Snapchat : l’application « donne » son nom à une drogue en Australie !

Maj. le 20 décembre 2018 à 0 h 16 min

Il y a de cela à peine 10 ans, personne n’avait entendu parler de réseaux sociaux ou n’imaginait l’ampleur qu’ils allaient prendre. Aujourd’hui, nous sommes (presque) tous inscrits sur Facebook, Twitter ou Google +. Ceux-ci sont régulièrement la scène d’évènements controversés. Cette fois, c’est la plateforme d’échange de photos Snapchat qui se retrouve au coeur de l’actualité.

Snapchat : les investissement d'Alibaba pour une capitalisation à 10 milliards de dollars

Une drogue baptisée Snapchat fait des ravages en Australie !

Il y a de cela quelques semaines, une femme avait essayé de vendre ses enfants sur Facebook pour 4 000 dollars. Ce matin, c’est un autre réseau social qui a fait la une des journaux bien malgré lui. Et pour cause, les sujets du bac de philo ont fuité sur Twitter dès hier soir. Voici que l’application Snapchat, permettant d’envoyer des photos et vidéos « éphémères », inspire les chimistes / créateurs de nouvelles drogues.

Information relayée par The Telegraph, cette nouvelle drogue fait des ravages en Australie, dans tous les sens du terme. Celle-ci se présente sous la forme d’une pilule ronde, rose ou bleue, avec des tâches vertes et le logo Snapchat en relief. Composée d’ectasy, cette drogue a envoyé quatre personnes à l’hôpital la semaine passée. Voici ce que déclare l’un des proches des « victimes » :

Je viens de voir quatre amis de plus de 100 kilos être proches de mourir après avoir pris la moitié d’une pilule.

Le commissaire de la division de lutte contre la drogue et le crime organisé ajoute que « ces personnes ont commencé à devenir agressives et désorientées après avoir avalé cette drogue […] Cette (drogue ndlr) Snapchat a un nouveau logo mais c’est le même poison. » 

Notons que des drogues similaires avaient fait leur apparition il y a quelques temps dont une avec le logo Bitcoin ou encore avec celui de Facebook ou Twitter. Sur Pillreports.com, un site participatif dédié aux différentes formes d’ectasy, un consommateur déclarait que ces différentes drogues étaient à « éviter comme la peste ». On ne peut que vous préconiser de suivre son conseil.

Via

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Un français sur deux estime que le smartphone contribue à son bonheur

Le smartphone rend 45% des français plus heureux : c’est la conclusion étonnante d’une étude Toluna commanditée par le spécialiste du reconditionnement Recommerce.com. L’étude met néanmoins en lumière de très fortes disparités selon l’âge : les 55 ans et plus…

Google Maps a permis de retrouver un homme disparu depuis 22 ans

Google Maps a permis de retrouver un homme disparu depuis 22 ans. Un véhicule immergé dans un étang a été repéré par un internaute grâce à l’application de cartographie. À l’intérieur se trouvaient les restes d’un homme qui n’avait plus…