Tesla Semi dévoile le camion électrique du futur, 800 km d’autonomie !

Maj. le 23 novembre 2017 à 17 h 24 min

Malgré des résultats financiers en demi-teinte, Elon Musk est bien décidé à révolutionner le monde du transport. Après s’être attaqué au monde de l’automobile, Tesla s’attaque à celui des transports routiers, avec le Tesla Semi, un camion électrique semi autonome avec 800 km d’autonomie.

tesla semi

Après plusieurs faux bonds et quelques mois de retard, Elon Musk vient de dévoiler sa nouvelle création : le Tesla Semi. Lors de cette présentation très attendue organisée en Californie, Tesla en a aussi profité pour dévoiler la Tesla Roadster, un nouveau supercar deluxe capable d’atteindre les 402 km/h et bénéficiant d’une autonomie record de 1000 kilomètres, vendu pour la coquette somme de 200 000 dollars.

Tesla Semi : 20% plus économique qu’un camion diesel ?

Mais la véritable révolution de cette annonce, c’est surtout le Tesla Semi et Elon Musk n’a pas manqué de superlatifs pour nous le décrire. Puissant et futuriste, le Tesla Semi est capable de monter jusqu’à 100km/h en l’espace de seulement 5 secondes. C’est juste énorme. Selon les experts, le camion est aussi rapide et véloce qu’une ancienne voiture de course. Du jamais vu !

Mais l’atout le plus impressionnant du Tesla Semi, c’est son autonomie. Le camion bénéficie en effet d’une autonomie record de 800km. Comme on le sait, le principal frein à l’achat des véhicules électriques c’est leur autonomie. Bon nombre d’utilisateurs craignent de devoir recharger trop régulièrement leur voiture. La question de l’autonomie est encore plus importante dans le domaine des transports routiers, les camions sont en effet destinés à parcourir de longues distances. On imagine mal un semi-remorque s’arrêter à intervalles réguliers pour une recharge.

Le Tesla Semi est donc taillé pour répondre aux  besoins de l’industrie des transports routiers. Selon Elon Musk  » 80% des trajets font moins de 400km ». Le dirigeant enfonce le clou en promettant jusqu’à 640 d’autonomie grâce à une recharge seulement 30 minutes. Avec de telles assertions, l’homme sait comment rassurer et convaincre ses potentiels acheteurs. Il ajoute d’ailleurs que le camion Tesla reviendra 20% moins cher qu’un camion roulant au diesel.

Dans la suite de sa présentation, Elon Musk a fait la part belle au design aérodynamique du Semi, à son confort interne, conçu pour améliorer la vie des routiers, ainsi qu’à sa simplicité d’utilisation. Le Semi est apparemment très facile à conduire et à manoeuvrer, en grosse partie grâce à Auto Pilot, le logiciel de Tesla qui permettra la conduite autonome. Comme annoncé il y a peu, de grosses avancées ont été faite dans le domaine de l’intelligence artificielle et les voitures de Tesla seront probablement entièrement autonomes dans les prochains mois.

Elon Musk a annoncé que le Tesla Semi rentrera en production dès 2019. Aucun prix n’a encore été évoqué par Tesla mais si vous êtes intéressé, vous pouvez d’ores et déjà commander votre propre camion électrique sur le site de Tesla. Espérons toutefois que le Semi ne rencontre pas les mêmes soucis de production que la Model 3, qui affiche un retard alarmant.

tesla semi
tesla semi
tesla semi

Réagissez à cet article !
  • MisterX

    « autonomie record de 800km/h »
    Ahahah,ceci n’est pas une autonomie mais une vitesse,décidément il faudrait penser a vous relire avant de poster,ca fait pas sérieux du tout.

    • Florian Bayard

      Petite erreur d’inattention, merci pour la remarque ! :) C’est corrigé !

      • MisterX

        Pas de quoi,corrigez aussi le fameux « la mise a jour résolve » sur l’autre sujet ;)

  • Pfelelep almost harmless

    C’est tout simplement ridicule, encore une fois.

