Starlink : l’internet par satellite est loin d’être au point, ce test de performance le prouve

 

Starlink a encore des progrès à faire sur la latence et la vitesse de téléchargement, comme le prouve ce nouveau test de performance réalisé par Ookla, le leader mondial des mesures de l'internet. Ainsi, l'internet par satellite offre des résultats très différents selon les territoires. La promesse du haut débit absolument partout, ce n'est pas pour tout de suite.

starlink
Crédits : Starlink

Comme vous le savez peut-être, l'internet par satellite d'Elon Musk, Starlink, est entré en phase de bêta depuis le mois d'octobre 2020. Actuellement, le service compte plus d'une dizaine de milliers d'utilisateurs. Une base suffisante pour permettre à Ookla, l'un des principaux cabinets d'analyses au monde dédié à internet, d'offrir un premier test de performance de Starlink aux États-Unis. 

Ainsi, il s'avère qu'Elon Musk et ses équipes ont encore du travail pour tenir leur promesse du haut débit accessible partout. En effet, les données collectées auprès des utilisateurs du service montrent que Starlink fournit des vitesses de téléchargement et d'upload parfois plus rapides et parfois plus lentes, que le débit moyen offert sur un territoire.

À lire également : Starlink promet de multiplier le débit par deux à 300 Mbps en 2021

Les travaux sur le réseau Starlink réduisent ses performances

D'après Starlink, ces variations sont justifiées, en raison des travaux réguliers effectués sur le réseau. En effet, avec un nombre croissant d'utilisateurs, le service a perdu en stabilité. L'entreprise précise qu'il faut s'attendre “à voir les vitesses de transfert des données varier entre 50 et 150 Mbps et la latence de 20 à 40 ms au cours des prochains mois, au fur et à mesure que nous améliorons le système Starlink”. 

Or, les disparités sont bien plus franches, comme le démontrent les résultats du Speedtest mené par Ookla. Ainsi, les vitesses moyennes de téléchargement oscillent entre 40,36 Mbps et 93,09 Mbps. Comme le précise Ookla, “ces chiffres vont d'une amélioration spectaculaire par rapport aux autres FAI à large bande (546,6 % plus rapide dans le comté de Tehama, Californie) à une déception (67,9% plus lente dans le comté de Clay, Missouri). 

En d'autres termes, les vitesses de téléchargement moyennes n'ont jamais dépassé les 100 Mbps, contrairement à ce que prétendaient les premiers tests débits présentés à la FCC, la Commission fédérale des communications. Quant à la latence, Ookla a observé des disparités similaires, avec des latences plutôt basses (31 ms dans le comté de Kititas, Washington) et des latences assez élevées (88 ms dans le comté d'Otsego, Michigan). En d'autres termes, Starlink a encore du travail s'il compte tenir sa promesse du haut débit pour tous et partout.

Source : Mashable



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !