AliExpress s’ouvre aux vendeurs européens pour concurrencer Amazon et eBay

AliExpress s’ouvre à d’autres vendeurs que ceux basés en Chine, en particulier les vendeurs Européens – continent en direction duquel la plate-forme du groupe Alibaba affute sa stratégie depuis plusieurs mois, avec par exemple l’ouverture d’entrepôts plus près des clients finaux. En soit, c’est une bonne nouvelle pour les commerces des pays concernés, qui pourront vendre leur produits dans 150 pays dans le monde. Cette stratégie permet aussi à AliExpress de gagner du terrain sur les leaders locaux de la vente en ligne que sont Amazon et eBay. 

Le logo d'AliExpress

AliExpress s’ouvre désormais aux vendeurs issus de pays européens. Dans un premier temps, cela concerne les vendeurs Espagnols, Italiens, Turcs et Russes. Ces derniers auront ainsi accès, comme les vendeurs chinois de la plateforme, à un marché présent dans 150 pays dans le monde. A l’origine, en effet, la plateforme – pendant grand public de la plateforme Alibaba réservée aux transactions B2B – servait essentiellement à faciliter le commerce de PME chinoises. AliExpress souhaite se constituer une première expérience, avant une ouverture du service dans un nombre plus important de pays du continent. Les commerces français pourraient rejoindre la plateforme d’ici la fin de l’année.

AliExpress : l’opération séduction en Europe se poursuit

A en croire Trudy Dai, le vice-président d’Alibaba cité par eCommerceNews, l’ambition de départ des fondateurs de l’entreprise a toujours été de s’ouvrir au monde entier. Or, depuis quelques mois, la plateforme a revu son modèle économique pour mieux attaquer Amazon, et dans une moindre mesure eBay, dans une partie du monde où ces plateformes sont très puissantes. Outre l’arrivée de vendeurs européens, la plateforme a introduit le « achetez maintenant payez plus tard » grâce à un partenariat avec la firme suédoise Klarna.

Lire également : Alibaba investit 590 millions de dollars dans Meizu pour concurrencer Google et Apple

L’idée qui semble se cacher derrière cette stratégie, est d’inspirer davantage confiance aux consommateurs européens, avec d’un côté des entreprises et entrepôts plus locaux, autorisant des délais de livraison plus courts, et des facilités de paiement qui ne sont pas forcément proposées ailleurs. Comme le rappelle Clubic, AliExpress connait depuis plusieurs années une progression intimidante. En 2018, par exemple, la firme avait connu une hausse de 94% de ses ventes dans le monde.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Samsung Electronics : le bénéfice opérationnel plonge de 56% au 3e trimestre

Samsung Electronics anticipe un plongeon de 56% de son bénéfice opérationnel au troisième trimestre 2019. Un résultat dû principalement à des difficultés dans un marché du semi-conducteur baissier depuis le début de l’année. La sortie du tunnel serait néanmoins proche.  Samsung Electronics enchaine…

Facebook Libra : PayPal lâche déjà l’affaire

La rumeur lancée par le Wall Street Journal se confirme. PayPal a annoncé vendredi qu’il quitte la Libra Association qui regroupe les membres fondateurs de la cryptomonnaie que Facebook souhaite lancer l’année prochaine. Le retrait de PayPal constitue un nouveau…

Free pourrait lancer FreeBank, une banque mobile à la Orange Bank

Free aurait l’intention de lancer une banque mobile concurrente d’Orange Bank. Ce 13 septembre 2019, Iliad, maison mère de l’opérateur de Xavier Niel, a en effet obtenu un numéro d’identifiant permettant d’exercer une activité bancaire. Tout porte à croire que l’arrivée d’une « FreeBank » sur le marché soit imminent.  Iliad…