    Ce n’est pas en changeant bêtement le mode de propulsion qu’on peut changer quoi que ce soit. Le camion ne doit servir qu’à la desserte locale, pas au transport.

    • AndrOS

      idée de merde.

    • Seb

      Vu ce sur quoi on arrive petit à petit, je ne suis pas d’accord avec toi. Il y a 5 ans, je l’aurais été. Mais avec des camions électriques et autonomes, qui rouleront bientôt en convoi automatisé, avec pourquoi pas des voies dédiées sur les autoroutes, ils seront plus que jamais indiqués pour des transports longues distances, moins polluants dès lors que du ferroviaire ou du fluvial.

      • Pfelelep almost harmless

        Le truc c’est que c’est le mode de propulsion qui pose le moins de problèmes, alors c’est évidemment le mode de propulsion qu’on veut changer en premier.

        Oh, oui, construisons de nouvelles autoroutes dédiées au trafix de fret plutôt que mettre le fret sur des rails et les canaux!

        • Seb

          La route est probablement le type de liaison qui va le plus évoluer ces prochaines années. Ces nouvelles routes pourront être pavées en photovoltaïque, à la manière des tests qui sont actuellement menés, et fournir une source d’énergie renouvelable non négligeable.

          On pourrait même imaginer une recharge par induction pendant que le véhicule roule. On est au début d’une seconde révolution industrielle, qui va pas mal récupérer les conneries de la première.

          • Pfelelep almost harmless

            C’est une très mauvaise idée d’aller dans ce sens, on refait les mêmes âneries qu’avec le pétrole.
            Un convoi de 10 camions électriques et autonomes avec 800km d’autonomie? Ca consomme plus et transporte moins qu’un train de la même longueur. Le train n’a pas besoin de routes à la con avec induction, et est donc bien plus rentable.

          • Seb

            Le souci, c’est que tu vois les choses avec les technos d’aujourd’hui.

            Un tronçon d’1km de route photovoltaïque a été construit en France, il peut fournir l’énergie nécessaire à l’éclairage public d’une ville de 5000 habitants.

            Demain, ces camions aujourd’hui limités à 800km d’autonomie se rechargeront en roulant grâce à différentes technos (solaire, récupération d’énergie cinétique, induction) et bénéficieront d’une autonomie potentiellement illimitée. Ils seront également bien plus mobiles qu’un train, et accèderont à bien plus de zones.

            Le ferroviaire n’est pas sans souci non plus. Décathlon vient de mettre cette solution en route, et ils sont confrontés également à des problèmes : changement d’écartement des voies en Russie, convois limités à 600m en Pologne, etc.

          • Pfelelep almost harmless

            Justement, je vois la réalité des choses, la réelle possibilité et pas des hypothèses farfelues sur ce que pourrait donner la technologie dans 15 ou 20 ans.
            Les ferroutage, on aurait du commencer dès la sortie de la guerre, la technologie était là. On a compté sur les espoirs de la technologie, v’là le bazar.

            Aujourd’hui, on continue à démanteler des infrastructures ferroviaires au bénéfice de la route, parce que peut-être que dans 20 ans on pourra faire des routes qui rechargent les bagnoles…

            Ce que tu décris (marrant de dire Décathlon comme dans toute la presse française pour un projet 100% chinois sur 10 ans) sur l’écartement des routes est tout à fait anecdotique. Quasiment pas un seul pays d’Europe n’a le même écartement des rails. Ca n’empêche pas le fait qu’il y ait des trains internationaux, et que ça n’a rien de récent (1883 pour l’Orient Express).

            Et ça ne change absolument rien à un fait: 10 camions ça consomme plus et ça transporte moins qu’un train, c’est donc du gaspillage.

            Alors la faisabilité des routes magiques, on va déjà chercher un élevage de licornes. Ensuite on verra s’il est juste envisageable de transformer ne serait-ce que 1% du réseau routier en route au tarif hallucinant à construire et maintenir, à base de cobalt, de lithium, d’or, de platine, les ingrédients des produits électroniques, quoi!

          • Seb

            Toujours un vrai plaisir de te lire. Eh bien reste avec tes certitudes, on verra bien dans 10 ou 15 ans.

          • Pfelelep almost harmless

            « On vera bien ».
            Voilà bien ce que je refuse dans ton discours.
            On a des décennies de retard, alors on va attendre pour voir?

            Non, vraiment.

            On démantèle réellemment des infrastructures de ferroutages, aujourd’hui. Pour les remplacer par quoi à part des routiers roumains dans des camions au gazole?
            C’est aujourd’hui qu’on a besoin de ces infras pour supprimer des camions, non? Eh ben on verra dans 10 ans ou 15 ans est une réponse inacceptable.

          • Seb

            Désolé, vieux, mais mon avis, les industriels s’en tamponnent le coquillard. Et le fait que tu le refuses également. Nous ne sommes pas les acteurs du transport de marchandises, nous ne sommes que des spectateurs. Et moi, ce que je vois, c’est que ça commence, je dis bien CA COMMENCE enfin à bouger au niveau de l’électrique. Mais tu peux aller dire à Elon Musk que ce qu’il fait ne sert à rien…

  • 2sfhim

    OMG une autonomie de 800 km! Un Kenworth en fait 2700…

    • MisterX

      Un Kenworth électrique?

  • AndrOS

    Bah il est dit qu’il coûtera moins cher qu’un camion thermique.

  • Dannenmuller Micke

    ett une vague de chomeur en plus merci de tuer notre job avec les camion qui roule tout seul

    • Sury_Spy

      On ne se connait pas, je ne connais pas votre vie mais se plaindre de l’avancée de la technique est certainement moins rentable que de pouvoir s’y adapter. Je propose une autre optique sur le même sujet.
      Ne serait-ce pas la possibilité pour vous d’ouvrir une société de transport avec ce genre de camion qui vous permettrait de payer moins de charge patronale augmenter le nombre de camion et embaucher plus de mécaniciens spécialisés dans ce nouveau métier , ou d’ouvrir une société qui gérer des parcs de camion de livraisons, histoire de rivaliser avec les pays de l’est qui de toute façon vous concurrence de manière carrément déloyale ?

      Il ne s’agit pas ici de dire, « on valide toutes les évolutions ou pas » mais juste d’ouvrir l’optique sur un problème et ce de manière plus positive.

      Je ne pense pas que l’intelligence artificielle doive entre prise à la légère pour autant.

    • Seb

      Un chauffeur reste indispensable. Au volant d’un tel camion, sa tâche sera simplement différente. Il sera surtout là pour prendre la main en cas de problème.

  • joe2x

    C’est en effet une partie du problème, il faudrait que les gens évite de se chauffer au bois avec une combustion incompléte. Ne pas oublier que le chauffage est en partie responsable de la polution

    • NicoWolf74

      C’est vrai aussi :) et ne pas oublier nos meilleurs amis fournisseurs de cancers depuis le siècle dernier… SGL !

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Les voitures autonomes pourraient sauver 500 000 vies en 30 ans !

Malgré les craintes des automobilistes en matière de sécurité, les voitures autonomes pourraient sauver de nombreuses vies en réduisant le nombre d’accidents de la route. De 2020 à 2050, les voitures sans chauffeur pourraient bien épargner 500 000 vies humaines !

Voitures autonomes : Uber va s’offrir 24 000 Volvo d’ici 2021 !

Le géant du VTC vient de signer un accord avec Volvo : entre 2019 et 2021, le constructeur automobile suédois va fournir jusqu’à 24 000 SUV autonomes à Uber . Avec cette flotte de voitures sans chauffeur, Uber entend bien révolutionner à nouveau le monde du transport urbain.