Le trafic internet explose en France, le niveau de DAS non respecté par 9 smartphones, le récap’

 

Le trafic internet français a explosé de 50% en 2020, l’ANFR épingle 9 smartphones qui émettent trop d’ondes, une fausse mise à jour Windows cible les victimes du ransomware Kaseya, le récap’ du jour.

OnePlus 6T

Le soleil devrait briller sur toute la France ce weekend, et l’on espère que vous aurez l’occasion de vous aérer l’esprit. En attendant, on fait un point sur la consommation internet des Français et les ondes souvent bien trop présentes dans nos quotidiens à cause de nos smartphones.

Le trafic Internet a fait un bond vertigineux en France en 2020

Comme chaque année, l'Arcep, le gendarme des télécoms et d'internet, vient de publier son rapport d'activité sur l'état d'internet en France. L’année 2020, notamment marquée par deux confinements en raison de la crise sanitaire, a vu le trafic entrant vers les quatre principaux opérateurs français, à savoir Orange, Bouygues Telecoms, Free et SFR, passer de 18,4 Tbit/s fin 2019 à 27,7 Tbit/s fin 2020, soit une augmentation de 50% en seulement un an. Comme en 2019, un groupe resserré de différents acteurs, comme Netflix, Google et Facebook, concentre le maximum du trafic.

Lire : le trafic internet français a explosé de 50% en 2020

9 smartphones jugés non conformes par l'Agence Nationale des Fréquences (ANFR)

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l'exposition au public aux ondes électromagnétiques et de surveillance du marché, l'ANFR a publié ce 8 juillet son compte rendu des mesures effectuées en 2020. Ces tests se sont portés sur 95 smartphones issus de 33 marques différentes, et ont permis d’épingler 9 smartphones jugés non conformes et dépassant la limite d’émission d’ondes autorisée. Les constructeurs de chaque smartphone incriminé ont fait l'objet d'une procédure de mise en conformité. Huit d'entre eux sont rentrés dans les clous via une mise à jour logicielle, tandis que l'ANFR a ordonné le retrait du marché du Razer Phone 2. Parmi les smartphones mis en cause par l’institution, on retrouvait deux appareils Xiaomi et deux smartphones Nokia.

 Lire : DAS : l’ANFR épingle 9 smartphones OnePlus, Sony et Xiaomi qui émettent trop d’ondes

Les victimes du ransomware de Kaseya ciblées par une fausse mise à jour Windows

Comme vous le savez peut-être, des pirates ont mené l'une des plus importantes cyberattaques de l'histoire contre Kaseya, une entreprise américaine spécialisée dans le développement de logiciels de gestion de réseaux. Alors que les entreprises victimes peinent à se remettre, des pirates ont décidé de les cibler à nouveau avec une campagne d'emails malveillants. Les hackers prétendent proposer un correctif pour la faille présente dans le logiciel de Kaseya, via une mise à jour Windows. En réalité, ces mails embarquent une pièce jointe contenant Cobalt Strike, un autre logiciel malveillant qui offre aux pirates un point d'entrée dans un système pour répandre des charges virales. Pour l'heure, l'identité du groupe de pirates responsables de cette campagne n'est pas connue.

 Lire : une fausse mise à jour Windows cible les victimes du ransomware Kaseya



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !