Maj. le 8 mars 2019 à 10 h 50 min

Sony revient sur le marché des montres connectées avec sa SmartWatch 3. Après avoir été précurseur dans le domaine, la marque japonaise a laissé passer la concurrence pour aujourd’hui contre-attaquer avec sa première montre sous Android Wear. Avec un look et une orientation sportive, nous sommes loin de la pièce d’horlogerie. Mais elle a d’autres atouts dont nous allons vous parler tout de suite !

sony smartwatch 3 test

Commençons notre test de la Sony SmartWatch 3 avec les caractéristiques techniques qui n’ont pas à rougir face à la concurrence. L’écran de 1,6 pouce avec une définition de 320 x 320 pixels est au format carré, là où ses concurrents directs comme la Moto 360 ou la LG G Watch R ont choisi un design arrondi. Pour le reste, la fiche technique est assez classique avec un processeur Snapdragon 400, 512 Mo de RAM, 45 grammes et une connectivité complète.

  • Écran : 1,6 pouce 320 x 320 pixels
  • Processeur : quad-core Qualcomm Snapdragon 400 cadencé à 1,2 Ghz, architecture A7
  • RAM : 512 Mo
  • Connectivité : GPS, WiFi, Bluetooth 4.0, NFC
  • Connectique : micro USB 2.0
  • Capteurs : Gyroscope, accéléromètre, capteur de lumière ambiante, Boussole
  • Batterie : 420 mAh
  • Dimensions : 36 x 10 x 51 mm
  • Poids : 45 grammes
  • Certifié IP68 : étanche à l’eau et à la poussière
  • Couleurs : noir, jaune

On note la présence d’un GPS, montre sportive oblige, mais pas de capteur de fréquence cardiaque. Un véritable oubli de la part de Sony qui n’a pas jugé nécessaire de l’intégrer sur sa montre sportive. La batterie est assez conséquente avec 420 mAh tout de même. Elle est également dotée d’un port microUSB pur la recharge, là où ses concurrentes font le choix d’un connecteur à broche, ou de la recharge par induction. L’étanchéité à l’eau et à la poussière ainsi que les 45 grammes sur la balance viennent compléter le tout.

Un design sportif mais peu inspiré

La Sony Smartwatch 3 a un look clairement sportif. Un format carré et un bracelet en plastique. On remarque au-dessus de l’écran un capteur de luminosité servant à ajuster le rétroéclairage de l’écran. Nous verrons cela plus en détail dans la partie écran. Ce qui est assez flagrant lorsqu’on regarde la face avant, ce sont les bordures irrégulières. En effet, on voit clairement que la bordure inférieure et plus épaisse que les autres.

sony smartwatch 3

Un détail assez visible qui n’est pas très esthétique. Sony a peut-être rencontré quelques problèmes techniques lors de l’intégration de tous les composants, modifiant légèrement le centrage de l’écran. Vient ensuite le plastique du bracelet qui  est extrêmement salissant. La moindre poussière venait s’y accrocher et cela était assez visible sur notre version noire. Notons que Sony a annoncé en ce début d’année la disponibilité de bracelets en métal pour donner un design plus premium à sa montre.

sony smartwatch 3 changer bracelet

Le bracelet épouse bien la forme du cadre en métal. Ce dernier est très flexible autour du cadre en métal pour pouvoir le changer facilement, et plus rigide au niveau du tour de poignet pour ne pas la perdre. Il se règle très facilement une première fois, il ne vous reste plus qu’à le clipser ensuite. Le tout est bien sûr interchangeable si vous voulez y mettre un peu plus de couleurs. Le bout du bracelet est en métal, il affiche le logo de la marque.

sony smartwatch 3 bracelet

Le côté droit de la montre accueille l’unique bouton qui sert à la mise sous tension de l’appareil. Le cadre de la Smartwatch 3 est lui en métal parfaitement étanche, certifié IP 68. L’occasion de voir la conception de la montre avec ses quatre vis qui tiennent l’ensemble de la structure.

