Samsung, LG, Google : des malwares préinstallés sur des dizaines de smartphones dès la sortie d’usine

 

Une compagnie spécialisée dans la sécurité informatique a découvert que des dizaines de modèles de smartphones étaient infectés par des malwares dès leur sortie d’usine. Parmi eux, des modèles très répandus de marques comme LG, Samsung ou Google. Au total 38 terminaux sont concernés.

malware prinstalles usine

La question de la sécurité est devenue de plus en plus importante aux yeux de beaucoup d’utilisateurs. Mauvaise nouvelle pour eux, la société Check Point Software Technologies, spécialisée dans la sécurité informatique, a découvert que des dizaines de modèles étaient infectés de malwares dès leur sortie d’usine.

Samsung, LG, Google, Xiaomi : des malwares préinstallés sur 38 modèles

Lorsque l’on achète un nouveau smartphone, on espère à juste titre qu’il soit sécurisé. Il arrive bien évidemment que des virus ou malwares s’invitent dans le système au fil du temps, mais la plupart du temps, cela est dû à une erreur humaine, une mauvaise manipulation de l’utilisateur. En théorie.

Car la société Check Point Sofware Technologies vient de découvrir quelque chose de plutôt dérangeant. 38 modèles de smartphones Android très répandus peuvent arriver sur le marché avec des applications infectées de malwares. Voici la liste des smartphones concernés :

  • Galaxy Note 2
  • LG G4
  • Galaxy S7
  • Galaxy S4
  • Galaxy Note 4
  • Galaxy Note 5
  • Galaxy Note 7
  • Xiaomi Mi 4i
  • Galaxy A5
  • ZTE x500
  • Galaxy Note 3
  • Galaxy Note Edge
  • Galaxy Tab S2
  • Galaxy Tab 2
  • Oppo N3
  • vivo X6 plus
  • Nexus 5
  • Nexus 5X
  • Asus Zenfone 2
  • LenovoS90
  • OppoR7 plus
  • Xiaomi Redmi
  • Lenovo A850

D’après la société de sécurité, les constructeurs ne sont pas à mettre en cause. Les applications infectés ne font pas partie de la ROM installée par les constructeurs. C’est plus tard, sur la chaîne de montage, que ces applications sont installées. Pour six modèles figurant dans la liste, les malwares utilisent même des privilèges spécifiques nécessitant une réinstallation complète de la ROM pour s’en débarrasser.

Selon Ars Technica, la plupart de ces applications peuvent voler des informations personnelles ou même intégrer des ransomwares, ces malwares demandant votre argent qui ont augmenté de 50% sur Android en 2016. On trouve ainsi parmi les malwares celui appelé Loki, qui s’accapare les droits d’accès au système pour l’infecter. Un autre malware très connu, Slocker, est un ransomware qui utilise Tor pour masquer l’identité des rançonneurs.

Check Point Software Technologies ne dévoile pas les noms des sociétés qui vendent ces smartphones, mais la société précise que l’une d’entre elle est une “grande société de télécommunications”. Alors si votre smartphone fait partie de la liste, nous vous conseillons de faire une petite vérification. De nombreuses applications, dont la plus connue est Malwarebytes, permettent de vérifier si votre smartphone est infecté par des malwares.

Sécurité Android : les bons gestes pour se protéger des virus !

Nous vous proposons un dossier pour adopter les bonnes pratiques pour protéger votre vie privée et votre appareil Android des dangers présents sur le web !



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !
android google failles
Android : Google corrige 33 failles de sécurité en novembre 2020

Google vient de lancer le déploiement du patch de sécurité Android du mois de novembre 2020. Avec ce nouveau correctif, la firme de Mountain View corrige un total de 33 failles de sécurité identifiées dans le code de son OS…

tiktok avast adware jeune fille
Android, iOS : Avast découvre 7 nouveaux malwares grâce à une fillette

Sept applications malveillantes ont été repérées sur le Google Play Store et sur l’App Store. Téléchargées plus de 2,4 millions de fois, elles  bombardent l’utilisateur de publicités et le facturent avec des achats in-app inutiles. Fait incroyable, les chercheurs d’Avast…