Smartphones, PC : des chercheurs développent une batterie biologique super écolo

 

Une équipe de chercheurs du Texas a développé une batterie qui remplace le lithium par une substance biologique, les polypeptides, laquelle est plus écologique. Cette solution répondrait à une triple problématique environnementale : la baisse des ressources naturelles, la pollution engendrée par l’extraction et l’absence d’un circuit de recyclage.

batterie biologique ecologique
Crédit : Unsplash

Aujourd’hui, toutes les batteries que nous utilisons dans nos smartphones, nos PC portables, nos véhicules électriques ou nos objets connectés fonctionnent avec du lithium. Une substance qui, théoriquement, se recycle bien, mais qui, dans les faits, ne l’est que très peu. Essentiellement pour une question de coût. Cela veut dire que des millions de tonnes de batteries qui sont jetées sans être revalorisées, selon certaines études.

Lire aussi – Pneus, peaux de banane : une nouvelle méthode écolo et pas chère utilise des déchets pour fabriquer du graphène

Les chercheurs développent des alternatives pour remplacer le lithium, éliminer le caractère liquide de l’électrolyte ou encore rendre les matériaux dans les batteries moins polluant. Nous avons relayé plusieurs découvertes extraordinaires, voire révolutionnaires, dans nos colonnes. Certaines permettent d'améliorer leur performance. D'autres accélèrent leur rechargement. En voici une autre qui, pour une fois, met l’accent sur l’environnement.

Des batterie biologique et facilement dégradable

Nous devons cette découverte à une équipe de chercheurs de l’Université du Texas qui ont publié leurs recherches dans le magazine Nature il y a deux semaines. Il s’agit d’une batterie que nous pourrions qualifier de « biologique », puisqu’elle remplace le lithium par des polypeptides, des éléments organiques qui composent les protéines. Voilà une approche peu banale qui a pour avantage d’être écologique.

En effet, quand une batterie est usée, elle est facilement « dégradable » : il suffit de plonger la batterie dans une solution qui va dissoudre les polypeptides et les transformer en acides aminés. La dégradation pourrait même se faire naturellement, sans impact écologique. Cela répond donc à l’un des points faibles des batteries lithium qui sont difficiles à recycler industriellement.

Cela répond également aux autres préoccupations liées à l’exploitation du lithium, comme les limitations des gisements, les besoins en ressources naturelles pour l’extraction (l’eau notamment) et l’impact écologique de son industrialisation (lié à l’usage du cobalt). En revanche, il reste toujours un problème : l’efficacité énergétique de ces batteries est bien moins importante. Mais les chercheurs promettent de trouver une solution à ce problème. En attendant, cette solution ne restera qu’une belle découverte scientifique.

Source : Nature



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !