Amazon, Cdiscount, eBay : 60% des produits vendus sur les marketplaces sont de mauvaise qualité selon la DGCCRF

 

La DGCCRF, la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes vient de dévoiler les résultats de son étude annuelle portée sur la sécurité et la conformité des produits vendus sur les marketplaces préférés des Français. Le constat est alarmant : 63% des produits testés se révèlent non-conformes, voire dangereux dans certains cas.

marketplace etude
Crédits : Unsplash

Alors qu'Amazon a été accusé de vendre des milliers d'articles dangereux en juillet 2021, la DGCCRF, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes vient de dévoiler les résultats de son étude dédiée à la sécurité et la conformité des produits vendus sur les marketplaces préférés des Français.

Avec la pandémie, le secteur du e-commerce a connu une croissance exponentielle, avec un chiffre d'affaires en 2020 en France estimé à 112 milliards d'euros. Et cette somme devrait être encore plus importante en 2021. De fait, la DGCCRF effectue régulièrement des contrôles pour s'assurer de la conformité et de la sécurité des produits commercialisés par l'intermédiaire des marketplace (ou places de marché en français).

Pour ce faire, l'institution procède à ce qu'on appelle des achats mystères (les enquêteurs effectuent des achats comme des consommateurs lambdas), principalement sur des produits non alimentaires. Cette année, la DGCCRF a axé ces tests sur des jouets, des cosmétiques, des accessoires électriques comme des adaptateurs et des bijoux fantaisie, issus des marketplace d'Amazon, de Cdiscount, eBay, RueduCommerce, Rakuten ou encore Aliexpress, la Fnac et Wish.

63% des produits testés sont non-conformes aux réglementations

D'après l'organisme, les résultats des tests effectués prouvent qu'une part importante de ces produits ne respecte pas la réglementation, et qu'ils présentent par la même occasion des risques “inacceptables” pour la sécurité des consommateurs. Ainsi, sur les 450 produits testés durant ces trois dernières années, 63% sont non-conformes aux réglementations françaises et européennes, tandis que 28 % d'entre eux sont dangereux pour les consommateurs. Comme le rappelle l'institution, ces taux sont nettement supérieurs à ceux habituellement constatés dans d'autres circuits de distribution, comme en grande surface par exemple.

Certaines familles de produits sont plus concernées que d'autres. Ainsi dans le détail :

  • 25% des jouets testés sont dangereux, en raison des risques de suffocation ou de strangulation liés à la présence de petits éléments détachables ou de cordelettes
  • 66% des guirlandes électriques testées sont dangereuses et présentes des risques de chocs électriques voire d'incendie
  • 87% des adaptateurs électriques testés sont dangereux du fait de risques de chocs électriques et d'incendie
  • 74% des bijoux fantaisie testés sont dangereux en raison de la présence de métaux lourds cancérigènes et toxiques comme du nickel ou du plomb
  • 100% des détecteurs de fumée testés sont non-conformes (5) ou dangereux (4), notamment car ils ne se déclenchent pas en présence de fumée

D'après l'organisme, au moins 20% des produits testés viennent d'Asie, tandis que l'origine de 40% des produits n'a pas pu être établie, ce qui reste inquiétant. Comme le précise la DGCCRF, tous les marketplaces concernés ont été avertis afin que les produits non-conformes soient immédiatement retirés de la circulation.

À lire également : Gearbest est mort – le site n’est plus accessible, les clients sont désemparés

amazon marketplace
Crédits : Pexels

Renforcer la responsabilité des plateformes vis-à-vis des marketplaces

Elle rappelle d'ailleurs que les vendeurs tiers ont les mêmes responsabilités envers les clients que n'importe quel autre vendeur. Bien entendu, les plateformes comme Amazon, Cdiscount, eBay et consorts ont aussi leur part de responsabilité. Étant donné qu'elles assurent la mise en relation entre les vendeurs tiers issus du monde entier et les consommateurs français, elles doivent garantir la sécurité des clients en :

  • En veillant à ce que les produits qu'elles accueillent sur le site soient correctement identifiés et que les annonces intègrent bien les informations et marque de sécurités censés accompagner le produit
  • En prévenant la mise en ligne d'annonces pour des produits dangereux et qui ne respectent pas la réglementation
  • En retirant dans un délai de 48 heures maximum les annonces concernant des produits signalés comme étant illicites et en s'assurant qu'ils ne reviennent pas sur le site dans une autre annonce
  • En prévenant directement les consommateurs ayant déjà acheté un produit dangereux

Pour rappel, Amazon a été déclarée responsable de tous les produits vendus sur site, y compris ceux du marketplace. Un tribunal californien a estimé qu'il y avait un lien direct dans la chaîne de distribution entre Amazon et les vendeurs tiers. De fait, Amazon peut être tenue responsable en cas de problème avec un produit.

À l'image de la justice californienne, la DGCCRF souhaite promouvoir au niveau européen un renforcement ciblé de la responsabilité des plateformes qui proposent des services de marketplace. En outre, elle appelle les consommateurs à rester vigilants lors de leurs achats sur Internet et à signaler tout produit suspect sur la plateforme SignalConso.



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !