OnePlus 5T : analyse complète de la partie photo

Maj. le 4 décembre 2017 à 12 h 44 min

La qualité photographique est depuis un sacré bout de temps le fer de lance (et l’un des arguments marketing principaux) des constructeurs. Avant de rentrer dans le vif du sujet, évacuons rapidement la question la caméra frontale : celle du OnePlus 5T est identique à celle du 5 et produit des selfies corrects [sans plus] en luminosité correcte et très moyens lorsqu’elle baisse. Il n’y a donc rien de spécial à ajouter sur le sujet et les inconditionnels du portait égocentré se reporteront à notre test du OnePlus 5 pour assouvir leur curiosité.

test oneplus 5t appareil photo

Une interface dépouillée mais efficace

L’interface de la fonction photo/vidéo du 5T brille par son aspect épuré, ce qui ne l’empêche pas d’être efficace. Elle propose l’essentiel des modes et des fonctions d’un bon appareil photo grand public sans toutefois s’encombrer de fioritures. Certains apprécieront, d’autres regretteront l’absence de filtres créatifs ou de modes scènes ludiques.

Interface générale
L’interface de prise de vue selon OnePlus est épurée et donc facilement manipulable.

Le fonctionnement automatique, baptisé sobrement « photo » est satisfaisant pour la majorité des usages et on n’en sortira que rament pour réaliser des prises de vues.

Interface Pro
L’interface du mode pro offre une grande latitude pour effectuer un réglage manuellement.

Les utilisateurs avancés activeront le mode Pro afin de débrayer les automatismes de prise de vue. Son interface, très intuitive, se manipule simplement du bout du doigt et l’on pourra sauvegarder les images au format DNG, sorte de négatif numérique aussi connu sous l’appellation RAW.

panorama
La création de panorama assistée prévient le photographie si quelque chose ne va pas lors de la réalisation de la prise de vue.

La prise de vue panoramique est aussi de la fête. Sa réalisation d’un panorama ne pose pas de gros problème tant que l’on prend soin de rester bien à l’horizontale ou à ne pas déplacer l’appareil trop rapidement. Au besoin un message s’affichera à l’écran afin de corriger le problème.

Modes disponibles
Les modes accessibles apparaissent à l’écran par un glissement du doigt vers la droite.

La vidéo n’est pas en reste et l’on pourra capturer des séquences en 4K 30 im/s, en Full HD [jusqu’en 60 im/s] ou profiter des modes accéléré et ralenti. Dans tous les cas, le résultat est bon, voire même excellent si l’éclairage est de bonne qualité.

Un module bicapteurs atypique

Techniquement parlant, le OnePlus 5T embarque donc un module photovidéo arrière bicapteurs. Il n’est évidemment pas le premier, mais les choix faits par OnePlus sont pour le moins inédits. Car au lieu d’opter pour des objectifs ayant des longueurs focales différentes, tous deux disposent des mêmes caractéristiques [27,22 mm – f/1,7].

Les deux capteurs sont en revanche différents l’un de l’autre. Le principal est un IMX 398 16 Mpxl d’origine Sony Electronics dont la diagonale atteint 1/2, 8’’ [soit 6,4 mm], chaque photosite mesurant 1,12 μm.
Le second, un IMX 376K, sort lui aussi des usines Sony. Très proche de l’IMX376 en termes de caractéristiques (Sony et OnePlus ne communiquant pas sur leurs différences), il embarque 20 Mpxl (photosite de 1,12 μm) et possède une diagonale de 1/2, 78’’ (6,38 mm).

Cet ensemble est donc radicalement différent de ce qui était jusqu’ici pratiqué par OnePlus, Samsung, HTC et même Huawei dont l’un des deux capteurs était monochrome.

Basse luminosité

À en croire OnePlus, ce module bicapteur est la huitième merveille du monde puisqu’il met en œuvre la technologie Intelligent Pixel capable de réduire drastiquement le bruit numérique en faible éclairage. Celui-ci, véritable plaie des petits capteurs employés sur les smartphones, gâche souvent la qualité d’une image. Mais le 5T y remédie en confirmant la capture d’image au capteur secondaire dès que l’éclairement lumineux passe sous les 10 lux.

Le lux ne vous parle pas ? Pour vous faire une idée retenez simplement qu’une pleine lune la nuit en zone déserte produit 0,5 lux, qu’on mesure de 20 à 70 lux dans une rue bien éclairée la nuit, 200 à 400 lux dans appartement bien éclairé et de 50 000 à 100 000 lux l’extérieur en plein soleil.

Une scène shootée à 10 lux avec le OnePlus 5T. Jusqu’ici, tout va bien…

La dégradation de la qualité d’image est flagrante en basse luminosité sur un agrandissement à 100% de l’image.

Pour savoir quel capteur a effectivement shooté une image, rien de plus simple : il suffit de regarder sa taille ! Si elle fait 4608 x 3456 pxls, elle a été réalisée par le capteur principal. Si elle contient 5184 x 3880 pxls, elle a été créé par le capteur secondaire. Simple, non ? Une méthode plus triviale consiste bien entendu à poser ses gros doigts successivement sur l’un ou l’autre des objectifs afin de déterminer celui qui est en utilisation.

Intelligent Pixel

Mais revenons donc dans le vif du sujet. 10 Lux ce n’est pas grand-chose et on se demande bien comment un capteur dont les photosites plus petits et plus nombreux sur une surface plus petite peuvent diminuer le bruit numérique alors que les lois de l’optique proclament haut et fort le contraire…
C’est là qu’entre en scène Intelligent Pixel qui, d’après OnePlus, agrandit artificiellement la taille des photosites du capteur en les regroupant quatre par quatre. La lumière est donc enregistrée bien plus précisément l’image produite bien moins fruitée et tout le monde est content, à un détail près.

En regroupant les photosites par quatre, la définition devrait logiquement passer à 5 Mpxls (quatre fois moins que celle produite par le capteur), mais ce n’est pas le cas. Et bien sûr, OnePlus reste d’une discrétion de violette sur la méthode employée pour revenir aux 20 Mpxls d’origine : s’agit-il d’une simple interpolation numérique ? Ou la teinte et la luminosité de chaque pixel de l’image finale sont-elles calculées en fonction de ceux qui l’entourent ? Mystère. Et pour tout dire, on s’en moquerait complètement si le résultat était à la hauteur de la promesse, ce qui n’est hélas pas toujours le cas.

test oneplus 5t intelligent pixel

Nous avons ainsi shooté plusieurs images à 10 lux et moins afin de voir comment se comportait l’appareil du OnePlus 5 T. A priori, le résultat est correct tant que l’on se contente l’examiner sur l’écran du smartphone ou qu’on le partage en ligne. Les choses se gâtent dès que l’on veut recadrer la scène ou imprimer l’image en grande taille. Intelligent Pixel applique un lissage assez conséquent afin d’éliminer le bruit numérique et cela se voit rapidement.

Heureusement, toutes les images réalisées avec un OnePlus 5T n’ont pas vocation à être recadrées outrageusement ni à être imprimées. Dans l’immense majorité des cas, on se satisfera du rendu final qui est de toute façon meilleur que ce qu’on obtenait avec le OnePlus 5 d’origine : sur ce point, le constructeur a donc raison.

Lorsque le capteur principal est à l’œuvre, les images sont meilleures et le bruit numérique bien mieux maîtrisé. Jusqu’à 400 Iso pas de gros problèmes si ce n’est une compression Jpeg un peu trop fort à notre gout qui amoindrit les détails les plus fins. Le bruit commence à être vraiment visible à 800 Iso pour devenir inacceptable au-delà.

Mode portrait

Nous nous sommes aussi penchés sur le mode “portrait” du OnePlus 5T, capable de shooter des images à très faible profondeur de champ afin de générer un flou artificiel — le fameux Bokeh — agréable à l’œil. Pour cela, le smartphone tire parti de la présence de deux objectifs dont la légère parallaxe permet de déduire le placement des objets dans la scène. L’arrière-plan est alors floué artificiellement afin de simuler ce que l’on obtiendrait avec un appareil photo haut de gamme. Mettons tout de suite fin à l’insoutenable suspens : le mode portrait est simple à utiliser et globalement efficace si l’on n’est pas trop regardant. Car dans certains cas, le processeur d’images s’emmêle mes pixels et confond l’avant et l’arrière-plan.

