Non, les chinois n’ont pas de sonnerie de téléphone humiliante quand ils sont endettés

De nombreux articles de presse indiquent que les opérateurs télécoms de Chine attribuent une sonnerie spéciale aux utilisateurs endettés. Une façon pour eux de stigmatiser voire humilier publiquement les mauvais payeurs. En réalité, tout n’est pas si simple.

chine honte sonnerie

Depuis la semaine dernière, de nombreux médias et chaînes d’infos s’émeuvent du sort réservé aux mauvais payeurs en Chine. Selon eux, les Chinois endettés se voient attribuer une sonnerie de téléphone spéciale indiquant publiquement leur situation financière à chaque appel. Cette mesure humiliante émanerait d’un accord entre les opérateurs et les tribunaux.

Toutefois, les choses ne sont pas si simples. En effectuant quelques recherches, on s’aperçoit que les « sonneries de la honte » n’en sont pas vraiment, et que le nombre de cas avérés reste marginal. Décryptage.

Sonneries de la honte : pas si vite !

Bonjour, la personne que vous avez appelée fait partie de la liste des personnes qui ne sont pas dignes de confiance de la part du Tribunal du peuple du district de Tianxin, agglomération de Changsha.

Contrairement à ce que laissent entendre certains médias (tech, web, radio, TV), la « sonnerie de la honte » (baptisée Lao lai) n’est pas une sonnerie externe émise par le téléphone. Il s’agit en réalité d’un avertissement sonore débutant par le bruit d’une sirène, suivi du message ci-dessus. Cette indication peut également être envoyée par SMS à toute personne contactant un citoyen endetté.

En résumé, aucune sonnerie spéciale ne retentit publiquement afin de stigmatiser les mauvais payeurs. Seules les personnes qui tentent de les joindre sont averties de leur situation financière. Notons également qu’un message plus court peut être envoyé :

Le propriétaire de la ligne a été inclus dans la liste des personnes indignes de confiance de la part du tribunal populaire du district de Tianxin, Changsha. Veuillez faire preuve de prudence.

Cette mesure émane d’un accord entre les opérateurs télécoms et les tribunaux : les mauvais payeurs figurent sur une liste noire transmise aux opérateurs après une décision de justice. Seul moyen de se sortir de cette situation : rembourser les dettes. Après quoi, les tribunaux communiquent aux opérateurs téléphoniques que leurs clients sont de nouveau fiables et ne figurent plus sur ces listes noires publiques.

Une mesure en place depuis 2017

Le buzz autour de cette histoire est né le 20 mai 2019, après la publication d’un article de Business Insider intitulé « En Chine, les opérateurs télécoms attribuent une sonnerie spéciale aux mauvais payeurs ». Problème : les médias ayant repris l’information l’ont traitée comme quelque chose de nouveau. Chez CNews, on précise même que « la Chine expérimente actuellement » cette méthode. Or, Business Insider précise bien dans son papier que « ces messages sont en place depuis au moins 2017 ».

Cette année-là, un tribunal du comté de Guanyun (à l’est de la Chine) collabore avec un opérateur télécom local pour créer « une sonnerie qui informe les appelants » lorsqu’un interlocuteur est endetté. L’information est publiée pour la première fois en juillet 2017 dans une dépêche de Xinhua (agence de presse publique). Elle précise que la mesure ne concerne que « dix personnes ». À l’époque, le message d’avertissement indique :

La personne que vous appelez a été mise sur une liste noire par le tribunal du comté de Guanyun pour ne pas avoir remboursé ses dettes. S’il vous plaît, exhortez la personne à remplir ses obligations légales.

Depuis, la mesure s’est étendue à d’autres régions indiquait le South China Morning Post en mars 2019. CheckNews a de son côté confirmé ces informations après étude de plusieurs articles chinois.

Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Les fondateurs de Google quittent Alphabet, une page se tourne

Les fondateurs de Google Larry Page et Sergey Brin quittent la direction du groupe Alphabet. Les deux hommes ont décidé de léguer cette responsabilité à Sundar Pinchai, actuel président de Google. Il a désormais la lourde tâche de tenir les…