sony smartwatch 3 bouton

changer bracelet sony smartwatch 3

sony smartwatch 3 changer horloge

Au dos, le logo Sony et un cache derrière lequel se trouve la prise microUSB 2.0. Cela est très pratique de pouvoir recharger sa smartwatch de cette manière, vous pouvez ainsi transporter un seul câble de rechargement pour votre montre et votre smartphone. Pratique pour les plus nomades d’entre vous.

sony smartwatch 3 micro usb

Lorsqu’on regarde les tranches, on voit l’épaisseur assez importante du produit qui fait tout de même 1 centimètre. Les légères rainures qui s’enfoncent dans le boitier servent à maintenir le bracelet une fois en place. Cela n’inspire pas une énorme confiance sur le long terme, mais nous n’avons pas rencontré de problème de ce côté lors de nos quelques jours de tests.

sony smartwatch 3 design

sony smartwatch 3 bracelet interchangeable

bracelet sony smartwatch 3

Le design n’est donc pas renversant, nous ne sommes clairement pas sur une montre design, mais vraiment sur un côté sportif. On regrette le bracelet attrape-poussière et les bordures d’écran aléatoires. Pour autant, la montre n’est pas moche et son look pourra plaire à certains.

Les 45 grammes sur la balance sont également un bon point, la montre sait se faire oublier, en session sportive comme au quotidien. Nous sommes loin du gabarit très imposant de la Samsung Gear S par exemple. L’absence de capteur de fréquence cardiaque est par contre une absence remarquée pour une montre qui met l’accent sur le sport.

sony smartwatch 3 montre

Un écran pas au niveau de la concurrence

Revenons un instant sur les bordures de l’écran. Elles sont assez importantes en plus d’être irrégulières. La bande supérieure noire s’explique par la présence du capteur de luminosité. On s’attendait donc à retrouver des bordures de tailles égales, ce qui n’est pas le cas. L’écran ne semble pas centré, la bordure inférieure est plus importante que les autres. Nous sommes assez loin des efforts qu’ont réalisés LG et Motorola par exemple pour faire un design rond presque sans bordures.

sony smartwatch 3 cadran

L’écran en lui-même affiche une qualité de couleurs et une luminosité correcte. Ce n’est clairement pas le meilleur que nous ayons pu voir sur une montre connectée, mais il a un atout pour lui. En effet, la Smartwatch 3 est équipée d’un écran transflectif. Cette technologie permet l’utilisation simultanée de deux technologies, la transmissive qui correspond à l’éclairage interne de l’écran qui se trouve derrière la dalle, et la réflective qui capte la lumière grâce au capteur au-dessus de l’écran.

sony smartwatch 3

La combinaison de ses deux éléments permet une meilleure gestion de l’éclairage et de la gestion énergétique pour préserver au mieux la batterie de la Smartwatch 3. Nous le verrons dans la partie autonomie, cela est assez efficace.

Un gros bémol tout de même sur la qualité des blancs qui est franchement douteuse. Ils ont tendance à tirer vers le jaune, rien à voir avec l’écran Super AMOLED de la Gear S ou même le P-OLED de la LG G Watch R.

sony smartwatch 3 cadran montre

Android Wear, une première pour Sony

La Smartwatch 3 est la première montre Sony à être équipée d’Android Wear. On connait déjà bien que le système d’exploitation pour montre connectée de Google. Un appui long sur l’horloge permet de la personnaliser. Un « Ok Google » lancera la commande vocale avec laquelle vous pourrez demander la météo, mais également un itinéraire, des informations de circulations ou simplement une recherche web.

