidemment, à la moindre erreur, les constructeurs n’ont pas le droit d’installer le Google Play Store et les autres applications Google de la suite GMS. Autrement dit, ils n’ont plus vraiment le choix. Que pensez-vous de cette décision ? Partagez votre avis dans les commentaires.

Source : XDA Developpers



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Android 11 : Google annule la présentation du 3 juin 2020

Android 11 est une nouvelle fois reporté. En réaction aux émeutes éclatées aux États-Unis, Google a préféré annuler la présentation du 3 juin 2020 dédiée aux nouveautés de la mise à jour. Pour l’heure, on ignore quand la première beta…

Google Assistant va permettre de payer en ligne juste avec votre voix

Google Assistant teste actuellement le paiement avec la voix. Une nouvelle fonctionnalité qui permettrait à l’utilisateur de complètement se passer de son smartphone dans ce processus et qui est pour l’instant limitée à une poignée d’utilisateur. « OK Google, confirme le…

Google Meet teste le floutage d’arrière-plan comme dans Zoom et Skype

Google Meet pourrait bénéficier d’une fonctionnalité très populaire chez les logiciels concurrents : la possibilité de flouter l’arrière-plan. C’est le code source de la dernière version de l’application qui le suggère. Flouter l’arrière-plan pendant une conversation vidéo, bientôt une fonctionnalité…