Statue Bokeh
Si la scène est complexe, l’algorithme de création du Bokeh artificiel se laisse piéger. Exemple : pas de flottage entre l’enfant et lez bras gauche de la statue.

Il a toutefois des circonstances atténuantes puisque cela se produit dans des situations très ambigües que l’on ne détecte qu’en examinant la scène avec attention. Cela devient très visible lorsqu’on paramètre l’appareil pour conserver l’image originale en plus de celle intégrant le floutage artificiel de l’arrière-plan.
Mais ne boudons pas notre plaisir : l’ensemble est plutôt correct, compte tenu du peu de recul qu’on les constructeurs sur ce type très particulier de traitement d’image. OnePlus continue régulièrement à améliorer le traitement logiciel et les progrès devraient être rapidement visibles.

Ensemble très honorable

Le OnePlus 5T est donc dans la moyenne haute en termes de qualité d’image, sans toutefois faire jeu égal avec les ténors du moment (Samsung Apple et HTC). Ajoutons au passage que l’autofocus est globalement très réactif ce qui ne peut être qu’appréciable, même sur une grande ouverture. Enfin, le zoom proposé est de bonne qualité, celui-ci effectuant en fait un recadrage de l’image enregistrée par le capteur secondaire lorsque le téléobjectif est sollicité.

ici pas de grosse difficulté : le flou artificiel d'arrière-plan est correct.
Ici pas de grosse difficulté : le flou artificiel d’arrière-plan est correct.

Peut-on raisonnablement acheter le OnePlus 5T uniquement pour ses performances photographiques ? Dans l’absolu, nous répondrions par un “oui” pas complètement franc et massif, l’image nous  paraissant trop lissée pour être exploitable en grande taille. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que le 5T est vendu quasiment deux fois moins cher que les produits haut de gamme de la concurrence… et mine de rien, cela permet d’accepter quelques petits défauts inacceptables en temps normal. Si vous ne souhaitez donc pas dépenser une fortune pour prendre des photos, le OnePlus 5T est donc recommandable vu son niveau de prix.

Les dernières infos sur le OnePlus 5T

Réagissez à cet article !
  • Fred F

    Merci pour ce test qui peut faire pencher la balance du côté obscure de OP

  • AhhdafunK

    très intéressant merci !

  • Gregoo

    Il fait tout de même de très belles photos ce 5T et pour le mode bokeh tout ses concurrents même Apple reste perfectible avec les zones floues en arr plan.

    Très intéressant ce one +.

    • Marc

      Vous avez raison, le Bokeh artificiel est améliorable chez tous les constructeurs. Mais comme ici il n’est question que de OnePlus, je l’ai souligné :) Pour le reste, les photos sont très belles tant que l’on ne cherche pas à les exploiter en grande taille ou à les recadrer trop fortement (c’est ce que je dis dans le test).

  • Mak

    Non ! Les ténors en photo sont HTC et LG !

    Samsung et Apple non mais sérieux encore de la pub gratuite alors qu’ils n’en ont pas besoin.

    Ceci étant dit, je le prendrais bien ce 5T pour remplacer mon 3T.

  • Marc

    Bonjour,
    Je mettrai à jour l’article si la MàJ d’oxygenOS apporte des améliorations significatives à la qualité photographique et si j’arrive à obtenir à nouveau un prêt du produit :)
    La caméra frontale est traitée en tout début d’article (le premier paragraphe, en gras) : il n’y a effectivement rien d’extraordinaire mentionner à ce sujet.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Quel smartphone LG acheter en 2017 ?

LG, c’est celui que l’on appelle l’autre coréen. Le grand rival de Samsung brille dans ses contrées avec des produits grand public très appréciés. Hélas, sur le marché des smartphones il n’est pas reconnu à sa juste valeur. LG propose des smartphones de grande qualité. Nous avons donc fait une petite sélection des smartphones LG à acheter en 2017.

Galaxy S9 : le capteur d’empreintes sera mieux placé que sur le Note 8 !

Le placement du capteur d’empreintes se confirme par l’intermédiaire d’une image provenant de S-Health l’application santé du constructeur. Alors que sur le Galaxy S8 et Note 8 de nombreux utilisateurs n’ont pas spécialement apprécié le placement, les choses changent, Samsung apprend de ses erreurs.