SFR, Bouygues : une cyberattaque provoque une panne d’Internet

 

SFR et Bouygues Télécom ont été la cible d'une importante cyberattaque. En saturant les serveurs des FAI avec des demandes de connexion, les pirates sont parvenus à paralyser le réseau Internet fixe en France. En Belgique et aux Pays-Bas, plusieurs FAI affirment aussi avoir subi une attaque de grande ampleur ces derniers jours. 

sfr bouygues panne cyberattaque

Ce mardi 1er septembre, les abonnés fixes de SFR et Bouygues Telecom se sont retrouvés privés de réseau Internet pendant plusieurs heures. Comme on peut le voir sur le site de DownDetector, tous les départements de France étaient touchés. Pour récupérer l'accès à leur réseau WiFi, les abonnés étaient invités à changer les DNS (Domain Name System) et d'opter pour ceux de Google ou de CloudFlare par exemple. Cette soirée là, les opérateurs pointaient du doigt un simple “incident technique” sur les réseaux sociaux. Tout a été rétabli dans le courant de la nuit pour la plupart des abonnés.

Sur le même sujet : Une attaque DDoS rapporte 2,5 millions de dollars à Wikipédia

Une attaque DDOS paralyse le réseau Internet de SFR et Bouygues Télécom

Interrogés par nos confrères de 01Net, SFR et Bouygues Télécom affirment désormais que la panne a été provoquée par une attaque DDOS (par déni de service). Lors d’une attaque de ce genre, les serveurs visés sont inondés de demandes de connexions provenant d'une importante quantité de terminaux. “Comme les autres acteurs de l’Internet, nous subissons régulièrement des attaques extérieures. Celle d’hier a été plus importante que d’habitude. Dès 22h00, les équipes étaient mobilisées et le service était à nominal à minuit” explique un porte parole de SFR à 01Net.

SFR et Bouygues Télécom n'étaient pas les seules cibles de cette attaque informatique de grande ampleur. Edpnet, un opérateur de télécommunication belge, était aussi dans le viseur des pirates. “Nous observons depuis vendredi des attaques DDoS sur quelques-uns de nos serveurs de noms de domaine” explique un responsable d'Edpnet. Au plus fort de l'attaque, le FAI belge recevait plus de 100 Gbps de trafic en provenance de cinquante mille adresses IP. Même son de cloche du côté de Caiway et Delta, deux fournisseurs d'accès basés aux Pays-Bas.

Source : 01Net



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !