Malware Android : cette application vole des millions d’euros aux utilisateurs du Play Store

Maj. le 6 novembre 2019 à 11 h 09 min

Un malware a été repéré dans l’application Android ai.type, encore récemment disponible sur le Google Play Store. Selon les chercheurs d’Upstream, l’application aurait volé des millions d’euros à ses utilisateurs en les abonnant à leur insu à des services payants en ligne. ai.type a été téléchargé par plus de 40 millions  d’internautes. 

malware android play store vole millions euros

ai.type, une application permettant d’ajouter des émojis personnalisés à son clavier, cache un dangereux malware Android, rapportent les chercheurs en cybersécurité d’Upstream. Á la manière du malware Joker récemment identifié sur le Play Store, l’application « abonne les utilisateurs à des services premium sans leur consentement ». Les comptes bancaires des utilisateurs sont alors débités de plusieurs euros pour des services inutiles.

Lire également : un malware invincible infecte 45 000 smartphones Android

Un dangereux malware Android se cache dans l’application ai.type

Selon Upstream, l’application aurait tenté de voler jusqu’à 18 millions de dollars (un peu plus de 16 millions d’euros) aux utilisateurs de Secure-D, l’antivirus Android développé par la firme, au cours des derniers mois.« 14 millions de demandes de transaction suspectes ont été bloquées » explique le rapport. Les experts estiment que les pirates ont dérobé des millions d’euros aux utilisateurs du Play Store qui sont tombés dans le piège. « Des utilisateurs innocents paient pour des achats cachés non autorisés » regrette Dimitris Maniatis, chercheur chez Upstream.

Ce n’est pas tout. Une fois infiltré sur votre smartphone, le logiciel malveillant va générer des millions de publicités invisibles et de faux clics. De cette manière, les pirates récupèrent rapidement d’importants revenus publicitaires frauduleux. « Le marché des fraudes publicitaires sur mobile représente environ 40 milliards de dollars par an » note Dimitris Maniatis.

Alerté par Upstream, Google a banni ai.type du Play Store en juillet 2019. Malheureusement, l’application est toujours présente sur des millions de téléphones Android et reste disponible sur des stores alternatifs. Si vous avez installé cette application, on vous invite à vous en débarrasser d’urgence et à jeter un oeil sur vos relevés bancaires afin d’y déceler une éventuelle anomalie.Par mesure de sécurité, on vous conseille aussi d’installer un bon antivirus sur votre smartphone Android.

Source : Upstream



Réagissez à cet article !
Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque semaine, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Demandez nos derniers articles !
Android : ce malware ultra dangereux est impossible à supprimer !

Android est la cible d’un malware ultra dangereux baptisé Xiny, révèlent les chercheurs de Dr Web. En activité depuis 2015, ce trojan est presque impossible à supprimer des smartphones infectés. En 2016, les experts en cybersécurité de Dr Web ont repéré la trace…

Android : ce dangereux malware envoie des milliers de SMS à votre place

Android est à nouveau la cible d’un dangereux malware baptisé Faketoken. D’après les chercheurs de Kaspersky, il s’agit d’un Trojan bancaire capable d’envoyer des SMS à la place de ses victimes. Le logiciel malveillant serait ainsi parvenu à contaminer 5000 smartphones un peu partout dans…

Android : ces 30 applications selfies cachent un malware espion

Des malwares espions ont été découvert dans le code de 30 applications Android pour selfies disponibles sur le Google Play Store. D’après l’enquête des chercheurs de CyberNews, ces logiciels malveillants sont conçus pour collecter toutes les données de votre smartphone,…

RCS : le remplaçant du SMS est criblé de failles de sécurité

Le RCS, le successeur du SMS, est truffé de failles de sécurité. D’après les chercheurs de Security Research Labs, l’implémentation du protocole Rich Communication Services par les opérateurs met en danger la vie privée de ses utilisateurs. En exploitant des brèches, un pirate…