Huawei : les pays qui ont choisi sa 5G pourraient perdre leur accès au renseignement américain

 

Les pays qui ont choisi la 5G Huawei pourraient perdre leur accès au renseignement américain. Le dépôt de cette proposition de loi intervient alors que le Royaume-Uni, affaibli diplomatiquement face aux Etats-Unis à cause du Brexit, doit prochainement décider de l'implication de Huawei dans son déploiement 5G.

Le Pentagone
Le Pentagone / Crédits : Pixabay

La proposition de Loi devrait faire couler beaucoup d'encre. Le sénateur américain Tom Cotton (Parti Républicain), politiquement proche de Donald Trump, vient en effet de dévoiler un texte qui propose d'interdire de partager des renseignements avec des pays qui ont choisi Huawei pour déployer leur réseau 5G.

Pression américaine

La nouvelle devrait faire réfléchir en premier lieu l'exécutif anglais. Empêtré dans le Brexit, le Royaume-Uni avait en effet annoncé en novembre son intention de repousser le choix du ou des équipementiers qui déploieront le réseau 5G du pays après l'élection générale qui s'est tenue le 12 décembre dernier.

Or, il y a plusieurs mois de cela, la majorité conservatrice et 10 Downing Street avaient déjà fait part de leur préférence pour Huawei, avec la bénédiction du renseignement britannique. Une perspective qui déplait à Donald Trump et à sa chasse gardée. Il ne semble donc pas déraisonnable de penser que le timing de ce projet de Loi ait été choisi pour peser, entre autres, sur le choix des britanniques.

Le Royaume-Uni est depuis longtemps un allié stratégique des renseignements américains. Le pays fait entre autres partie des Five Eyes une alliance anglophone des renseignements qui compte parmi ses membres l'Australie, le Canada, la Nouvelle Zélande, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Il est aussi lié par un certain nombre de traités bilatéraux avec les Etats-Unis sur le partage de renseignements.

La décision sera connue dans les prochains jours

Dans un contexte diplomatique extrêmement incertain, et alors que le Royaume-Uni espère nouer un traité avec les Etats-Unis immédiatement après sa sortie de l'UE, le gouvernement de Boris Johnson semble donc se trouver dans une impasse. D'ailleurs, en novembre, le ministre de la Culture  britannique Nicky Morgan ne s'y était pas trompé.

Dans un commentaire visant à justifier le report du choix de Huawei comme équipementier 5G, il affirme : “cette décision a des implications de politique étrangère majeures, et pose la question de notre partenariat le plus important sur la sécurité – l'Alliance Five Eyes […] et nos relations économiques avec les autres nations”.

Fin décembre, un responsable de Huawei, Victor Zhang, se montrait pourtant plutôt confiant : “je suis certain que le royaume-uni choisira Huawei, car les britanniques ont une approche basée sur les faits et les preuves et que la prise de décision sera fondée sur l'intérêt national à long terme, et pour satisfaire la société et le bénéfice pour tous les consommateurs”.

Lire également : Huawei – son chiffre d’affaires progresse en 2019, mais 2020 sera une année difficile

Selon plusieurs sources, le Royaume-Uni soit révéler si Huawei a été ou non retenu pour déployer son réseau 5G. La date précise de la décision n'est pas encore connue.

Source : The New York Times



Abonnez-vous gratuitement à la newsletter
Chaque jour, le meilleur de Phonandroid dans votre boite mail !
Réagissez à cet article !
Demandez nos derniers articles !