sony smartwatch 3 horloge

sony smartwatch 3 google voice

L’appairage de la montre avec son smartphone est bien sûr nécessaire. Vous devez au préalable installer l’application Android Wear que vous pouvez télécharger gratuitement sur le Google Play. Cela vous permettra entre autres de recevoir les notifications de vos mails, appels et autres applications. Pas de réseau sur la montre, la connexion à votre montre est donc essentielle pour profiter pleinement d’Android Wear.

sony smartwatch 3 notifications

Écoutez de la musique sur sa Smartwatch 3

Il y a 4 Go de stockage interne sur la montre. Pour autant, vous ne pourrez pas écouter vos musiques comme vous le voulez. Android Wear oblige, vous allez devoir passer par Google Play Musique pour synchroniser votre musique avec la smartwatch. Pour cela, vous devez passer par l’application de votre mobile et l’activer. La synchronisation se faisant par Bluetooth, il va donc falloir être assez patient.

Cela est vraiment regrettable que Google cherche absolument à pousser son service et n’ouvre pas la gestion du stockage à n’importe quel lecteur de musique. De ce côté, Tizen OS pour objets connectés est plus ouvert avec la possibilité de mettre n’importe quelle musique via USB et les lire en toute simplicité sur le lecteur de la montre.

Une montre sportive qui a ses limites

sony smartwatch 3 application

La Smartwatch 3 de Sony intègre une puce GPS. Cela est pratique à la fois pour enregistrer vos parcours lorsque vous faites du sport, mais également pour la navigation avec Google Maps. Commençons par le côté sportif revendiqué par la montre. L’application LifeLog de Sony est maintenant compatible avec Android Wear pour enregistrer toutes vos activités physiques.

sony smartwatch 3 sport
sony smartwatch 3 interface

Si vous ne voulez pas utiliser Lifelog, vous pouvez toujours nous tourner vers Google Fit qui est présent par défaut sur la montre. Ce n’est peut-être pas l’application sportive la plus complète, mais sachez que certaines applications comme RunKeeper prennent maintenant en charge le tracking GPS avec Android Wear.

Comprenez par là que vous allez pouvoir aller courir sans avoir à prendre votre smartphone encombrant avec vous. Une fois rentré chez vous, vous n’aurez plus qu’à synchroniser les données avec l’application mobile.

sony smartwatch 3 android wear

Nous l’avons déjà dit, mais l’absence de capteur de fréquence cardiaque reste un manque important pour un produit qui veut se placer sur le segment sportif avant tout.

sony smartwatch 3 podometre
sony smartwatch 3 tracker activite

GPS et Navigation

Le récent support des puces GPS par Android Wear a été une très bonne nouvelle. Il n’est donc pas étonnant de voir les constructeurs l’intégrer. Cela fait maintenant de votre montre connectée un véritable outil de navigation. L’affichage est très bien pensé avec le parcours dans son intégralité ou simplement les informations de navigation avec des vibrations à chaque changement de direction. Pratique pour ne pas avoir les yeux en permanence sur l’écran.

sony smartwatch 3 google maps

sony smartwatch 3 navigation

Une très bonne autonomie

Si ce n’est l’optimisation logicielle d’Android Wear, deux éléments permettent à la Smartwatch 3 d’avoir une bonne autonomie, dans la moyenne haute de ce qui se fait actuellement. Le premier élément est l’écran transflectif, dont le capteur de luminosité, l’autre est bien sur la batterie conséquente de 410 mAh.

sony smartwatch 3 port micro usb

Concrètement, nous avons réussi à tenir deux jours avant de devoir la recharger. En utilisant la montre de manière différente sur une semaine, l’autonomie n’a pas beaucoup varié. L’utilisation de la puce GPS est bien sûr un peu plus énergivore, mais l’autonomie reste globalement stable. L’écran reste la source consommation principale, mais sa taille de 1,6 pouce ainsi que sa définition raisonnable permettent de conserver cette endurance.

Sony Smartwatch 3

Que pensez de cette Sony Smartwatch 3 ? Nous sommes partagés à propos de la première montre Sony sous Android Wear. D’un côté, l’interface que nous connaissons est convaincante, l’intégration d’une puce GPS est très pratique pour une montre sportive et le port microUSB facilite la recharge. L’étanchéité ainsi que l’autonomie sont également des points forts qui en font un produit parfait pour découvrir Android Wear.

Mais certains points faibles vienne ternir le tableau, à commencer par un design pas très inspiré et loin du niveau de la concurrence, avec un bracelet plastique qui prend beaucoup la saleté, mais aussi un écran pas au niveau et avec des bordures inégales. On regrette l’absence de capteur de fréquence cardiaque pour cette montre sportive.

Design

Ecran

Interface logicielle

Autonomie

Note finale

La Sony Smartwatch 3 ne remplit que partiellement son contrat. Si elle reste une montre sous Android Wear agréable à utiliser, et la première avec un GPS, elle ne répond pas complètement à ses ambitions sportives, la faute à une trop grande dépendance au smartphone et à certaines applications sportives pas encore compatibles. Son design est assez classique, mais les bracelets sont interchangeables, ce dernier point dépendra donc des gouts de chacun.
Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers tests !
Test du OnePlus 7T Pro : une mise à jour qui coûte cher

OnePlus a dévoilé le OnePlus 7T Pro ainsi que les derniers détails sur le 7T lors d’une conférence à Londres. Nous avons eu la chance d’utiliser la version Pro plusieurs jours avant son annonce officielle. Découvrez notre test complet en avant-première.

Test du Samsung Galaxy Fold : le futur, c’est maintenant !

Dévoilé pour la première fois en février 2019, le Galaxy Fold arrive enfin sur le marché. Le premier smartphone pliable au monde est passé entre nos mains pendant quelques jours. Découvrez notre test complet du smartphone du futur !

Test OnePlus 7T : un peu plus près des étoiles

Comme chaque année, OnePlus décline son smartphone en version « T ». En 2019, le constructeur propose deux modèles (7T et 7T Pro) qui promettent de belles améliorations. Suffisamment pour aller titiller les ténors du marché ? Nous avons testé le 7T en avant-première.

Test de la Xiaomi Mi Scooter Pro : la nouvelle référence des trottinettes électriques

Après une excellente M365, Xiaomi propose une nouvelle trottinette électrique baptisée Mi Scooter Pro. Elle reprend les bonnes idées de sa grande soeur et se dote de quelques modifications bienvenues. Mais que vaut-elle au quotidien ? Parvient-elle à s’imposer comme la nouvelle référence du marché ? Réponse dans notre test complet !

Test de l’Asus ROG Phone 2 : le smartphone gaming ultime

Dévoilé en Chine à l’été 2019, le ROG Phone 2 est officiel en Europe et en France. Lancé en deux versions, nous avons pu le tester en avant-première. Découvrez nos impressions sur le dernier smartphone gaming d’Asus.

Test du Nest Hub : Google crève l’écran

Lancé aux Etats-Unis en 2018, le Nest Hub de Google débarque en France. Cette enceinte équipée d’un écran et de Google Assistant promet une expérience unique. Nous avons testé le Nest Hub pendant plusieurs semaines. Verdict.

Test du Samsung Galaxy A80 : tu me vois, tu me vois plus

Le Galaxy A80 est un ovni dans la gamme Galaxy A de Samsung. Son capteur rotatif monté sur slider fait toute son originalité. Mais il dispose d’autres atouts. Nous l’avons testé pendant plusieurs jours. Découvrez notre verdict.

Test du Black Shark 2 : le smartphone gaming presque irréprochable

Avec son Black Shark 2, Black Shark souhaite titiller Asus et Razer, les références du marché des smartphones gaming. Bourré de technologie, il a l’avantage d’être plus abordable que ses concurrents. Mais est-il plus intéressant ? Réponse dans notre test complet.